Chevrolet El Camino 1970 : le pickup qui n’en est pas un

Trop souvent, on voit de belles voitures anciennes du Québec vendues au plus offrant au sud de la frontière. Mettons ça sur la faute du taux de change.

Heureusement, l’histoire inverse se produit parfois aussi. C’est le cas de la Chevrolet El Camino 1970 de Gaétan Comtois. D’abord vendue neuve en Floride, cet heureux mélange entre une voiture et une camionnette a fait son bout de chemin jusqu’au Québec dans les années 80.

Trois décennies plus tard, elle y est toujours.

Un peu d’histoire

Lancée en 1959, la première génération de l’El Camino était construite à partir de la même plateforme que GM utilisait pour construire la Chevrolet Impala. Il s’agissait alors d’une réponse directe à Ford, qui lançait son Ranchero deux ans plus tôt.

Très populaire en Australie, le concept des voitures munies d’une boîte de camionnette était tout nouveau pour les Américains. Et malgré une réponse plutôt positive, Chevrolet cessa la production de l’El Camino en 1960, seulement deux ans après l’avoir entamée.

L’arrêt de production fut toutefois de courte durée. Dès 1964, Chevrolet était de retour avec une toute nouvelle génération de l’El Camino. Et à partir de ce moment, le modèle était là pour rester.

Désormais construit à partir des bases de la Chevelle, l’El Camino allait demeurer dans les rangs de Chevrolet pendant plus de 20 ans avant de finalement tirer sa révérence en 1987.

Photo: Voitures anciennes de Granby

Un modèle recherché

Ce mélange entre une voiture et une camionnette, Gaétan Comtois l’a toujours aimé. Et il y a deux ans, il s’est fait tout un cadeau en se portant acquéreur de son El Camino 70. « Je trouvais ça beau. Ça faisait longtemps que j’aime ça », relate-t-il, bien heureux de pouvoir parler de sa petite merveille.

Sa bagnole est équipée d’un moteur V8 de 454 pouces cubes, la plus grosse mécanique disponible sous le capot de ce modèle en 1970. Une boîte automatique à trois rapports est utilisée pour gérer les 450 chevaux de cette puissante mécanique.

Depuis qu’il en a fait l’achat, Gaétan Comtois s’est contenté d’y apporter quelques modifications somme toute mineures. « J’ai ajouté quelques moulures, des petits détails comme ça », explique le propriétaire, déjà bien heureux de l’allure de son véhicule.

Originaire de la Floride, l’El Camino était au Québec depuis longtemps déjà quand Gaétan Comtois en a fait l’acquisition. Lors d’une exposition de voitures anciennes, il est toutefois tombé face à face avec l’homme qui a importé la voiture au Québec, il y a 30 ans!

Après lui avoir jasé un peu et en avoir appris davantage sur l’histoire de son bolide, M. Comtois est plus heureux que jamais de pouvoir s’en clamer le propriétaire.

Avec le retour du printemps, le résident de la Rive-Sud de Montréal entend profiter de son El Camino au maximum durant la saison estivale. Gardez l’œil ouvert, vous risquez de le croiser dans quelques expositions cet été!

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéSparky : le El Camino électrique
Lorsqu'un atelier de préparation se cherche un camion pour transporter diverses pièces sur de courtes distances, il choisit généralement quelque chose qui représentera bien sa clientèle cible. S’il restaure des voitures anciennes, le choix se portera sur un vieux camion des années 50-60, par exemple. Mais que faire quand ledit …
Voitures anciennesChevrolet, de la Classic Six à la Corvette C8
En 1908, William C. Durant, aussi connu sous le nom de Billy Durant, fonde la General Motors. Hommes d’affaires charismatique et visionnaire, Durant a toutefois la mauvaise habitude de voir trop grand, achetant entreprise après entreprise; Buick, Oldsmobile, Cadillac, Oakland qui deviendra Pontiac, Cadillac, Cartercar et Reliance Motor Truck pour …
Voitures anciennesChevrolet Woody 1950 : entre voiture et œuvre d’art
Il y a une vingtaine d’années, la Chevrolet que vous voyez ici en photos n’était pas l’ombre d’elle-même. Les roues calées dans la terre gelée de l’hiver, la vieille bagnole américaine était emprisonnée par un « abri tempo » qui lui était littéralement tombé dessus, dans le fond d’une cour.

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires