Saturn Aura, le coup de foudre au quotidien

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Depuis que cette Saturn a remporté le titre de voiture de l’année en 2007, plusieurs autres modèles se sont ajoutés afin de constituer une gamme complète permettant de rencontrer les besoins et les budgets de tous. Par ailleurs, ce titre prestigieux a été une indication que ce constructeur, après un hiatus de plusieurs années, prenait à nouveau au sérieux le marché des automobiles.

Initialement, seuls les modèles propulsés par un moteur V6 étaient au catalogue. Puis, la version Green Line, avec son moteur hybride de première génération, est venu se joindre, suivi par le modèle XE équipé d’un moteur quatre cylindres. Il est important de savoir que la différence entre les différents groupes propulseurs sous le capot est appréciable et influe grandement sur le compor tement d’ensemble.

Stylisme réussi

Pendant des années, les bureaux de design de GM semblaient se spécialiser dans la conception de voitures dont la silhouette était fortement contestée. Malgré les moyens mis à leur disposition, les designers étaient incapables de toucher la cible et de plaire au public. Toutefois, l’Aura s’est rapidement démarquée par son esthétique à la fois moderne et accrocheuse. La barre transversale chromée qui domine la grille de calandre, l’équilibre des lignes latérales ainsi que les feux arrière bien en évidence permettent à cette dernière de passer pour l’une des plus élégantes de sa catégorie.

Dans l’habitacle, l’espace pour la tête, les jambes et les coudes est géné reux et la plupart des matériaux sont de bonne qualité. Par contre, comme c’est souvent le cas chez GM, la finition laisse à désirer. Des pièces de plastique qui s’emboîtent mal, un tapis mal arrimé, bref vous connaissez la chanson. Heureusement, le tableau de bord est sobre, bien agencé tandis que l’ergonomie est bonne. Il faut également souligner que la ventilation et la climatisation sont fort efficaces.

L'embarras du choix

Il est certain que le modèle qui a mérité le titre de voiture de l’année était celui propulsé par le moteur V6 de 3,6 litres couplé à une boîte automatique à six rapports. Il s’agit du modèle XR, le mieux équipé et celui doté d’une suspension plus sportive qui assure une meilleure tenue de route. Ce groupe propulseur est très efficace et très moderne.

L’autre version, équipée d’un moteur V6, est la XE, plus économique à l’achat et pourvue d’un moteur V6 de 3,5 litres à soupapes en tête et associé à une boîte automatique à quatre rapports. L’habitabilité et le confort sont identiques au modèle plus luxueux, mais les accélérations et les performances ne sont pas aussi impressionnantes, tandis que le niveau sonore de l’habitacle est plus élevé. Toutefois, vous en avez pour votre argent dans les deux cas, sans oublier la possibilité de commander une version à moteur à quatre cylindres, qui est naturellement le modèle le plus économique. Ce quatre cylindres de 2,4 litres produit 164 chevaux et travaille de concert avec une boîte automatique à quatre rapports. Cette transmission est nettement plus fiable et robuste que performante. Naturellement, le modèle Green Line combine ce même moteur de 2,4 litres à un moteur électrique intercalé entre le moteur et la transmission afin d’assurer un surcroît de puissance au besoin.

Cette technologie hybride est relativement élémentaire, mais permet tout de même d’apporter une économie d’essence tout au moins appréciable à un coût intéressant. Même si les performances du Green Line sont relativement modestes, les accélérations et les reprises se font en douceur, sans que le moteur ait à « beugler » pour montrer son efficacité. La plate-forme est très rigide, les suspensions bien calibrées et la tenue de route supérieure à la moyenne. Par contre, les modèles plus économiques sont dotés en première monte de pneus plus ou moins performants et le comportement en virage est affecté. Soulignons au passage que le freinage se situe dans la bonne moyenne, mais que les freins ont tendance à s’échauffer rapidement. Cette Saturn continue de demeurer l’une des plus élégantes berlines sur le marché et constitue ce que ce constructeur peut faire de mieux dans la catégorie des intermédiaires, avec les Pontiac G6 et Chevrolet Malibu puisque ces trois modèles se partagent la même plate-forme.

Si le bilan est positif, il est toutefois dommage de constater que la présence d’un groupe propulseur appartenant à une autre catégorie que ceux offerts par la concurrence, du moins chez les modèles les plus économiques, vient handicaper ce modèle aux yeux de plusieurs.

FEU VERT

Silhouette élégante
Prix compétitifs
Choix de groupes propulseurs
Bonne habitabilité
Tenue de route équilibrée

FEU ROUGE

Freinage moyen
Ouverture du coffre petite
Finition perfectible
Certains pneumatiques peu efficaces

Partager sur Facebook
Commentaires