Aston Martin Vantage 2017: Sportive typiquement anglaise

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2017

En consultant l’éventail de modèles du petit fabricant anglais Aston Martin, il est difficile de croire que la voiture offrant la meilleure dynamique de conduite soit le modèle de base. La Vanquish, la DB11 et la Rapide sont des voitures de grand tourisme ultrapuissantes, mais c’est la Vantage qui démontre les meilleures aptitudes sur un circuit.

Commercialisée depuis 2005 sous sa forme actuelle, la Vantage n’est pas jeune. On réussit tout de même à cacher ses rides avec des mises à jour et des améliorations apportées au fil du temps. Cette rivale à la Porsche 911 poursuit d’ailleurs sa carrière pour le millésime 2017 avec quelques retouches, y compris un nouveau système multimédia.

Un seul moteur au Canada

La gamme a été simplifiée avec le retrait de la V8 Vantage, laissant la place à la V12 Vantage S, disponible en configurations coupé et décapotable. Son douze cylindres de 5,9 litres ou, plus précisément 5 935 cc (donc non de 6,0 l comme l’a annoncé Aston Martin) développe la bagatelle de 565 chevaux et un couple de 457 lb-pi. Équipée de ce moteur, la V12 Vantage S peut atteindre 100 km/h en moins de quatre secondes.

On pleure l’abandon du rugissant moteur V8. En revanche, les puristes seront également contents d’apprendre que pour l’année-modèle 2017, le constructeur offre la possibilité d’opter pour une boîte manuelle à sept rapports dans la V12 Vantage S, au lieu de la boîte automatisée. Douze cylindres et une pédale d’embrayage, c’est une combinaison que l’on ne retrouve même plus chez Ferrari ni Lamborghini!

Que l’on aime ou non, cette nouvelle boîte manuelle sera pourvue d’une fonction de correspondance de régime lors des rétrogradations. Plus besoin de perfectionner la technique du « talon-pointe », la voiture s’en occupera pour vous. Cependant, cette fonctionnalité peut toujours être désactivée par le conducteur.

Ce bolide à propulsion se déchaîne sur la piste, et l’on se sent en plein contrôle grâce à sa répartition de poids avant/arrière presque parfaite, sa structure rigide en aluminium ainsi que sa suspension réglable avec les modes Sport et Piste. Cachés derrière les jantes en alliage de 19 pouces se trouvent d’immenses disques de frein, pincés par des étriers à six pistons à l’avant et à quatre pistons à l’arrière.

Évidemment, une Porsche 911 ou une Audi R8, de conception moderne, sont des bêtes plus viscérales que la Vantage, ce qui n’empêche absolument pas cette dernière d’être un plaisir à conduire sur les routes publiques. Il faut avouer que la fermeté de sa suspension se fera immédiatement sentir sur les boulevards urbains cahoteux, mais ses rivales ne font guère mieux à ce chapitre.

L’habitacle trahit son âge

En prenant place à bord de l’Aston Martin V12 Vantage S, on remarque immédiatement que le design de la cabine date d’une autre époque. Une époque pas si lointaine, bien entendu, mais une décennie dans l’industrie automobile d’aujourd’hui où la nouveauté fait foi de tout, c’est long.

Sur la version à boîte automatique, il n’y a pas de levier de vitesses, mais des boutons-poussoirs placés dans la partie supérieure de la planche de bord centrale. Entre ces boutons se trouve une fente où l’on enfonce la télécommande pour démarrer la voiture. Son fonctionnement est un peu maladroit par rapport à un simple bouton de démarrage et aux clés intelligentes modernes que l’on peut laisser dans le fond de nos poches.

Néanmoins, son style presque rétro, avec son minimum de boutons intégrés au volant, ses bouches d’aération rectangulaires et ses commandes d’apparence vieillotte dégagent quand même un certain charme, et la finition est impeccable. L’habitacle peut être garni sur mesure avec, entre autres, des surpiqûres colorées sur les sièges en cuir et un volant gainé d’alcantara.

La V12 Vantage S accueille en 2017 le nouveau système multimédia AMi III de la marque. Outre une disposition des commandes plus moderne sur la planche de bord, ce système comprend une cartographie de navigation améliorée, une plus grande rapidité d’exécution et une prise de données plus conviviale. De plus, AMi III intègre Apple CarPlay pour les propriétaires d’appareils iPhone. En revanche, la taille de l’écran d’affichage pourrait être plus importante.

Après le renouvellement récent de la Vanquish et l’arrivée de la toute nouvelle DB11, c’est normalement au tour de la Vantage d’être redessinée. Par contre, au moment d’écrire ces lignes, on n’a rien dévoilé chez Aston Martin en ce qui concerne un nouveau modèle d’entrée de gamme.

Et puisque l’on fait désormais appel à Mercedes-AMG pour des motorisations moins énergivores et plus propres, on peut s’attendre à la turbocompression, comme c’est le cas du V12 biturbo sous le capot de la DB11. En ce moment, la V12 Vantage S représente une espèce en voie de disparition, un choix exclusif par sa relative rareté, et une belle expérience au volant d’une sportive typiquement anglaise.

Partager sur Facebook
Commentaires