Carroll Shelby : un homme, une vision

Henry Ford a aimé la course automobile avant de changer le monde avec sa Modèle T. Il a même lancé sa compagnie grâce aux retombées de sa victoire dans la seule course à laquelle il ait participé comme pilote, en 1901. Si toutefois le nom Ford est inscrit au palmarès des plus grandes épreuves et associé à certaines des voitures sport les plus célèbres et adulées, c’est en bonne partie à cause d’un Texan du nom de Carroll Shelby.
Lui-même pilote de grand talent, vainqueur aux 24 Heures du Mans en 1959 au volant d’une Aston Martin DBR1 d’usine en équipe avec Roy Salvadori, Shelby a dû renoncer au pilotage à cause de problèmes cardiaques sérieux. Il connut par la suite les plus grands succès en créant d’abord la première Cobra, résultat du croisement entre le châssis d’une voiture sport britannique de marque AC et un nouveau V8 de 4,7 litres (289 pouces cubes) créé par Ford. Nettement plus légère, la Cobra fut immédiatement victorieuse face aux Corvette de l’époque.

L’équipe Shelby-American allait ensuite décrocher le Championnat du monde des marques en 1965 au nez de la toute-puissante Scuderia Ferrari grâce aux roadsters Cobra à moteurs de 289 et 427 pouces cubes (7,0 litres) et aux six coupés Cobra Daytona construits à cette fin. La même année, Ford allait faire appel à Shelby pour rendre ses Ford GT compétitives en course d’endurance. L’objectif : battre Ferrari au Mans par ordre de Henry Ford II à qui Enzo Ferrari avait refusé de vendre sa compagnie à la dernière minute après de longues négociations.

Carroll Shelby et ses hommes remplacèrent le V8 Ford de 4,2 litres emprunté à la Formule 1 par le puissant et fiable V8 de 7,0 litres qui avait fait ses preuves en série NASCAR. Après une première tentative en 1965, les Ford GT II décrochaient les trois premières places au Mans l’été suivant avec une énorme avance. Shelby révéla plus tard que le secret de leur victoire était la technique développée par un de ses mécanos experts pour remplacer les disques de freins en une minute. Sinon « avec l’énergie cinétique accumulée par ces voitures de 4 000 livres (1 815 kg) après avoir roulé sur la longue ligne droite, elles auraient détruit leurs freins en deux ou trois heures ». Les GT filaient alors à plus de 320 km/h sur cette ligne droite d’environ six kilomètres.

L’équipe Shelby allait gagner encore aux 24 Heures du Mans l’année suivante grâce à la Ford GT MK IV, une toute nouvelle voiture, mais Carroll Shelby élaborait déjà d’autres projets, selon son habitude. À la demande de Ford, son équipe avait entre autres créé la GT350, version résolument sportive de la Mustang, quelques mois seulement après les débuts extraordinaires de cette nouvelle série. Lancée en 1965, la GT350 connut autant de succès en compétition qu’auprès des passionnés, propulsée par une version du V8 de 4,7 litres qui produisait alors 306 chevaux. Comme la Cobra, elle fut ensuite rejointe par les GT500 et GT500KR qui étaient équipées de V8 de 428 pouces cubes.

La dernière Ford Shelby GT500, produite en 2013 et en 2014, est l’héritière en droite ligne de ces Mustang d’exception. Malgré ses 88 ans et surtout les nombreuses opérations qui lui ont permis d’atteindre cet âge vénérable, dont une transplantation cardiaque et la greffe de l’un des reins de son fils Mike, Carroll Shelby a participé avec grand enthousiasme à la création de cette nouvelle reine des Mustang. Les ingénieurs de l’équipe de développement racontent même que Shelby a conduit à quelques reprises des prototypes de la GT500 pendant huit heures aux centres d’essai tellement il s’amusait.

Dans les vidéos présentées lors du lancement de presse de la GT500, Shelby s’est dit particulièrement fier de cette Mustang qui peut même rouler à plus de 200 milles à l’heure (320 km/h), la vitesse qu’atteignaient ses Ford GT MK II au Mans quelques décennies plus tôt. « J’aime l’idée que des gens qui triment dur pour gagner leur vie puissent se payer une voiture comme cette GT500 qui est meilleure que d’autres qui coûtent 100 000 $ de plus. » C’était Carroll Shelby à son meilleur, comme toujours.

Entre temps, Shelby aura participé activement au développement de la Ford GT moderne (2005-2006) et inspiré la création de prototypes comme la Cobra Concept et la superbe Shelby GR-1 Concept. Sans parler du rôle primordial qu’il a joué dans la création de la Dodge Viper, une des héritières spirituelles de sa mythique Cobra, pour un autre constructeur.

Carroll Shelby s’est éteint le 11 mai 2012 après être allé au bout de son talent, de ses passions, de ses rêves et de ses forces comme très peu d’entre nous y arriveront. Il laisse un héritage qui va largement au-delà de ces objets fabuleux et légendaires qu’il a pourtant créés. C’est tout dire.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

BlogueCarroll Shelby est décédé
Bien connu des amateurs de voitures performantes, le Texan Carroll Shelby est décédé le 10 mai 2012. Agé de 89 ans, il était hospitalisé plusieurs semaines à la suite d'une pneumonie. Durant les années 1950, Shelby s'était fait connaitre par ses succès en course automobile. Un jour, il transforme une …
BlogueOui, oui, Carroll. On s'appelle et on déjeune!
Carroll Shelby n’est plus. L’amateur de voitures puissantes que je suis est triste. Mais, au moins, j’aurai eu l’occasion, une fois, de rencontrer cette icône américaine. Cela s’est passé à l’été 2006, sur les terrains d’essais de Ford (proving ground) à Dearborn, Michigan. Cette journée-là, la marque à l’ovale bleu …
ActualitéLa GT350H 1966 de Carroll Shelby mise aux enchères
Après le lancement de la Ford Mustang en 1964, le pilote et homme d’affaires Carroll Shelby n’a pas perdu de temps à créer des versions plus performantes du célèbre Pony Car, vendues chez les concessionnaires Ford. En 1965, les premières GT350 sont apparues. Elles disposaient du moteur V8 de 289 …
Commentaires