Nissan dévoile le Qashqai 2017!

Qashqai. Drôle de nom. Mais pas plus que Koenigsegg ou Bentayga (dans une catégorie de voitures différentes toutefois!). Au Salon de Detroit, Nissan vient de dévoiler ledit Qashqai (prononcé Cache-Caille). En fait, elle vient de le dévoiler en Amérique du Nord. Car ce petit VUS roule depuis déjà 2007 ailleurs dans le monde!

Tout d’abord, il convient de préciser que le nom Qashqai est celui d’un peuple vivant dans les régions montagneuses du sud-ouest de l’Iran. Tiré par les cheveux, je sais, mais Volkswagen avait déjà donné dans le désert avec son Touareg. Alors Nissan s’est senti en droit d’y aller de son grain de sable…

Déjà bien connu en Europe

La gestation du Qashqai de première génération avait débuté par un concept, présenté au Salon de Genève en 2004. L’année suivante, le Qashqai arrivait sur le marché en tant que modèle 2006 et rencontrait un vif succès partout en Europe. Après un remodelage en 2010, la seconde génération est apparue en 2014 et ce petit VUS a continué d’enregistrer de solides ventes. En tout, pas moins de 2,5 millions de Qashqai ont trouvé preneur depuis 2006. Pas mal!

Pourtant, ce n’est qu’aujourd’hui que Nissan se décide de l’importer en Amérique. Pourquoi? Parce que le marché change. Il y a à peine quelques années, le segment des VUS sous-compacts (Nissan JUKE, Honda HR-V, Chevrolet Trax, Subaru Crosstrek, etc.) n’existait même pas ici. Aujourd’hui, il est en pleine explosion. Et ce n’est pas avec son JUKE, au style trop éclaté pour être vendu en masse, que Nissan peut espérer faire sa place dans le grand monde des petits VUS.

Photo: Alain Morin

Entre le JUKE et le Rogue

En termes de dimensions, le Qashqai viendra se loger entre l’explosif JUKE et le très sobre Rogue. La personne voulant suffisamment d’espace pour accueillir deux sièges de bébé et au moins un carrosse penchera pour le Rogue. Toutefois, les couples sans enfants et les retraités pourraient bien être tentés par le Qashqai, joliment tourné (c’est une opinion tout à fait personnelle, remarquez). Et comme les petits VUS sont tendance ces temps-ci, il y a fort à parier que le Qashqai aura du succès ici. Nissan prévoit une baisse de 10 à 20% des ventes du JUKE, ce qui n’a rien de dramatique. 10 à 20% de pas grand-chose, ça reste… pas grand-chose!

2,0 litres, 141 chevaux

Le Qashqai vendu de notre côté du trou d’eau recevra un quatre cylindres 2,0 litres à injection directe développant 141 chevaux et un couple de 147 livres-pied. La GT-R n’a pas à craindre de se faire planter sur le 0-100 km/h… Nous avons d’ailleurs pu conduire un Qashqai… russe! Lisez notre premier essai du Nissan Qashqai pour en savoir davantage!

Fait notable, la version de base aura droit à une boîte manuelle à six rapports et fera équipe avec la traction (roues avant motrices). Je prédis que dans deux ans, cette boîte ne sera plus offerte par manque d’intérêt du public. On s’en reparle en janvier 2019.

Toutes les autres versions recevront une boîte automatique de type CVT, si chère à Nissan. Cette Xtronic de la plus récente génération, qu’on retrouve déjà dans le Rogue 2017, simule le passage des rapports comme avec une automatique conventionnelle. Cette boîte pourra être mariée à la traction ou au rouage intégral. En passant, le Qashqai est construit sur la plate-forme CMF (Common Module Family) qui héberge aussi le Nissan Rogue et nombre de petits VUS offerts par Nissan, Renault ou Datsun.

Version américaine

Le Qashqai vendu dans les contrées de Justin et de Donald sera légèrement différent de l’européen. Quelques détails du tableau de bord seront modifiés, la suspension indépendante aux quatre coins sera calibrée différemment et le moteur aura aussi droit à quelques itérations mineures, question de satisfaire nos normes. Les niveaux d’équipement seront les mêmes que ceux déjà connus chez Nissan. La version de base sera baptisée S et la hiérarchie « nissanniène » sera respectée avec les livrées SV et SL.

Puisque le Qashqai n’arrivera chez les concessionnaires qu’en mai ou juin 2017, les prix n’ont pas encore été officialisés. Comme il viendra s’insérer entre le JUKE et le Rogue, il y a fort à parier que son prix sera quelque part entre les deux, à moins que Nissan revoie sa politique de prix. On peut donc s’attendre à un prix de base d’environ 24 000 $ avec une version haut de gamme d’à peu près 35 000 $. Mais ça, ce sont juste des prédictions.

On vous en redonne des nouvelles dès que l’on en a!

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Premiers contactsPRIMEUR: Nous avons essayé le Nissan Qashqai!
Je sais, il n’y a pas de quoi fouetter un chat, 2,5 millions d’Européens l’ont déjà fait et nombre de Canadiens et de Québécois en vacances sur le Vieux Continent ont conduit un Qashqai de location. Toutefois, c’est la première fois que nous avons pu rouler un Qashqai aux spécifications …
BlogueLe Nissan Qashqai bientôt au Canada?
La semaine dernière, dans le cadre du Salon de l’auto de Los Angeles, le Guide de l’auto a pu discuter avec certains cadres de la haute direction de Nissan. Lors d’une discussion formelle mais très détendue, Pierre Loing, vice-président développement des produits ( product planning ) pour Nissan Amérique du …
Pleins feux surÀ la découverte du Nissan Qashqai 2017
Nissan introduit cette année un véhicule fort attendu, le Qashqai, un VUS sous-compact destiné à rivaliser avec le Honda HR-V et le Mazda CX-3. Certes, le constructeur commercialise déjà le JUKE dans ce segment, mais on avait besoin d’un modèle un peu moins extroverti afin de mieux se mesurer à …
EssaisNissan Qashqai 2017 : au-delà d'un nom bizarre...
Le moins que l’on puisse dire, c’est que le Qashqai fait parler de lui. Non pas à cause de son style, qui fait penser à un Rogue en plus petit, ni à cause de ses qualités dynamiques ou de ses performances somme toute ordinaires. Avec un nom comme Qashqai, que …
Commentaires