Toyota Highlander, l'efficacité et l'ennui

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Lorsque le premier modèle Highlander a été lancé il y a huit ans déjà, il était considéré par la majorité comme une simple version multisegment de la berline Camry. Il en possédait d’ailleurs le même confort, le même silence de roulement et le même agrément de conduite mitigé. Sa remplaçante lancée l’an dernier était plus puissante, plus grosse et également plus luxueuse. Sans oublier le fait qu’une version à moteur hybride s’est jointe à la famille.

Ce faisant, les concepteurs ont écouté les avis et suggestions des propriétaires des modèles antérieurs qui désiraient un véhicule offrant plus d’espace, un moteur plus puissant et de meilleures capacités hors route. À ce dernier chapitre, le Highlander a été équipé de multiples accessoires d’aide à la conduite hors des sentiers battus. Soulignons le dispositif d’assistance au démarrage en pente qui génère une pression hydraulique de freinage aux quatre roues, ce qui évite le recul du véhicule lorsqu’on doit démarrer dans une pente. Il y a également le dispositif d’assistance en descente qui règle automatiquement la vitesse du véhicule. Et toujours dans la même idée, il est intéressant de souligner que le moteur est protégé par une plaque de métal placée sous le véhicule.

Habitabilité moyenne, espaces de rangement

Curieusement, même si ce modèle a progressé de 96 mm en longueur lors de sa refonte de l’an dernier, la plupart des critiques formulées à propos de l’habitacle concernent l’habitabilité moyenne de ce Toyota, correcte tout de même, mais inférieure à celle que plusieurs modèles concurrents proposent. Sans doute pour compenser, les concepteurs de l’habitacle ont multiplié les porte-gobelets et les espaces de rangement. Par ailleurs, comme toute Toyota qui se respecte, la finition est impeccable, mais il faut noter que certains matériaux pourraient être de meilleure qualité.

Le tableau de bord impressionne avec son écran à affichage par cristaux liquides placé au centre de la planche de bord et encadré des boutons de commande du système audio. Sur les versions plus huppées, la console est garnie d’appliques en bois. Par contre, le support latéral des sièges avant est faible et la banquette centrale est inconfortable au centre. D’ailleurs, on semble partager notre opinion chez Toyota puisque les ingénieurs ont concocté un accoudoir central amovible pour cette banquette. Celui-ci se remise dans un compartiment spécial placé sous la console avant. Enfin, la troisième rangée est surtout destinée à des enfants. Avant de passer à la mécanique, soulignons que le hayon arrière est motorisé et que la lunette arrière peut s’ouvrir indépendamment du hayon.

Ordinaire…

L’acheteur peut décider de se procurer la version traditionnelle, propulsée par un moteur V6 de 3,5 litres d’une puissance de 270 chevaux et associé à une boîte automatique à cinq rapports. Ce moteur est souple et performant en plus d’être très silencieux. La transmission intégrale est également de série. Bien entendu, comme tous les produits de la marque, ce véhicule propose une grande douceur de roulement, une bonne insonorisation et une suspension confortable. Malheureusement, on ne peut être aussi élogieux en fait d’agrément de conduite. La direction est nettement trop assistée et la sensation de la route presque inexistante. Si vous faites partie des personnes qui aiment conduire un véhicule, vous devrez vous contenter de l’insonorisation de la cabine et de la fiabilité de la mécanique. Quant à la tenue de route elle-même, elle est correcte sans plus.

Et il y a l’hybride !

Une version hybride s’est ajoutée à la famille Highlander à la fin de l’automne 2007. Comme tous les groupes propulseurs de ce genre proposés par Toyota, le moteur à combustion interne travaille en parallèle avec un moteur électrique. Cette fois-ci, il faut mentionner l’ajout d’un autre moteur électrique qui a pour mission d’actionner les roues arrière pour augmenter l’adhérence au besoin. En plus, cette nouvelle génération de moteur hybride peut rouler en mode électrique exclusivement, ce qui permet de ménager beaucoup de carburant dans la circulation urbaine. Détail à noter, en marche arrière, seul le moteur électrique est sollicité. Et il faut ajouter que la transmission à rapports continuellement variables de ce groupe propulseur est efficace et transparente. De plus, les accélérations et les reprises sont nerveuses. Le seul inconvénient de ce modèle hybride est son prix de vente qui est nettement prohibitif si vous en faites l’acquisition pour compenser la hausse du prix de l’essence. Si un modèle de base classique se vend 36 900 $ au moment d’écrire ces lignes, vous devrez débourser 4 000 $ de plus pour vous procurer son équivalent dans la catégorie hybride. À vous de faire le choix.  

FEU VERT

Fiabilité assurée
Moteur adéquat
Rouage intégral de série
Habitacle confortable
Capacités hors route intéressantes

FEU ROUGE

Direction engourdie
Agrément de conduite mitigé
Modèle hybride cher
Prix élevé de certaines options
Silhouette anonyme

Partager sur Facebook
Commentaires