Mitsubishi Galant, ramasse-poussière !

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Cinq cent cinquante-trois (553), c’est le nombre de Galant qui ont trouvé preneur dans la dernière année au Canada, et ce, incluant les compagnies de location à court terme comme Enterprise. Pour vous donner une idée, Toyota a vendu en 2007 un peu plus de 28 000 unités de sa Camry, une voiture en concurrence directe avec la Galant. Même Porsche a réussi à écouler plus de 911, pourtant exclusive, que Mitsubishi, avec sa berline intermédiaire. C’est dire à quel point les Galant constituent des ramasse-poussières pour les concessionnaires qui doivent les supporter en stock…

Pourtant, la Galant est loin d’être une mauvaise voiture. Bon, il est vrai qu’elle fait un peu figure de parent pauvre à côté des Accord, Camry, Malibu, Mazda6 et Sonata, mais elle ne mérite certainement pas le sort qui lui est actuellement réservé. La question qu’il faut se poser est donc : pourquoi ? Pourquoi une voiture aussi honnête n’est-elle même pas en mesure de se faire connaître du grand public? La réponse, c’est la concurrence. Arrivée sur le tard dans un marché surpeuplé de berlines de grande qualité, cette voiture n’a tout simplement pas réussi à trouver sa place. Qui plus est, le fait qu’elle soit distribuée par une marque également nouvelle dans le marché canadien explique aussi cette situation. Mais surtout, c’est que la Galant n’a rien de mieux à offrir que ses rivales. Et pour attirer une clientèle qui oserait aller voir ailleurs, il faut attiser le feu. Hélas, la Galant ne fait rien en ce sens.

Faut-il vraiment l'ignorer ?

Honnêtement, si votre budget vous permet l’acquisition d’une Accord ou d’un autre modèle de renom, mieux vaut se tourner vers une valeur sûre, ne serait-ce que pour la valeur de revente. Toutefois, vous pourriez être attiré par la Galant parce que votre voisin travaille dans un concessionnaire Mitsubishi, ou pour toute autre raison. Dans ce cas, négociez au maximum et soyez exigeant. Croyez-moi, le concessionnaire sera plus qu’heureux de vous offrir un rabais. Car souvenez-vous d’une chose, durant une année les acheteurs qui se présentent chez un concessionnaire parce qu’ils sont intéressés par la Galant se comptent presque sur les doigts d’une main. Alors, lorsqu’on a la chance d’en vendre une, on fait tout ce qui est humainement possible pour que la transaction se fasse. Sachez cependant que la Galant n’est carrément pas concurrentielle en ce qui a trait à la location, la valeur résiduelle (de rachat) étant trop basse. La seule option valable demeure donc l’achat.

Pour 2009, on a choisi chez Mitsubishi de réduire la gamme à trois modèles. On vous donne le choix entre les versions ES à moteur quatre cylindres, GT à moteur V6 et Ralliart, à saveur plus sportive. La Galant subit également un certain nombre de modifications esthétiques qui tentent de lui conférer un style plus actuel. L’oeil averti remarquera donc cette nouvelle grille de calandre sans grand attrait, de nouvelles jantes en alliage ainsi qu’un traitement différent de la partie arrière.

L’habitacle de la Galant est confortable et bien aménagé. Le système de navigation offert de série sur la Ralliart est peu convivial, mais hormis cet élément, on apprécie le style et la disposition des divers éléments de l’habitacle. Le conducteur s’installe sur un siège étonnamment confortable, auquel il ne manque qu’un peu de support latéral. Il fait face à une instrumentation claire et bien présentée, ainsi qu’à un volant offrant une bonne prise en main. Ce dernier n’est malheureusement pas télescopique, mais la position de conduite demeure agréable. Côté espace, la principale lacune de la Galant demeure son coffre, dont l’ouverture et le volume ne permettent pas une aussi bonne capacité de chargement que la concurrence. Qui plus est, il n’est pas transformable. On pourrait également se plaindre de l’absence de certaines caractéristiques comme l’ordinateur multifonction, qui se retrouvent pourtant sur les modèles Lancer et Outlander.

Clientèle satisfaite

Mécaniquement, le quatre cylindres fait un boulot correct. Il offre des performances honnêtes, consomme raisonnablement (environ 10 litres aux 100 km) et se jumelle à une boîte automatique au rendement irréprochable. La version GT à moteur V6 se révèle cependant plus intéressante pour sa souplesse et sa douceur de roulement. Silencieux, ce dernier s’accompagne d’une boîte automatique à cinq rapports très efficace, qui s’adapte facilement à tout type de conduite. Du côté du modèle Ralliart, ce même V6 propose 28 chevaux supplémentaires, ce qui permet des accélérations encore plus musclées. La suspension plus ferme et ce surplus de puissance résument donc les modifications mécaniques apportées à ce modèle qui, franchement, ne mérite pas de porter le logo Ralliart. Sur route, la Galant est une voiture stable et confortable, plus qu’adéquate pour de longs trajets. L’insonorisation est cependant supérieure à l’avant qu’à l’arrière, où les bruits de route se font entendre davantage.

Les deux points à améliorer sur cette voiture, en matière de conduite, sont le diamètre de braquage, résolument trop grand, ainsi que le contrôle de stabilité électronique, qui brille toujours par son absence. Sachez en terminant que la Galant est une voiture très fiable qui connaît aux États-Unis un taux de satisfaction de la clientèle très élevé. De plus, sa garantie demeure encore aujourd’hui la meilleure de toute l’industrie, quoi qu’en disent les gens de GM. Voilà donc deux éléments qui vous convaincront peut-être si votre intention est de conserver votre voiture longtemps. De toute façon, étant donné l’importance de la dépréciation de cette voiture, c’est sans doute ce qu’il y a de mieux à faire…

FEU VERT

Fiabilité rassurante
Garantie sérieuse
Confort des sièges
Les vendeurs négocient !

FEU ROUGE

Revente difficile
Coffre petit
Diamètre de braquage élevé
Ralliart pas si sportive

Partager sur Facebook
Commentaires