Porsche Cayenne, le quatrième larron

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Le Cayenne est le véhicule de la marque qui se vend le plus, et c’est grâce à la gamme de VUS que les ventes du constructeur allemand ont littéralement doublé au cours des récentes années. Porsche est également devenu le constructeur automobile le plus rentable au monde, ce qui lui a permis d’accroître sa participation dans le groupe Volkswagen et d’en prendre le contrôle dans un scénario digne de David contre Goliath.

Le succès indéniable du Cayenne a donc amené Porsche à en développer une nouvelle variante, soit le Cayenne GTS, qui s’inscrit entre le Cayenne S et le Cayenne Turbo dans la gamme. Avec son moteur V8 de 405 chevaux, le GTS en gagne une vingtaine par rapport au Cayenne S, et l’une des particularités de ce nouveau modèle est qu’il est équipé de série d’une boîte manuelle à six vitesses, ce qui est carrément inédit dans l’univers des VUS de luxe, qui disposent tous de boîtes automatiques. Le GTS peut également être commandé avec la boîte automatique TipTronic, qui sera sans doute choisie par la majorité des acheteurs, mais comme la présence d’une boîte manuelle sur un VUS de deux tonnes et demie est unique à cette dernière variante du Cayenne, c’est avec un véhicule ainsi équipé que j’ai entrepris de l’apprivoiser.

Deux mots résument la conduite d’un Cayenne GTS à boîte manuelle : pur plaisir. On ne peut s’empêcher d’avoir un sourire aux lèvres en permanence lorsque l’on est au volant de ce véhicule dont les performances en accélération sont impressionnantes, surtout en deuxième et troisième vitesse alors que le couple du V8 s’exprime avec force. La livrée de la puissance est toujours souple et linéaire et cette sensation d’accélération continue et sans effort est accompagnée par une trame

sonore rehaussée d’un cran à la pression du bouton « sport », qui fait en sorte que la sonorité du moteur devient beaucoup plus présente et que la réponse de l’accélérateur est beaucoup plus directe. En mode « sport », le son du moteur est presque aussi présent que sur une Corvette ou une Viper, et vous aurez le goût d’aller rouler dans le tunnel Ville-Marie avec les vitres baissées juste pour apprécier le son du moteur tout en changeant constamment de rapport. Pur plaisir. Bien sûr, le GTS n’est pas aussi puissant que le Cayenne Turbo qui compte sur 500 chevaux, mais sa conduite est plus inspirante et c’est cela qui fait son charme. De plus, le Cayenne GTS est très facile à conduire en ville, puisque l’action de la pédale d’embrayage est tout aussi souple que celle d’une compacte classique.

Une tenue de route phénoménale

Sur les routes secondaires, le GTS se révèle à la hauteur des attentes avec un comportement qui étonne compte tenu de son gabarit et de son poids, surtout lorsqu’il est équipé du système PDCC (Porsche Dynamic Chassis Control). Celui-ci consiste en toute une panoplie de capteurs et de commandes électroniques agissant sur deux moteurs hydrauliques localisés directement sur les barres antiroulis afin de réduire le roulis en virages. Ainsi, un Cayenne équipé du PDCC restera parfaitement de niveau en virages jusqu’à une accélération latérale de 0,65 G. Ce système s’avère également très efficace lors d’une manoeuvre d’évitement d’obstacle, en intervenant presque instantanément sur les barres antiroulis pour permettre au Cayenne de conserver sa stabilité, même lors d’un brusque changement de direction. Tout simplement génial. Parmi les autres modèles de la gamme, le Cayenne S est celui qui offre le meilleur rapport performance/prix, car le Cayenne de base avec son moteur V6 ne livre pas des performances à tout casser.

Le choix du S ou du GTS s’impose donc pour ce qui est de l’agrément de conduite. Quant au modèle Turbo, il est souvent choisi par ceux qui veulent d’abord et avant tout s’afficher au volant du modèle le plus puissant. Comme toujours avec les véhicules de la marque, il faut composer avec des prix très élevés, surtout lorsque l’on s’abandonne à la lecture du catalogue d’options, qui sont également très chères, ce qui vient rapidement gonfler la facture. Et il ne faut pas trop se soucier du prix de l’essence de grade supérieur…

Après le Audi Q5, le Porsche Roxster ?

De récentes photos, captées sur le vif, d’un véhicule camouflé circulant sur le circuit du Nürburgring en Allemagne alimentent les rumeurs selon lesquelles Porsche serait actuellement en train de développer un nouveau VUS de taille intermédiaire construit sur la base de la plate-forme du Audi Q5 présenté au récent Salon de l’auto de Pékin. Bien que ce nouveau véhicule partagerait plusieurs éléments communs avec le Q5, il pourrait s’en démarquer par une carrosserie plus expressive de même que par une lignée de moteurs développés par Porsche pour ce nouveau modèle. Le Cayenne aurat- il donc bientôt un petit frère ? Histoire à suivre…

FEU VERT

Pilotage divin
Comportement routier très sportif
Freins supérieurs
Capacités hors-route surprenantes

FEU ROUGE

Prix toujours exorbitants
Moteur V6 peu inspiré
Consommation d’alcoolique
Silhouette plus ou moins esthétique

Partager sur Facebook
Commentaires