Ford Escape 2017: Le champion des ventes

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2017

Les années se suivent et se ressemblent pour l’Escape. Le VUS compact reçoit le titre du VUS le plus vendu au Canada depuis des lunes, et à l’instar de son segment de marché, sa popularité n’est guère sur le point de s’estomper.

Par contre, Ford ne peut s’asseoir sur ses lauriers, puisque la concurrence ne traîne pas très loin derrière, et le constructeur a cru bon d’apporter quelques changements à la génération actuelle, en vente depuis l’année-modèle 2013.

Plus sécuritaire

Au chapitre des tests de collision aux États-Unis, l’Escape a reçu une cote « médiocre » lors de l’impact à chevauchement avant, l’empêchant d’obtenir la mention « meilleur choix sécurité » de l’IIHS. Toutefois, pour demeurer dans le coup face au Honda CR-V, Jeep Cherokee et Toyota RAV4, Ford a complété la liste d’équipements de sécurité avancée de son petit VUS.

Outre la surveillance des angles morts avec alerte de trafic transversal arrière, déjà offerte l’an dernier, l’Escape 2017 propose un régulateur de vitesse avec assistance au freinage, un système de prévention de sortie de voie, une détection de somnolence et d’alerte du conducteur ainsi que des feux de route automatiques.

L’habitacle du VUS n’a pas subi de changements profonds, mais il n’en avait pas nécessairement besoin. Les sièges demeurent confortables sur de longs trajets, alors que l’espace ne manque pas, du moins, pour un utilitaire compact. Le volume de chargement maximal de 1 926 litres rivalise avec les plus polyvalents de la catégorie.

Un volant chauffant figure maintenant sur la liste d’options, alors que la console centrale a été redessinée offrant ainsi plus de possibilités de rangement pour nos appareils portatifs et pour le contenu de nos poches. Tout cela a été possible en déménageant le levier de vitesses et en remplaçant le frein de stationnement mécanique par un frein électronique.

Introduit l’an dernier, le système multimédia SYNC 3 est beaucoup plus convivial que l’oubliable MyFord Touch. Son écran tactile est beaucoup plus réactif, donc plus facile à utiliser en conduisant. Le système intègre aussi Apple CarPlay et Android Auto, et on peut maintenant l’équiper de SYNC Connect, permettant de nous brancher à distance au véhicule à l’aide d’une application sur notre appareil mobile. Grâce à cette dernière, on peut démarrer le véhicule, déverrouiller les portes à distance et même vérifier le niveau d’essence dans le réservoir.

Du nouveau sous le capot

D’abord, l’Escape S de base est toujours équipé d’un quatre cylindres atmosphérique de 2,5 litres, développant 168 chevaux, et d’une boîte automatique à six rapports. Selon Ford, seulement 3% des acheteurs du VUS choisissent la version la plus abordable, puisqu’elle n’est disponible qu’avec un rouage à traction.

La version SE mise désormais sur un quatre cylindres turbo EcoBoost de 1,5 litre. Ce dernier génère 179 chevaux et un couple de 177 lb-pi, soit une puissance similaire aux moteurs de base de la concurrence. Par contre, malgré sa faible cylindrée, celui-ci n’est pas moins énergivore, puisque le CR-V, le Rogue et le RAV4 affichent tous une consommation plus basse avec leurs moteurs de 2,4 et 2,5 litres.

En option dans l’Escape SE et de série dans l’édition Titanium, le quatre cylindres EcoBoost de 2,0 litres est une nouvelle génération qui dispose d’un turbocompresseur à double volutes pour produire 245 chevaux et un couple de 275 lb-pi.

Si le moteur de 1,5 l suffit à la tâche dans la circulation urbaine et lors des expéditions familiales chez Costco, le 2,0 l fournit le muscle nécessaire pour effectuer des dépassements sécuritaires sur les routes secondaires, faisant de l’Escape l’un des plus rapides de son segment. Le gros moteur EcoBoost permet aussi une capacité de remorquage de 1 588 kg (3 500 lb), alors que le petit peut traîner une charge allant jusqu’à 907 kg (1 500 lb).

C’est au chapitre de la conduite que le Ford Escape gagne beaucoup de points. Sa maniabilité et sa direction précise le rendent facile à conduire, et sa suspension propose un bel équilibre de conduite dynamique et confortable.

Enfin, l’Escape a aussi reçu des retouches esthétiques afin de le rapprocher du Ford Edge. De plus, un nouvel ensemble d’apparence sport est maintenant offert, qui comprend notamment des jantes en alliage noir, des blocs optiques noircis et des sièges mi-tissu, mi-cuir avec surpiqûres contrastantes. Par contre, le véhicule a perdu un peu de sa distinction, car son design de calandre hexagonale est aussi repris par Hyundai et Subaru, alors que la partie arrière nous rappelle maintenant celle du Nissan Rogue.

Le Ford Escape n’est pas le plus dynamique, ni le plus écoénergétique de sa catégorie. Il n’est pas une aubaine non plus, même si son prix est raisonnable compte tenu de l’équipement. Ce n’est peut-être pas notre préféré du segment, mais l’ensemble de ses qualités en fait un choix très intéressant pour une petite famille.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisFord Escape 2017, plus ça change, plus c’est pareil
Le Ford Escape 2017 offre une calandre plus masculine, de nouveaux feux arrière, et une légère mise à jour de la motorisation. Il n’y a pas de quoi écrire à sa mère, mais... La dernière mise à jour du véhicule utilitaire sport intermédiaire de Ford remonte déjà à 2012. C’était …
Commentaires