Volkswagen Golf/Jetta City, pourvu que ça dure !

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

L’idée était audacieuse : maintenir sur le marché les deux modèles compacts de la compagnie et les vendre à un prix de sous-compacte pendant que leur modèle de remplacement venait s’installer dans les salles de démonstration. Règle générale, lorsqu’on adopte une telle politique, les modèles plus anciens sont dépassés tant sur le plan de l’esthétique, de la mécanique que du comportement routier. Pourtant, les Golf et Jetta City permettent aux personnes qui ont un petit budget de profiter de voitures fort agréables à conduire et qui de plus, sont des exclusivités canadiennes.

Mieux encore, au lieu de nous proposer des versions qui se déglinguent au fil des années, la direction de Volkswagen Canada a même apporté plusieurs améliorations à ces deux modèles l’an dernier. Assemblés au Mexique, ces derniers ont bénéficié de plusieurs changements au chapitre des feux avant, des ailes, du capot, de la calandre et des pare-chocs. En plus, les cadrans indicateurs ont été modifiés et il en a été de même du tissu des sièges et du pavillon. Le moteur 2,0 litres a été reconduit, et il peut être couplé en option à une boîte automatique à six rapports de type Tiptronic. Elle remplace la boîte à quatre rapports qui était vraiment dépassée.

Sobre et efficace

Les véhicules fabriqués par ce constructeur ont tous la même caractéristique, à savoir un habitacle fort bien agencé qui est à la fois confortable et pratique, sans décorations excessives. Même sur une voiture à vocation économique, la qualité des matériaux et de l’assemblage surprend. En outre, les cadrans indicateurs sont faciles à consulter et leur éclairage bleuté est vraiment une caractéristique qui se fait apprécier. Les sièges avant sont fermes, c’est une tradition chez Volkswagen, mais en plus d’offrir un excellent support latéral, ils sont très confortables même après plusieurs heures de route. Peu importe qu’il s’agisse du hatchback cinq portes, la Golf, ou de la berline, la Jetta, les places arrière sont assez accueillantes et laissent un bon dégagement pour la tête. Toutefois, c’est un peu juste pour les jambes.

Comme le prix de vente initial a été établi afin de défier toute concurrence à ce chapitre, l’équipement de série est correct, mais on ne nage pas dans le luxe. Si vous souhaitez équiper votre City en petite- bourgeoise, la liste des options est passablement étoffée.

Elle comprend, entre autres, les glaces à commande électrique, la climatisation, le toit ouvrant électrique, les roues en alliage, un programme de stabilisation électronique, des coussins gonflables latéraux avant et des écrans gonflables latéraux. La liste est presque interminable. Mais si l’on tombe dans l’excès d’options, le prix rejoindra probablement celui des Rabbit et Jetta de la nouvelle génération.

C'est le pilote qui...pilote !

Le quatre cylindres 2,0 litres est associé de série à une transmission manuelle à cinq rapports. Ce moteur est utilisé depuis des temps presque immémoriaux par VW, mais il a prouvé sa valeur même si sa consommation est relativement élevée pour la cylindrée. Heureusement, il s’abreuve d’essence ordinaire. Sa puissance de 115 équidés peut sembler modeste, mais c’est au moins l’égal de ce que l’on peut obtenir dans cette catégorie de prix. Associé à la boîte manuelle, qui est un délice à utiliser, ce petit moteur grogne en accélération, mais son rendement est intéressant surtout en raison de son couple qui se manifeste à bas régime. Mais ce qui nous fait craquer pour ce duo, ce ne sont pas les performances ellesmêmes ou encore le rendement du moteur comme tel, mais bien un enchaînement de facteurs qui rendent la conduite fort agréable.

Bénéficiant d’une position de conduite que l’on pourrait juger d’excellente, d’une direction précise et à l’assistance juste ce qu’il faut, le pilote de la voiture à la sensation d’être vraiment celui qui mène. Ici, pas de suspension guimauve, pas de direction reliée à du caoutchouc, pas de levier de vitesses imprécis ou de pédalier mal agencé, en fait, c’est exactement le contraire. Tout cela s’harmonise pour nous offrir un agrément de conduite et une tenue de route qu’aucune autre voiture de cette catégorie ne peut surpasser. Et cette description vaut aussi bien pour la Golf que pour la Jetta. Curieusement, ces deux voitures se démarquent l’une de l’autre par des commandes placées à des endroits différents, mais pour le reste c’est du pareil au même. À vous de savoir si vous avez besoin d’une voiture à hayon ou d’une berline traditionnelle. Espérons que Volkswagen continuera de nous offrir ce duo pendant plusieurs années encore.  

FEU VERT

Prix très compétitif
Fort agrément de conduite
Excellent comportement routier
Finition impeccable
Sièges confortables

FEU ROUGE

Moteur bruyant
Consommation relativement élevée
Valeur de revente inconnue
Certaines options onéreuses
Habitacle austère

Partager sur Facebook
Commentaires