BMW Série 5 2017, le confort d'une Série 7, l'agilité de la Série 3

Points forts
  • Le conducteur fait corps avec la voiture
  • Finition intérieure impeccable
  • Système iDrive plus intuitif
  • Conduite emballante
  • Rouage intégral de série
Points faibles
  • Nombre de versions limité pour le moment
  • Le système iDrive occupe toujours un peu trop l'attention
Évaluation complète

Si c’est la Série 3 qui domine les ventes de BMW au Canada, devançant même la panoplie de VUS du constructeur bavarois, la Série 5 est de son côté la plus connue et la plus associée à la marque. Alors que la première génération de ce modèle a été introduite en 1972, on a droit pour 2017 à l’arrivée de la septième du nom, une voiture que l’on peut aisément qualifier de spectaculaire après notre première prise de contact.

Deux versions pour débuter

Lors de son arrivée au début du mois de février prochain, la Série 5 ne sera proposée qu’en deux versions au Canada, soit la 530i xDrive (61 500 $) et la 540i xDrive (69 000 $). Puisque les deux disposent de l’acronyme xDrive, on comprend que le rouage intégral est offert de série au Canada, une bonne chose, même si certains préfèrent les vertus de la propulsion.

La 530i, qui succède à la 528i, hérite d’un nouveau moteur quatre cylindres turbocompressé qui délivre 248 chevaux à un régime assez élevé, 5 200 tr/min. Son couple de 258 lb-pi est toutefois déployé assez rapidement, dès les 1 450 tr/min.

Ceux qui désirent un peu plus de puissance peuvent se tourner vers la 540i qui, grâce à son six cylindres de 3,0 litres, dispose de 335 chevaux, 35 de plus que la précédente 535i. Sa puissance supérieure retranche environ 1,2 seconde au sprint du 0-100 km/h par rapport à la 530i. Toutes les livrées héritent d’une boîte automatique Steptronic à huit rapports.

Une voiture hybride rechargeable dans les plans

Pas de mécanique diesel prévue chez nous, mais l’an prochain, BMW offrira plutôt la 530e iPerformance, une version hybride rechargeable qui disposera d’une autonomie d’environ 50 km en mode 100% électrique.

Il y a aussi fort à parier qu’une M5 est dans les plans et l’on chuchote qu’elle pourrait bien arriver plus rapidement qu’on le pense, le constructeur ayant décidé de raccourcir le délai avant son introduction. Il ne faut pas se le cacher, la Classe E de Mercedes-Benz vient tout juste d’arriver sous une nouvelle génération et déjà, une panoplie de versions est proposée, dont une familiale ainsi que la bestiale AMG. Pour le moment, l’avantage est à Mercedes côté variété, voilà sans doute pourquoi BMW veut répliquer rapidement.

Photo: Sylvain Raymond

L’ensemble M Sport inclut de série

Les nouveaux modèles de la Série 5 sont aussi conçus sous le signe de la légèreté. Les ingénieurs ont réussi à retrancher près de 100 kg en utilisant des matériaux plus légers, ce qui favorise le comportement et l’économie de carburant.

Côté style, la voiture est un peu plus musclée que la précédente génération, ce qui ajoute à son dynamisme. À l’avant, on remarque le cerclage noir autour de la grille et des phares, ce qui nous rappelle la première génération. Si Mercedes inclut souvent de série ses ensembles AMG pour ses modèles canadiens, BMW fait de même dans le cas de la Série 5 puisque l’ensemble M Sport est compris, rehaussant la sportivité avec l’ajout d’éléments aérodynamiques, des jantes de 19 pouces et une suspension abaissée.

Un habitacle orienté vers le conducteur

À bord, le travail accompli est simplement spectaculaire, surtout en soirée avec un éclairage omniprésent sans compter une attention aux détails marquée. C’était la force de Audi à l’époque, c’est aussi le cas de BMW maintenant. On remarque le nouvel écran multimédia qui semble flotter au centre du tableau de bord. Ce dernier fait partie de la sixième génération du système iDrive qui contrôle un peu tout à l’intérieur et qui s’avère de plus en plus intuitif. On peut désormais utiliser la molette ou l’écran tactile alors que plusieurs commandes donnent un accès direct aux principales fonctions. Un mode gestuel, apparu dans la Série 7 initialement, permet aussi de contrôler certaines fonctions du système grâce à des signes de la main que l’on fait devant l’écran, un capteur étant placé dans le plafonnier.

Photo: Sylvain Raymond

Qu’est-ce qui distingue donc l’habitacle de la nouvelle Série 5 par rapport à celui de ses rivales? Tout est orienté vers le conducteur. C’est une voiture de pilote et cette mission est bien transposée. On a accès à tout du bout des doigts et l’on trouve rapidement une bonne position de conduite grâce aux nombreux réglages du siège et du volant. Le large cerclage du volant procure une bonne prise en main et rehausse aussi la sensation de contrôle, on se croit au volant d’un bolide, non pas d’une berline de luxe. Personne ne voudra laisser le volant, même si les places arrière sont spacieuses et confortables!

Étant un peu plus imposant que la précédente génération de quelques millimètres en hauteur, en largeur et en longueur, le modèle gagne non seulement en habitabilité mais aussi en espace de chargement. On retrouve au total 530 litres, ce qui permet, selon BMW, de transporter quatre sacs de golf.

Sur la route

Nous avons eu la chance de parcourir quelques centaines de kilomètres au volant de la 540i, mais notre modèle d’essai n’était pas équipé du rouage intégral. Premier constat, le moteur livre son couple rapidement et sans délai. On contrôle la voiture du bout du pied, ce qui assure une conduite agréable en toute occasion. On l’apprécie surtout lorsqu’il faut s’engager rapidement devant une voiture ou lors des manœuvres de dépassement. Toutefois, nous n’avons pu mettre à l’essai le quatre cylindres de base, il faut espérer que son rendement soit aussi intéressant.

Différents modes de conduite sont proposés, on aime bien celui nommé Sport qui laisse rugir un peu plus le moteur, le tout étant encore plus marqué lors des changements de rapport. Aucun reproche à faire dans le cas de la transmission, elle est rapide et ultraprécise. On peut aussi contrôler manuellement les rapports grâce à des palonniers situés derrière le volant.

Photo: Sylvain Raymond

Si jamais vous vous lassez de la conduite sportive, le mode Confort transforme le véhicule en palace roulant alors que les sièges qui massent vous permettent de relaxer et de rehausser votre confort, et celui du passager, lors de longues randonnées en modifiant les points de pression. Voilà une fonction qui impressionnera à coup sûr.

Bien entendu, la Série 5 hérite de toutes les dernières avancées en matière d’assistance en conduite. Détection d’angles morts, régulateur de vitesse intelligent et maintenant, un système de maintien de la trajectoire, une espèce « d’autopilote » qui, via une série de capteurs, garde la voiture au centre de la voie en intervenant sur la direction. Toutefois, la pluie battante qui sévissait lors de notre seconde journée d’essais rendait impossible l’utilisation de ce système. Je peux vous garantir qu’il reste de nombreux obstacles à la conduite 100% autonome!

Dans ce segment, il y a plusieurs modèles fort attrayants, autres que les trois principaux protagonistes allemands. On pense à la Cadillac CT6 ou à la Jaguar XF, mais tous ces véhicules n’ont toujours pas les qualités d’ensemble que les meneurs du peloton. Quant à la grande question, une Classe E ou une BMW de Série 5? La décision est plus difficile que jamais! L’argument qui joue en faveur de la Série 5, c’est qu’elle a le dessus sur l’agrément de conduite. C’est une voiture qui fait littéralement corps avec le conducteur; si c’est ce que vous recherchez, vous serez servi.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Nouveaux modèlesVoici la prochaine BMW Série 5
Après nous avoir mis en haleine avec quelques vidéos et de vagues annonces, BMW vient de dévoiler la version de production de sa berline intermédiaire Série 5. Comme l’on s’en doutait, la voiture est maintenant plus légère, et propulsée par de nouveaux moteurs. Elle vient avec une longue liste d’améliorations.
ActualitéLa nouvelle BMW Série 5 sera présentée le 13 octobre
D’ici les deux prochains jours, le monde pourra découvrir la future génération de la berline intermédiaire. La version actuelle, la sixième, date de 2011. À quoi peut-on s’attendre pour la septième itération de la berline allemande qui a vu le jour en 1972? Selon toute vraisemblance, elle utilisera une version …
DetroitDe nouvelles variantes de la BMW Série 5 2017 pour Detroit
Au cas où vous l’aurez manqué, nous avons déjà conduit la toute nouvelle berline BMW Série 5 2017 , mais elle n’a pas encore pas fait ses débuts dans un salon automobile. Elle le fera en janvier à Detroit, et le constructeur allemand en profitera pour apporter deux nouvelles variantes …
ActualitéLa nouvelle BMW M5 2018 dévoilée
Depuis quelques années, le constructeur allemand a pris l’initiative de publier ses propres « photos-espionnes » afin de générer un engouement autour d’un nouveau modèle. Cette fois-ci, c’est la BMW M5 que l’on a dévoilée dans son habillage de camouflage. La sixième génération de la puissante berline M5 sera lancée …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires