Chevrolet Spark 2017: Vous aimez l’Internet? Chevrolet a pensé à vous.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2017

La première génération de la Spark ciblait essentiellement les personnes désirant se procurer une voiture vendue à un prix très compétitif, à faible consommation et avec un minimum de confort. La seconde génération, qui a fait ses débuts au milieu de l’année-modèle 2016, cible une nouvelle clientèle en plus de celle visée précédemment. La nouvelle Spark est faite pour les internautes.

De nos jours, les sondages le prouvent, beaucoup de jeunes acheteurs sont plus intéressés par les médias sociaux et les communications sur la toile que par une voiture. Même si plusieurs de ces jeunes aimeraient bien s’en passer, il reste que le mode de vie actuel en oblige plusieurs à se procurer une auto. C’est dans ce contexte que Chevrolet a décidé de réviser sa sous-compacte afin de la rendre plus attrayante aux acheteurs conventionnels et presque irrésistible aux inconditionnels de l’Internet.

Le Wi-Fi bien entendu

Forte de son association avec OnStar et la possibilité de proposer le Wi-Fi à l’intérieur de la voiture, GM met le paquet : pratiquement toute sa gamme d’automobiles et de camionnettes permet de se brancher au Web par l’intermédiaire du Wi-Fi (grâce à une connectivité 4G LTE). Comme il se devait, compte tenu de la clientèle ciblée, la Spark fait partie du nombre. Il est donc possible de naviguer sur la toile, à la condition de participer au réseau OnStar. C’est dans ce contexte que l’écran d’affichage est dorénavant de sept pouces, afin que l’on puisse mieux voir les informations fournies par les systèmes MyLink, Apple CarPlay et Android Auto. Comme la quasi-majorité des automobilistes possède un téléphone intelligent, il sera difficile de résister à l’envie de surfer sur le Web à l’aide de son téléphone. Au fil de quelques essais de ce système, force est d’admettre qu’il est impressionnant en termes de simplicité et d’efficacité, qu’il s’agisse d’Apple ou Android. Ceci permet également de bénéficier du système de navigation provenant du téléphone cellulaire, ce qui est un avantage marqué d’autant plus qu’il s’affiche sur l’écran principal.

Cette année, la silhouette de cette minivoiture a été quelque peu requinquée tout en conservant les grandes lignes du modèle précédent. La section avant est plus verticale, les feux de route et les feux arrière ont été redessinés. L’empattement a été allongé de 10 mm et la hauteur a été abaissée de 66 mm, ce qui contribue à donner une allure plus sportive à cette voiture et réduire le coefficient de pénétration dans l’air. Pour assurer un dégagement adéquat pour la tête, l’assise des sièges a été abaissée en conséquence.

Toujours dans l’habitacle, l’affichage des cadrans indicateurs est dorénavant à cristaux liquides plus sophistiqués. Mentionnons que les commandes sont regroupées sur les branches du volant et dans la nacelle centrale, les deux à la portée de la main.

Principale faiblesse corrigée

La version antérieure de la Spark possédait d’indéniables qualités tant esthétiques que pratiques alors que sa tenue de route était dans la bonne moyenne de cette catégorie. Par contre, le moteur manquait de tonus et il fallait jouer du levier de vitesses pour obtenir des performances correctes, tandis que la transmission CVT nous donnait l’impression de piloter un rasoir électrique...

Cette seconde génération a vu sa plate-forme révisée et rigidifiée afin d’optimiser le comportement routier et l’insonorisation dans l’habitacle. Mais la principale amélioration est l’arrivée d’un tout nouveau moteur sous le capot. La cylindrée est la même, mais ce 1,4 litre produit 98 chevaux, soit 17% de plus que le précédent. Il est à encore associé à une boîte manuelle à cinq vitesses tandis que la transmission à rapports continuellement variables est disponible en option. Cette puissance accrue vient combler l’une des grandes lacunes de ce modèle.

Il faut se souvenir que la Spark était également offerte en version 100% électrique et elle s’était révélée l’une des plus intéressantes de la catégorie. Malheureusement, cette version n’est pas reconduite avec la nouvelle génération, la direction de Chevrolet préférant nous faire patienter quelques mois et nous proposer la récente Bolt dont l’autonomie peut atteindre 320 kilomètres.

Pour les amateurs de voitures à moteur thermique, la Spark, fabriquée en Corée, se démarque fort bien au chapitre des accélérations et des reprises tout en adoptant une tenue de route sans surprise et bien équilibrée pour la catégorie. Un bref essai comparatif avec la Nissan Micra nous amène à conclure que cette dernière est plus puissante, mais qu’elle ne réussit pas à cacher ses origines plus anciennes face à cette pimpante Chevrolet branchée sur le Web.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

SurvolChevrolet Spark 2018 : aperçu
Malgré son prix de 9 995 $ avant les frais de transport et de préparation, la petite Spark de Chevrolet n’est pas la voiture la plus abordable sur le marché canadien. Ce titre revient plutôt à la Nissan Micra qui coûte… 7 $ de moins. Toutefois, chez Chevrolet, ces quelques …
Commentaires