Infiniti Q50 hybride 2017 : l’avenir de la marque est radieux

Points forts
  • Économie d’essence intéressante
  • Groupe motopropulseur puissant
  • Look unique
  • Spacieuse à l’intérieur
Points faibles
  • Direction très floue
  • Dynamisme défaillant
  • Design de l’habitacle trop généraliste
Évaluation complète

Nous avons eu la chance de mettre la main sur une voiture plutôt rare, une Infiniti Q50 hybride. Qu’est-ce qu’il y a de spécial là? demanderont certains? Après tout, elle n’a pas beaucoup changé au cours des dernières années. Si la Q50 offre maintenant de nouveaux moteurs turbo, la motorisation de la Q50 hybride est demeurée la même…

En fait, la Q50 hybride est attirante sur plusieurs points. Premièrement, il s’agit de la Q50 la plus intéressante, avec la Red Sport 400 AWD, et deuxièmement, peu de gens le savent, mais cette voiture vient directement de l’expérience d’Infiniti en formule 1.

Les problèmes de la Q50

Le marché des compactes de luxe est difficile. En fait, il s’agit sans doute de l’un des segments où la bataille est la plus féroce. Au sommet, les véhicules de luxe allemands. Mercedes-Benz Classe C, Audi A4, BMW Série 3. Ensuite, de la concurrence sérieuse. Lexus IS, Cadillac CTS, Alfa Romeo Giulia. Plus loin derrière, l’Acura TLX, et l’Infiniti Q50.

Dans le cas d’Acura, la compagnie ne semble plus trop savoir quoi faire. Mais ça, c’est pour une autre fois. Chez Infiniti, le problème se situe au niveau de la dynamique de la voiture. Elle se comporte très bien sur les routes que vous emprunterez quotidiennement. Toutefois, si on la pousse un peu, on constate plusieurs lacunes. Sa direction électronique, conçue pour réduire la fatigue liée aux microcorrections que nous faisons constamment, ne renvoie peu sinon pas d’informations au conducteur. À l’intérieur, l’habitacle est joli, mais il conviendrait mieux à une voiture grand public, comme une Nissan Altima, plutôt qu’à une voiture de luxe.

Outre ces faits, la Q50 se débrouille bien. Elle est confortable, et sa carrosserie a des formes agréables et originales. À l’intérieur, on est bien assis, et la banquette arrière offre pas mal de dégagement pour les jambes.

Le système quatre roues motrices d’Infiniti est bien sur l’asphalte! Quand on pousse la voiture en virage, on sent que les ordinateurs travaillent afin d’optimiser l’adhérence. Dans la neige ou la boue, ledit système se comporte aussi bien que celui de Lexus, par exemple.

Photo: Marc-André Gauthier

Moteur hybride inspirant

La motorisation de la Q50 hybride est plutôt originale. Quand on parle de voiture hybride, on s’attend à un moteur électrique, mais également à une contrepartie à essence. Généralement, cette contrepartie est un petit moteur conçu pour être économique.

La Q50 hybride compte sur un V6 de 3,5 litres comme moteur à essence. Combiné à un moteur électrique de 50 kW, la puissance totale de ce système est de 360 chevaux!

Avec une boîte automatique à sept rapports, et à un rouage intégral, cela se solde par des accélérations puissantes, convaincantes, mais sans compromettre l’économie d’essence! En ville, ça tourne autour de 9 l/100 km, sur la route, on se rapproche de 7,7 l/100 km.

Dans l’ensemble, conduire cette voiture est plaisant, surtout à basse vitesse, où le couple impressionnant du V6 allié à celui du moteur électrique nous incite à accélérer brusquement!

L’ennui, si ce moteur rend la Q50 intéressante, c’est que le prix n’est pas très accessible : à 56 000 $, il y a plusieurs options alléchantes sur le marché…

Photo: Marc-André Gauthier

L’avenir d’Infiniti

La synergie de ce groupe hybride : arriver à développer pas mal de puissance tout en demeurant économique. Infiniti tient ça de la formule 1! Aujourd’hui, travaillant de très près avec Renault, Infiniti a tout de même, par le passé, travaillé en F1, collaborant avec Red Bull, notamment sur l’élaboration des moteurs hybrides utilisés de nos jours.

À l’époque, toutefois, Infiniti ne pouvait apprendre autant qu’elle le voulait de son aventure en formule 1, étant tenue à l’écart par Red Bull. Cependant, étant maintenant partenaire technique, Infiniti va apprendre bien plus.

Ce qui implique une chose. Au cours des prochaines années, nous verrons arriver sur le marché une nouvelle génération de voitures Infiniti, plus performantes, plus intéressantes à conduire, et ce, gracieuseté de la formule 1 et de Renault.

Alors, est-ce que cela permettra à Infiniti de concurrencer, pour de vrai cette fois, BMW ou bien encore Mercedes-Benz?

Historiquement, le sport automobile a toujours été un bon banc d’essai pour développer de nouvelles technologies. Si Infiniti peut en apprendre davantage, ce qui risque d’arriver, d’ailleurs, il y a fort à parier que nous verrons des produits plus sportifs, et qui sait, peut-être verrons-nous un jour naître une division digne d’AMG chez Infiniti!

En attendant, l’Infiniti Q50 hybride 2017 est probablement la plus attrayante de la gamme. Si elle était un peu plus accessible, elle deviendrait véritablement intéressante.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Pleins feux surInfiniti Q50 2018 : à l'essai cette semaine
Le Guide de l’auto est en route pour Nashville au Tennessee, siège social de Nissan aux États-Unis et terre d’adoption de P.K. Subban, pour prendre contact avec la nouvelle Infiniti Q50 2018 restylée. Dévoilée en première mondiale lors du Salon de l’auto de Genève en mars dernier, l’Infiniti Q50 2018 …
ActualitéUne Infiniti 100 % électrique en route pour 2021
Au Salon de l’auto de Detroit , outre la présentation du concept Q Inspiration, la marque de luxe japonaise a annoncé quelques détails concernant ses motorisations futures. D’abord, Infiniti a confirmé l’arrivée de nouveaux véhicules à motorisations électrifiées dès 2021. Une nouvelle qui n’en est pas une, puisque sa gamme …
Commentaires