Mitsubishi Lancer, c'est du sérieux

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Le moins que l’on puisse dire c’est que les débuts de la marque Mitsubishi au Canada en 2003 ont été plutôt difficiles. La compagnie connaissait alors de sérieux problèmes financiers, le recrutement des concessionnaires s’était fait à la hâte et plusieurs modèles de la marque n’étaient pas à la hauteur de ceux proposés par la concurrence. C’est encore le cas pour la plupart d’entre eux, sauf pour ce qui est de l’utilitaire sport de taille compacte Outlander et de la Lancer qui a été entièrement renouvelée l’an dernier.

Si la Lancer mérite une sérieuse considération aujourd’hui, c’est en raison de son châssis très rigide qui lui permet d’offrir un très bon comportement routier, l’agrément de conduite étant maintenant au rendez-vous. Cette rigidité du châssis s’explique par le fait que la Lancer a été élaborée à partir de la plate-forme qui sert également de base à l’Outlander de même qu’à la Dodge Caliber, deux véhicules de plus grande taille. Le châssis est donc de conception moderne, les suspensions sont bien calibrées, et la direction est précise. Pour ce qui est du comportement routier, la Lancer est une belle surprise avec sa tenue de route sportive et sa très belle maniabilité.

Une motorisation plus évoluée

Sous le capot, la Lancer fait appel à un moteur 4 cylindres de 2,0 litres développé conjointement par Chrysler, Hyundai et Mitsubishi, dont les différentes versions animent d’autres véhicules de ces marques. Pour la Lancer, Mitsubishi n’a conservé que le bloc-moteur en prenant soin de modifier la culasse ainsi que plusieurs autres composantes du moteur afin d’en rehausser légèrement le couple maximal. Le résultat, c’est que les performances sont tout à fait convenables avec 152 chevaux et surtout 146 livres-pied de couple au programme, et que même la consommation est raisonnable avec une moyenne enregistrée de 8,6 litres aux 100 kilomètres.

Deux boîtes sont au programme, soit une manuelle à cinq vitesses ou une transmission à variation continue, qui à été calibrée de façon à émuler une boîte automatique à six rapports, et qui peut être contrôlée au moyen de paliers de changement de vitesse localisés derrière le volant. Cette boîte s’est avérée plus que satisfaisante puisqu’elle crée l’impression que l’on se retrouve aux commandes d’une berline sport à boîte séquentielle, accroissant encore l’agrément de conduite.

L’insonorisation de l’habitacle est supérieure à la moyenne des véhicules de la catégorie ce qui ajoute au confort et, comme les sièges sont bien moulés, il est facile d’enfiler les kilomètres sur autoroute. Même les places arrière sont confortables et offrent un bon dégagement pour la tête et les jambes, ce qui n’est pas toujours le cas dans cette catégorie de voitures.

Le coffre propose un volume de chargement de 328 litres ce qui est plus que convenable, le seul problème ici étant un accès légèrement compromis par son ouverture un peu trop étroite. Avec sa gueule aussi originale qu’agressive, la Lancer réussit à se démarquer du lot dans la catégorie des compactes et son style est annonciateur de son comportement routier qui est à la hauteur des attentes.

Fiabilité en progrès

Vous pouvez ajouter une garantie avantageuse dans la colonne des points forts, mais dans celle des points faibles, on doit relever que le modèle de base est plutôt dépouillé d’équipements par rapport à la concurrence directe, et que la dépréciation des véhicules Mitsubishi est toujours plus rapide que celle de certaines autres marques japonaises qui sont déjà bien établies sur le marché nord-américain. Par contre, le bilan de fiabilité à long terme des véhicules Mitsubishi est plutôt bon, si on en juge d’après le rapport 2008 de J.D. Power mesurant la fiabilité après trois années d’usage aux États-Unis. En effet, Mitsubishi n’obtient pas un aussi bon score que les marques Toyota et Honda, mais se pointe devant Nissan, Mazda et Subaru ce qui devrait éventuellement avoir une incidence positive sur la valeur de revente des véhicules de la marque.

2009 marquera également le retour du modèle Sportback cinq portes sur le marché canadien. Affichant une ligne plus dynamique que celle du modèle précédent, la Sportback conserve les principales caractéristiques des versions berlines de la Lancer tout en ajoutant une polyvalence accrue ainsi qu’un volume de chargement supérieur en raison de sa configuration à cinq portes. Après des débuts difficiles sur le marché nord-américain, Mitsubishi connaît actuellement une belle relance qui est assurée par le succès obtenu par seulement deux de ses modèles, soit le VUS de taille compacte Outlander et la Lancer qui mérite maintenant de figurer sur la même liste que les championnes de la catégorie que sont les Mazda 3 et Honda Civic.

FEU VERT

Belle gueule
Excellente garantie
Fiabilité garantie
Comportement routier sain Sièges confortables

FEU ROUGE

Modèles de base dénudés
Réputation de la marque à refaire
Valeur de revente toujours faible
Petite ouverture du coffre

Partager sur Facebook
Commentaires