Toyota Camry, la référence

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Au fil des années, la Camry, bonne et surtout fiable petite berline, est devenue la référence dans la catégorie des intermédiaires. En effet, elle incarne ce qu’était la Chevrolet Impala dans les années 60, à savoir la berline qui sert d’étalon pour la catégorie. D’ailleurs, ce n’est pas le fruit du hasard si Honda a gonflé les dimensions de son modèle Accord, mais bien pour contrer le succès de la Camry, qui a dépassé l’Accord au chapitre des ventes. Cette dernière a donc pris du coffre afin d’émuler les dimensions de la Toyota.

La Camry répond à merveille aux attentes des consommateurs américains qui aiment bien les grosses berlines et surtout le confort. Et pas besoin de se préoccuper de la tenue de route et de l’agrément de conduite, nos voisins du sud ont d’autres préférences. Ajoutez à cela une fiabilité à toute épreuve, du moins c’est la réputation de la marque à ce jour, et vous avez la recette du succès. Pour faire bonne mesure, Toyota a aussi eu l’idée de concocter une version à moteur hybride.

UN « GROS CHAR »

Il faut préciser que depuis sa refonte il y a maintenant trois ans, la Camry est devenue une voiture dont les dimensions sont imposantes. Les stylistes ont même conçu une carrosserie dont la silhouette nous fait percevoir cette voiture comme étant plus grosse qu’elle ne l’est en réalité, une recette qui fait fureur auprès des Américains. Il suffit de croiser une Camry noire pour constater l’impact visuel de ce design. Donc, à défaut d’innover au chapitre du style, elle nous en met plein la vue.

Comme toute Toyota qui se respecte, la finition de l’habitacle est sans faille tandis que la qualité des matériaux est supérieure à la moyenne. Les occupants ne souffriront pas de claustrophobie puisque l’habitabilité est excellente ; les sièges sont confortables et l’espace pour les jambes est fort généreux, aussi bien à l’avant qu’à l’arrière. Par contre, les sièges avant n’offrent pas beaucoup de support latéral. Quant au tableau de bord, sa présentation est correcte, mais elle ne remportera pas beaucoup de prix de design. La seule excentricité visuelle se situe au chapitre des cadrans indicateurs constitués de deux bandes blanches en forme de demi-lune avec chiffres noirs. Soulignons également la simplicité des commandes, contrairement à la nouvelle Honda Accord par exemple.

Le coffre à bagages est d’assez bonne capacité, du moins pour les modèles ordinaires. Dans le cas du modèle hybride, la présence des batteries ampute la capacité de la soute à bagages d’environ 30 %.

UN TRIO DE MOTEURS

Lorsque vient le temps de choisir le groupe propulseur, vous avez pratiquement l’embarras du choix. Les versions les plus économiques sont équipées d’un moteur quatre cylindres de 2,4 litres produisant 158 chevaux, couplé à une boîte manuelle à cinq rapports. Il est relativement curieux de retrouver une boîte manuelle sur une voiture de cette catégorie et cette version ne devrait intéresser que les personnes voulant économiser le plus possible ou qui ne peuvent se passer de cette transmission. Mais si vous voulez vraiment épargner du carburant, la solution la plus attrayante est celle proposée par la version hybride. Celle-ci comprend un moteur quatre cylindres de 2,4 litres associé en parallèle à un moteur électrique, ce qui porte la puissance totale à 187 chevaux. Cette combinaison permet d’obtenir une consommation moyenne d’environ 6 litres aux 100 km.

Par contre, plusieurs utilisateurs de ce modèle nous ont confié que la conduite hivernale de la voiture était marquée par une hausse de la consommation et que les pneus à faible résistance au roulement n’assurent pas une bonne adhérence, et ce, peu importe la saison. Et si vous n’aimez pas les transmissions à rapports continuellement variables, vous devrez opter pour une autre version. Le troisième moteur au catalogue est un moteur V6 de 3,5 litres produisant 268 chevaux et associé à une boîte automatique à six rapports. Cette combinaison permet d’obtenir une consommation de carburant presque similaire à celle du moteur quatre cylindres et sa boîte automatique à cinq rapports. À vous de choisir la combinaison qui convient à vos besoins et à vos attentes.

Peu importe le moteur ronronnant sous le capot, l’agrément de conduite d’une Camry est moyen tout au plus, et il en est de même de sa tenue de route qui est correcte, sans plus. Ajoutez à cela une direction trop assistée ainsi qu’une plate-forme qui pourrait être plus rigide et vous allez comprendre pourquoi cette voiture brille davantage sur la grand route que sur un parcours sinueux. Bref, c’est la voiture des gens qui aiment le confort et la tranquillité d’esprit.

FEU VERT

Finition impeccable
Habitacle confortable
Modèle hybride
Multiples options
Sécurité passive rassurante  

FEU ROUGE

Fiabilité en retrait
Direction engourdie
Agrément de conduite mitigé
Certaines options chères
Coffre relativement petit (hybride)

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisToyota Camry SE 4 cylindres 2011 : plus jeune et dynamique!
La berline intermédiaire de Toyota n’a plus besoin de présentation. Après plus de 27 années sur la route, on peut dire que la Camry s’est taillée une solide place au point de devenir l’ennemi à abattre pour les constructeurs de Détroit car nombre de gens y trouvent leur compte avec …
Commentaires