Mercedes-Benz Classe SL 2017: La Dolce Vita, façon germanique

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2017

La SL de Mercedes-Benz fait partie de ces modèles qui ont atteint le statut d’icône dans l’histoire de l’automobile. Depuis son lancement dans les années cinquante, la SL assure le rayonnement de la marque et les tout premiers modèles de série, dérivés de la voiture de course qui a remporté les honneurs de la Carrera Panamericana en 1952, sont aujourd’hui parmi les voitures les plus convoitées par les collectionneurs. Les lettres SL veulent dire Sport Leicht, ce qui signifie Sport et Légère en allemand. Si c’était vrai au début, ce ne l’est plus du tout aujourd’hui…

Le changement le plus évident pour le modèle 2017 de la SL est l’adoption d’une nouvelle calandre dont le design rappelle justement celui de la célèbre 300 SL Gullwing de course en 1952, afin de corriger un point faible relevé par la clientèle qui trouvait que la partie avant du modèle précédent manquait de présence. Plus imposante et profilée, cette calandre représente un nouvel élément composant la signature visuelle de la SL, et ce nouveau look sera partagé avec d’autres modèles de la marque. On peut donc parler d’un simple lifting.

La SL conserve donc son toit rigide rétractable à commande électrique, cependant doté d’une nouvelle fonctionnalité permettant de le replier ou de le déployer lorsque la voiture est en mouvement, pourvu que la vitesse ne dépasse pas les 40 km/h.

Connectivité oblige, la SL intègre cette année de nouvelles fonctionnalités comme l’interface Apple CarPlay et l’écran du système de télématique présente un nouveau look pour les fonctions de navigation, de téléphonie, de la chaine audio et de la navigation sur Internet. Notons également qu’une fente pour carte SD et deux ports USB ont été ajoutés dans cet habitacle dont le style est essentiellement inchangé, bien que le bloc d’instruments ait été revampé, comme le volant d’ailleurs.

Quatre moteurs, quatre vocations

Pour le marché canadien, quatre modèles, tous avec des motorisations turbocompressées, sont proposés à la clientèle. Ainsi, la nouvelle SL 450 devient d’office la version d’entrée de gamme avec son V6 biturbo de 3,0 litres développant 362 chevaux, jumelé à une nouvelle boîte automatique à neuf rapports partagée avec la SL 550. Cette dernière conserve son V8 biturbo développant 449 chevaux.

Pour les modèles AMG, on peut parler de statu quo, les moteurs étant inchangés tout comme la boîte de vitesses AMG Speedshift à sept rapports. La Mercedes-AMG SL 63 a donc toujours son V8 biturbo de 5,5 litres développant 577 chevaux alors que le fabuleux V12 biturbo de 6,0 litres et 621 chevaux se retrouve toujours sous le capot de cette voiture d’exception qu’est l’AMG SL 65.

Prendre le volant d’une AMG SL 63, c’est prendre contact avec une voiture remarquablement équilibrée dont la répartition des masses est presque idéale, puisque 51 pour cent du poids de la voiture repose sur le train avant et 49 pour cent sur l’arrière. Cette excellente répartition est le gage d’une très bonne tenue de route dont le seul facteur limitatif demeure le poids élevé de la voiture qui fait osciller la balance à 1 845 kilos, soit presque deux tonnes métriques. Bref, on ne peut pas donner la chasse à une Porsche 911 Turbo sur une route sinueuse, mais en ligne droite, ça peut se jouer alors que le paysage défile à la vitesse Grand V…

Le comportement routier de cette SL est paramétrable sur cinq modes, les suspensions adoptant des calibrations différentes selon que le conducteur sélectionne le mode Confort, Sport, Sport plus, Individuel ou Race.

Les SL s’inclinent…

Les SL qui ne sont pas des modèles AMG, soit les SL 450 et SL 550, sont maintenant dotées de la fonction « Curve », qui a été mise au point pour le coupé S 63 AMG il y a deux ans, et qui permet d’incliner la caisse de la voiture jusqu’à 2,65 degrés dans les courbes pour réduire l’effet de l’accélération latérale. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la fonction première de ce dispositif n’est pas d’augmenter la vitesse de la voiture en virages, mais plutôt de bonifier le confort des occupants. Le système fonctionne entre 15 et 180 km/h et on ressent assez bien l’inclinaison de la caisse même si 2,65 degrés semblent peu de prime abord.

C’est par le grand tourisme en tout confort avec beaucoup de pédale en réserve sous le pied droit que l’on prend conscience de la vraie nature de la SL. Prendre la route au crépuscule, à ciel ouvert, avec sa musique préférée et le système AIRSCARF qui nous souffle de l’air chaud à la base de la nuque, c’est ça la Dolce Vita

Partager sur Facebook
Commentaires