Chevrolet Trax 2017: Duo urbain

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2017

Le Buick Encore et le Chevrolet Trax sont apparus tous les deux en 2013. Ces deux VUS sous-compacts presque identiques ont été parmi les premiers de cette catégorie à être commercialisés. Ce qui est plutôt inusité puisque, General Motors avait pris l’habitude de se joindre en retard à des marchés en développement. Toutefois, depuis sa réémergence suite à la faillite de 2009, le géant américain a même réussi à devancer la concurrence en plusieurs occasions. Auparavant, GM aurait attendu que ce duo soit carrément dépassé par la concurrence pour l’améliorer. Mais de nos jours, la direction passe plus rapidement à l’action afin que les produits soient toujours dans le coup. Ce qui explique la révision de ces deux modèles pour 2017.

Et même si l’on avait des doutes quant à la popularité des Encore et Trax, les ventes ont été spectaculaires, surtout aux États-Unis. Tant et si bien que le Buick est le plus vendu de sa catégorie. En fait, ses succès initiaux ont même obligé la direction de la division à augmenter sa production tandis que les ventes du Trax étaient également au beau fixe. Pas trop mal pour des véhicules dérivés de la sous-compacte Sonic!

La méthode japonaise

Les constructeurs nippons ont pour habitude d’apporter des modifications de moyenne importance à leurs produits tous les trois ans ou presque, profitant de l’occasion pour raffiner le véhicule, tout en apportant quelques retouches à la mécanique. Il faut ensuite attendre trois autres années avant la refonte en profondeur.

GM semble avoir adopté cette politique. Il est impossible de prédire ce que l’avenir réserve au duo Encore/Trax dans trois ou quatre ans, mais pour l’instant, les changements apportés à ces deux modèles comprennent une révision de la partie avant, l’utilisation de DEL dans les phares de route, une section arrière remaniée de même que des feux dotés eux aussi de DEL. Les modifications apportées à l’un et l’autre varient bien sûr, mais les silhouettes sont davantage agressives. C’est le Buick Encore qui connaît les changements les plus significatifs à l’avant avec une grille de calandre redessinée et traversée de part en part par une bande de chrome.

Plusieurs reproches avaient été faits au sujet de la qualité des matériaux de l’habitacle. On a corrigé cette lacune sur les modèles 2017. Par la même occasion, les tableaux de bord ont été redessinés et force est d’admettre que celui du Chevrolet est mieux réussi avec ses courbes qui lui donnent plus de caractère. Cependant, l’habitacle du Encore est davantage luxueux et l’insonorisation m’a semblé meilleure. Soulignons que l’écran d’affichage de sept pouces – huit pouces pour la Buick – est de consultation facile tandis que les systèmes Apple CarPlay et Android Auto peuvent être utilisés. Enfin, les cadrans indicateurs des deux modèles sont d’un nouveau design.

Simplicité et agilité

Si plusieurs changements sur le plan esthétique ont été apportés et que la liste de l’équipement de série s’est quelque peu étoffée, la mécanique est pratiquement demeurée la même. On retrouve donc le même quatre cylindres turbocompressé de 1,4 litre, produisant 138 chevaux et associé à une boîte automatique à six rapports. L’Encore propose en prime une version plus musclée de ce moteur avec une puissance de 153 chevaux et un couple de 177 lb-pi. Comme par les années précédentes, la suspension arrière est semi-indépendante avec une poutre de torsion. Bien entendu, le rouage intégral aux quatre roues est disponible et s’avère efficace, surtout dans la neige profonde.

De leur côté, les systèmes électroniques de sécurité sont plus nombreux qu’auparavant et varient selon les modèles. On peut maintenant bénéficier d’un avertisseur de chevauchement de voie, de collision avant imminente, de trafic transversal et bien d’autres, ajoutez à cela dix coussins de sécurité. À ne pas oublier, la caméra de recul est de série.

Sur le plan de la conduite, les performances sont dans la moyenne, sans plus, tandis que le moteur est toujours bruyant en accélération vigoureuse. La direction à assistance électrique n’est pas mauvaise, tout comme la tenue de route qui est, elle aussi, sans défaut majeur. Par ailleurs, les freins sont bien assistés et se sont avérés efficaces lors d’un freinage d’urgence inopiné. En ville, le faible encombrement du Trax et du Encore, une très bonne visibilité ainsi que de bonnes reprises à moins de 50 km/h nous les font apprécier.

La présence de ces deux modèles dans la famille General Motors ainsi que la popularité de cette nouvelle catégorie confirment l’inéluctable transition du marché vers des VUS de toutes les catégories. Et pas question de machisme, puisque 60% des acheteurs de Chevrolet Trax sont des femmes. Quant à l’Encore, il s’agit du modèle Buick le plus vendu.

Partager sur Facebook
Commentaires