Mercedes-Benz Classe ML, pro ou anti-environnementaliste

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Il est actuellement normal que Mercedes-Benz fasse principalement la promotion de son utilitaire ML320 BlueTEC, à moteur diesel. Ce dernier consomme peu et pollue moins que tous les autres VUS de sa catégorie. Ce qu’on ne vous dit toutefois pas, c’est que le ML peut aussi être considéré comme l’un des plus grands pollueurs de tous les véhicules vendus au Canada, surtout en version ML63 AMG. En effet, ce véhicule mérite l’or au rang des plus énergivores et l’argent pour la mention du plus pollueur, derrière le Jeep Grand Cherokee SRT8. Eh oui, il devance le Hummer dans les deux disciplines !

Certes, chaque ML63 AMG attitré au marché canadien trouve preneur, mais il ne s’agit que d’une infime partie des ventes de cette gamme d’utilitaires (moins de 5 %). La majorité des ventes concernent plutôt le modèle diesel, qui représentait au moment de mettre sous presse un peu moins de 70 % des ventes totales de ML. Et il est évident qu’avec le prix du carburant en constante hausse, cette version continuera de demeurer la plus populaire.

Petits changements

Cela dit, Mercedes-Benz apporte pour 2009 quelques modifications de mi-mandat au plus populaire de ses VUS. Cette année, en plus d’une motorisation diesel plus évoluée (nous y reviendrons), on retrouve de petites modifications esthétiques au niveau des pare-chocs, de la grille de calandre et des feux. De nouvelles jantes d’alliage sont également proposées, ainsi qu’un nouveau groupe d’options esthétiques ayant pour but de rehausser l’image de coureur des bois du ML. Il en résulte donc une ligne rafraichie et toujours aussi originale.

À bord, l’initié aux produits de la marque remarquera la présence d’un nouveau volant ainsi que d’un nouveau système de navigation plus intuitif (il était temps !). Mis à part ces deux éléments, les changements intérieurs ne se résument cependant que par un équipement de série plus complet. Mais ne vous en faites pas, la liste d’options demeure tout de même étoffée, ce qui permet de faire grimper la facture de façon considérable.

À l’inverse de plusieurs rivaux, le ML ne propose que cinq places. Pour bénéficier, chez Mercedes, de la troisième banquette, il faut avoir recours au modèle GL, ou au controversé modèle de Classe R. Les occupants qui montent à bord du ML ne peuvent cependant se plaindre d’aucune façon. Devant comme derrière, les sièges sont très confortables et l’espace est généreux. Et bien sûr, tout respire la qualité et le bon goût. Un grand choix de combinaisons de teintes intérieures et d’éléments décoratifs est également proposé, ce qui vous permet de personnaliser votre environnement. Voilà un avantage que ne possèdent pas les rivaux japonais.

Diésel à l'honneur

Comme plus des deux tiers des ventes de ML concernent le moteur diesel, il est évident qu’on ne peut passer à côté. De ce fait, le ML320 CDI que l’on connaissait l’an passé est remplacé en 2009 par le ML320 BlueTEC. Le changement de nomenclature ne concerne pas la mécanique qui demeure essentiellement la même, mais plutôt un pas en avant en matière d’émanations polluantes. En fait, BlueTEC consiste en un ensemble de quatre éléments, qui se décrit donc par une meilleure combustion interne, un convertisseur catalytique plus efficace, un filtre à particules et, finalement, par un additif liquide appelé AdBlue. Ce liquide, composé principalement d’urée, est ajouté aux gaz d’échappement et, combiné à un second convertisseur catalytique, il contribue à éliminer les oxydes d’azote. Bien sûr, il faudra que l’utilisateur prenne soin de faire le plein d’urée à un intervalle d’environ 20 000 km, mais il en coûtera moins de 30 $ chaque fois.

La beauté du moteur BlueTEC de Mercedes-Benz n’est évidemment pas exclusive à ses faibles émissions polluantes, mais aussi à son rendement. Le véhicule propose de belles performances, beaucoup de couple et sait se faire discret. Qui plus est, il faut aussi considérer que ce moteur n’exige qu’environ 9,5 litres aux 100 km. Certes, le carburant diesel coûte un peu plus cher au même titre que l’entretien, mais la différence de prix en comparaison avec le ML350 à moteur V6 se justifie néanmoins d’elle-même. Soif de performances ? Alors Mercedes vous propose le ML550 à moteur V8 de 382 chevaux, ou l’ultime ML63 AMG. Véritable bombe, ce dernier ne vous offre rien de moins que 503 chevaux. Bien sûr, suspension sport et jantes surdimensionnées sont au rendez-vous pour vous offrir une conduite à la hauteur de la puissance, mais soyons francs, jamais vous n’exploiterez toutes les capacités de ces monstres.

Il s’agit donc plutôt d’un véhicule que l’on se procure pour la « classe ». En ce qui a trait à l’équilibre, les versions BlueTEC ML350 demeurent les plus intéressantes. Leur comportement routier est exceptionnel tout comme leur confort, ce qui ne les empêche nullement de faire preuve d’un grand dynamisme. N’oublions pas non plus qu’ils sont extrêmement doués hors des sentiers battus, ce qui n’est pas le cas de plusieurs rivaux. De façon à regagner sa position de chef de file du créneau, Mercedes lancera prochainement le ML450 BlueHybrid, animé par un combiné essence-électricité à deux modes. Chose certaine, le ML320 BlueTEC demeure actuellement le choix par excellence pour bénéficier de tous les avantages d’un VUS de luxe, sans en payer le prix à la pompe.  

FEU VERT

Technologie BlueTEC exceptionnelle
Superbe comportement routier
Qualité de fabrication honorable
Aptitudes hors route étonnantes
Performances hallucinantes (ML63 AMG)

FEU ROUGE

Encore beaucoup d’options
Entretien plus coûteux (diesel)
Pollueur démesuré (ML63 AMG)
Prix toujours considérable

Partager sur Facebook
Commentaires