Infiniti QX60 2017: Transportez votre famille en première classe

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2017

Lorsque la marque de luxe de Nissan, Infiniti, a introduit le QX60 en 2013, baptisé JX à l’époque, nous avions des doutes sur son succès. Nous l’avions qualifié de fourgonnette de grand luxe, un ADN à des lieues de ce à quoi Infiniti nous avait habitués.

Apparemment, on s’est trompé puisque, trois ans plus tard, le QX60 est, étonnement, le modèle le plus vendu de la marque au Canada. Il semble que beaucoup de familles apprécient sa capacité d’accueillir sept passagers et ses caractéristiques de luxe.

Le constructeur japonais a légèrement remanié ce modèle l’an passé, avec quelques retouches à l’avant et à l’arrière. Ainsi, la grille est un peu plus imposante et les phares antibrouillards sont cerclés de chrome. L’antenne de type aileron de requin, placée sur le toit à l’arrière, est pratiquement ce qui singularise le plus cette nouvelle édition!

Grâce au long capot, aux lignes élancées et au toit qui plonge un peu plus, l’« effet minivan » a été atténué, une excellente chose. Ce qui procure le plus de caractère au véhicule, c’est son montant D, à l’arrière, de forme parabolique et ses jantes surdimensionnées de 18 pouces, 20 en option.

Ce qui importe lorsque l’on se déplace en famille, c’est l’espace à bord, la convivialité et les équipements. Le QX60 a tout ça, avec un niveau de luxe relevé en prime, ce qui le distingue de son cousin, le Nissan Pathfinder. L’effet huppé est apporté par des sièges en cuir, des boiseries et une grande attention aux détails, typique à Infiniti. Côté ergonomie, le QX60 n’a pas trop changé ces dernières années, mis à part un nouveau sélecteur de vitesses qui reprend le design des plus récents véhicules de la marque.

Bien équipé pour le prix

À bord, l’espace est roi. Tous les passagers profitent de bons dégagements et il est possible de modifier aisément l’aménagement intérieur grâce aux sièges rabattables de seconde rangée (60/40) et de troisième rangée (50/50). L’espace de chargement demeure intéressant même lorsque la banquette arrière est utilisée, le réel avantage des modèles plus imposants. L’accès à la troisième banquette est aussi facilité par un mécanisme simple qui rabat le siège médian complètement vers l'avant, libérant ainsi le passage.

Vendu à un prix de près de 50 000 $, le QX60 dispose d’une excellente valeur si on le compare à ses concurrents, un élément qui joue certainement en sa faveur au chapitre des ventes. Plutôt que de concevoir de multiples versions et forcer les choix, Infiniti a eu la bonne idée d’offrir une seule déclinaison, bien équipée, et de proposer quelques ensembles d’options en fonction de diverses thématiques comme Technologie, qui ajoute des systèmes rehaussant la sécurité ou Tourisme de luxe qui embellit le QX60 avec en prime, un niveau d’équipement supérieur. Même en livrée de base, il s’avère très intéressant, ce qui n’est souvent pas le cas des modèles germaniques.

Sous le thème de l’économie

Sous le capot, on retrouve à nouveau le V6 de 3,5 litres de la série VQ. Il développe 265 chevaux et un couple de 248 lb-pi. On se serait bien accommodé d’un surcroît de puissance avec le moteur de 3,7 litres, mais on comprend qu’Infiniti favorise l’économie de carburant à la puissance, un choix tout de même sensé dans les circonstances. C’est également pourquoi le constructeur a retenu une boîte automatique de type CVT, pour l’économie, non pas pour le plaisir de conduite. La bonne nouvelle, c’est que chez nous, le rouage intégral est de série.

Le QX60 est aussi commercialisé en version hybride, comprenant un moteur quatre cylindres suralimenté de 2,5 litres jumelé à un moteur électrique, pour une puissance combinée de 250 chevaux. Est-ce que ça vaut la peine? Pas réellement, puisque l’économie sur l’autoroute n’est pas substantielle comparativement au prix demandé.

Afin de dynamiser son comportement, on a équipé le QX60 de composantes de suspensions plus fermes pour tenter de l’aligner un peu plus sur la philosophie sportive de la marque, mais il est difficile de réellement percevoir le changement. Avec sa hauteur et son gabarit, le QX60 n’est pas très svelte et son comportement reflète bien ses attributs physiques.

Sa grande force s’avère davantage son silence et son confort de roulement qui rendent les longs trajets beaucoup plus agréables. On n’entend pratiquement rien à bord, notamment grâce à un nouveau verre acoustique mieux insonorisant. Pour ne pas entendre les enfants se chamailler, le système de divertissement optionnel — qui comprend deux écrans à l’arrière — sera un succès garanti!

Partager sur Facebook
Commentaires