Nissan Versa, Honda ne l'avait pas vu venir !

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Chez Honda, on croyait dur comme fer que la petite Fit allait permettre au constructeur de retrouver sa position de tête dans la catégorie des sous-compactes. Toutefois, quelques erreurs marquantes du côté de la planification de produit auront forcé une partie de la clientèle à rebrousser chemin, pour ainsi se tourner vers une marque concurrente. On pourrait donc dire que c’est en partie grâce à Honda si la Versa a connu un début de carrière aussi exceptionnel. Car depuis son arrivée, cette petite Versa fait fureur à un point tel qu’il s’agit aujourd’hui du produit Nissan le plus vendu au Canada.

Naturellement, on ne peut expliquer le succès de la Versa qu’aux erreurs stratégiques d’Honda. Il faut admettre que cette voiture est une grande réussite et que son introduction s’est faite au bon moment. D’abord présentée sous la forme d’un modèle à hayon, la Versa s’est ensuite vue attribuer une carrosserie de type berline. Et ne serait-ce que pour cet élément, elle possède aujourd’hui un net avantage sur sa grande rivale. En revanche, il est évident que sa ligne un peu bizarre a laissé bon nombre d’acheteurs sur leur appétit. La partie arrière tronquée du modèle à hayon et le manque de fluidité des lignes de la berline ne font effectivement pas honneur au produit, dont les qualités sont nettement plus notoires.

Parmi celles-ci, la qualité de fabrication. Dans l’habitacle, on la remarque instantanément en montant à bord. Dans la version SL, on a même doté les portières d’accoudoirs rembourrés, ce qui en dit long sur le souci du détail apporté à cette voiture. Autre constatation, l’habitacle est de loin le plus spacieux de la catégorie. Devant comme derrière, l’espace alloué aux bras, aux jambes et aux épaules est très généreux, tandis que la soute à bagages s’avère elle aussi l’une des plus spacieuses. Il faut en revanche mentionner que le plancher de coffre très profond ne permet pas de profiter d’un plancher plat à la grandeur en rabattant le dossier de la banquette. Voilà un élément qui pourrait être corrigé.

Un siège confortable offrant beaucoup de réglages, ainsi qu’une bonne accessibilité aux divers éléments parfaitement disposés, permet au conducteur de se réjouir de la position de conduite. On pourrait bien sûr contester l’absence du volant télescopique, mais comme on le dit si bien, tout ne peut être parfait. Chose certaine, il y a un monde de différence entre l’inconfort que procure une Yaris et ce que l’on obtient avec une Versa.

En matière d’équipement, cette Nissan fait preuve de générosité. L’acheteur désireux de conduire une voiture compacte et économique pourra donc quand même bénéficier des gadgets qu’il aurait pu obtenir dans une voiture de catégorie supérieure. Par exemple, on peut profiter, dans la Versa, d’un système de commande vocale avec compatibilité téléphonique Bluetooth, de la radio satellite XM, du toit ouvrant et, bien sûr, de toute la panoplie des accessoires électriques. Il ne manque en fait que la disponibilité des sièges chauffants pour compléter la liste déjà très longue des caractéristiques offertes.

Avantage SL

De série, la Versa propose une boîte manuelle à six rapports (eh oui, six rapports), laquelle s’avère aussi agréable que bien étagée. Cependant, en optant pour le modèle S, on peut obtenir en option une boîte automatique à quatre rapports, alors que la version SL propose une boîte automatique à variation continue. Naturellement, cette dernière est un peu plus chère à l’achat que l’automatique régulière, mais l’économie d’essence qu’elle permet de réaliser vous rendra la différence très rapidement. C’est avec une version équipée de cette boîte que l’équipe du Guide de l’auto a d’ailleurs pu comptabiliser une consommation moyenne de seulement 7,4 litres aux 100 km, un chiffre tout à fait honorable compte tenu de la puissance offerte. N’oublions pas que cette Nissan se déplace au moyen d’un quatre cylindres de 1,8 litre, dont la puissance dépasse celle de toutes ses rivales. Ses 122 chevaux permettent des accélérations et des reprises toujours à la hauteur et, par le fait même, un sentiment de sécurité supérieur.

Parlant de sécurité, sachez que la Versa reçoit de série tous les éléments de sécurité nécessaires, tels que les six sacs gonflables, les ceintures à trois points à toutes les positions et les appuie-têtes actifs. L’antiblocage des freins est pour sa part offert de série sur la version SL, mais en option sur la S.

Mangeuse de Sentra

Vous l’aurez remarqué, la Versa est légèrement plus volumineuse que certaines rivales. À lui seul, cet élément pourrait expliquer le chevauchement de clientèle entre ce modèle et la berline Sentra, catégorisée chez les compactes. Toutefois, l’intérêt pour la Versa, et pour son prix moins élevé, se justifie encore davantage lorsqu’on prend la route à son bord. Dès lors, le silence de roulement et le sentiment de sécurité nous amènent dans une dimension jamais atteinte dans ce segment de véhicule. Le confort étonne au même titre que la stabilité routière, supérieure à toute rivalité (sauf peutêtre la Golf City). Pour cela, dites merci à la plate-forme conçue conjointement avec Renault, qui s’avère d’une grande rigidité, ainsi qu’à la suspension extrêmement bien calibrée. Il n’est donc pas surprenant de constater que les ventes de la Versa sont aussi élevées, alors que celles de la Sentra sont presque trois fois moindres.

FEU VERT

Habitacle très spacieux
Confort de roulement impressionnant
Comportement routier d’une compacte
Construction sérieuse
Motorisation agréable  

FEU ROUGE

Ligne qui ne fait pas l’unanimité
Coffre mal conçu (hatchback)
Absence d’un volant télescopique
Ligne générique de la berline

Partager sur Facebook
Commentaires