Mercedes-Benz Classe S, luxe à la puissance cinq

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

La Classe S, ainsi que le coupé CL qui en est dérivé, représentent la vitrine technologique du constructeur allemand et proposent cinq motorisations, soit trois V8 et un V12 en version atmosphérique ou turbocompressée, de même que la traction intégrale ou la simple propulsion pour les variantes pourvues du V12 ou du V8 développé par AMG, la division sport de Mercedes-Benz.  

Le choix du modèle sera donc dicté par les attentes de l’acheteur, le choix le plus rationnel se portant sur la S450 ou la S550, toutes deux dotées du rouage intégral 4Matic qui fait de la Classe S une voiture parfaitement adaptée à notre climat québécois. Au volant de la S550 4Matic, on perçoit facilement que la voiture pèse plus de 2 000 kg, mais les performances en accélération sont plus que convenables et comme la voiture semble taillée d’un seul bloc plutôt qu’assemblée de plusieurs pièces, le confort est souverain. Il est d’ailleurs très facile de rouler à plus de 160 km/h tout en ayant l’impression que l’on ne roule pas si vite que ça au volant de la Classe S, ce qui est le propre d’une voiture de grand luxe.

Sur les routes secondaires, on s’aperçoit que la direction de la Classe S n’est pas aussi rapide et directe que celle d’une BMW Série 7 ; celle-ci met plus l’accent sur l’agrément de conduite que la berline de luxe de Stuttgart, qui privilégie davantage le confort que la sportivité. Cependant, la Classe S demeure plus agréable à conduire que la Lexus LS. Une des caractéristiques les plus appréciées de la S550 est le fait que les changements de vitesse de la transmission automatique à sept rapports sont à peine perceptibles, ce qui bonifie le confort.

L'électronique au service du luxe

Prendre livraison d’une Classe S signifie également prendre contact avec toute une série de dispositifs électroniques qui sont tous désignés par une série d’acronymes à faire pâlir d’envie les ingénieurs de la NASA. Du nombre, on note le système de télématique multifonction COMAND, dont l’apprentissage de certaines fonctions est plutôt complexe, la suspension pneumatique AIRMATIC, le freinage électrohydraulique Brake Assist Plus, ainsi que le dispositif PRE-SAFE décelant la potentialité d’une situation d’urgence et préparant la voiture à l’impact. La Classe S reçoit également le régulateur de vitesse intelligent assisté par radar DISTRONIC Plus, ainsi que le système de contrôle actif du châssis ABC (Active Body Control) de même que le dispositif ESP qui intervient automatiquement sur le moteur et les freins de façon sélective en vue d’éviter les sorties de route provoquées par une maladresse du conducteur.

AMG : DE 518 À 603 chevaux

Deux modèles sont développés par la division AMG, dont le S65 AMG et son moteur V12 biturbo de 6,0 litres qui développe 603 chevaux, soit seulement 14 de moins que celui de la très puissante SLR…

Comme toujours, on ne fait pas dans la dentelle chez AMG qui a également développé un moteur V8 atmosphérique de 6,2 litres et 518 chevaux pour animer la S63 AMG, qui dispose de la boîte automatique à sept rapports (tout comme les S450 et S550), alors que la S65 AMG (et la S600) doit composer avec la boîte automatique à cinq rapports en raison du couple énorme de 738 livres/pied produit par le V12 biturbo… La philosophie établie chez la division haute performance de Mercedes-Benz demeure encore et toujours valide, puisque chacun des moteurs produits chez AMG est assemblé par un seul technicien qui y appose ensuite une plaque sur laquelle figure sa signature.

Ce qui fait le charme des versions AMG de la Classe S n’est pas nécessairement la rapidité avec laquelle ces voitures font le sprint de 0 à 100 km/h, quoique cette performance demeure impressionnante en soi. C’est plutôt la facilité avec laquelle elles passent de 100 à 160 km/h et plus, sans donner l’impression que la mécanique souffre le moindrement de cet effort qui accompagne la sensation d’accélération, à la fois linéaire et semblant vouloir se prolonger presque à l’infini.

Comme toujours avec ces voitures hors norme, la puissance de freinage est à la mesure de celle qui est développée par les motorisations, et les suspensions adoptent des calibrations plus fermes qui sont en phase avec leur potentiel de performance. La seule ombre au tableau est la consommation, qui est aussi débridée que la puissance moteur, et le fait que les modèles AMG ne sont pas aussi bien adaptés à nos hivers puisque le rouage intégral n’est pas offert sur ces modèles. Côté fiabilité, le bilan de la marque s’est grandement amélioré au cours des récentes années, après une baisse marquée ressentie dans la première moitié des années 2000, alors que Mercedes-Benz poursuivait une offensive tous azimuts en développant de nouveaux modèles à un rythme accéléré. Depuis, la marque s’est ressaisie en portant une plus grande attention au contrôle de la qualité, ce qui a porté fruit, le bilan de la fiabilité et de la satisfaction de la clientèle étant à la hausse.

FEU VERT

Confort princier
Versions AMG exclusives
Performances très élevées
Fiabilité à la hausse

FEU ROUGE

Consommation offensante
Prix indécents (AMG)
Direction peu sportive
Rareté de l’intégrale

Partager sur Facebook
Commentaires