Toyota Corolla 2016 : sans risque

Points forts
  • Fiabilité et valeur de revente
  • Confortable au quotidien
  • Bonne habitabilité
Points faibles
  • Manque de caractère
  • Interface multimédia perfectible
  • Puissance juste
Évaluation complète

Alors que la presse automobile vante les mérites des voitures qui proposent un agrément de conduite et un caractère sportif, la majorité des consommateurs d’aujourd’hui ne semble toutefois pas en faire leurs principaux critères d’achat. Toyota l’a compris et depuis longtemps, le constructeur commercialise des véhicules bien conçus, ennuyants parfois, mais habituellement des valeurs sûres.

La Corolla en est l’exemple parfait. C’est une voiture compacte confortable, économique et fiable. Peut-on lui en vouloir d’être moins amusante à conduire qu’une Mazda3, une Mitsubishi Lancer ou une Volkswagen Golf? Pas du tout.

Sous le capot, on retrouve un quatre cylindres de 1,8 litre qui produit 132 modestes chevaux ainsi qu’un couple de 128 livres-pied. Dans certaines déclinaisons, on peut le jumeler à une boîte manuelle à six rapports, mais l’acheteur typique de cette berline préférera l’automatique à variation continue. Cette dernière permet à la Toyota Corolla 2016 d’afficher une consommation de 8,2 l/100 km en ville et 6,2 sur l’autoroute.

Nous avons essayé une Corolla S à boîte manuelle, dont la consommation annoncée s’élève plutôt à 8,4 l/100 km en ville et 6,4 sur la route. Notre semaine au volant de la compacte s’est conclue par une très bonne moyenne de 6,9 l/100 km.

C’est vrai, la Corolla n’offre pas une expérience de conduite aussi dynamique que certaines de ses rivales. Elle n’a aucun problème à se faufiler dans le trafic et à dépasser la circulation plus lente au besoin, mais un peu plus de puissance serait appréciée. Du moins, sans compromettre son efficacité énergétique. La pédale d’embrayage et la course du levier de vitesses n’incitent pas plus à la conduite sportive que la boîte automatique.

Photo: Michel Deslauriers

En revanche, la Toyota Corolla 2016 est relativement silencieuse sur la route, et les sièges de notre version Corolla S nous ont procuré un bon confort lors de nos déplacements, y compris durant les interminables heures passées dans les embouteillages de l’heure de pointe. De plus, ils sont recouverts d’un joli mélange de similicuir et de tissu bleuté, avec des coutures et des passepoils contrastants blancs.

Outre les fausses coutures moulées dans les plastiques du tableau de bord, l’apparence générale est agréable, même si Toyota ne gagnera pas de prix au chapitre du design. La finition n’approche pas celle des produits Lexus, mais elle est tout de même de qualité.

La Toyota Corolla S dispose d’un bon niveau d’équipement, y compris un climatiseur automatique, des sièges avant chauffants, un toit ouvrant et un régulateur de vitesse. Le système multimédia propose un écran tactile de 6,1 pouces dont la réactivité est généralement bonne, bien que l’intégration Apple CarPlay et Android Auto ne soit pas disponible.

La sonorité de la chaîne plaira probablement à la plupart des acheteurs, et on peut écouter de la musique en continu en jumelant notre téléphone intelligent. Il est également possible de brancher une clé USB, mais malheureusement, le parcours des fichiers à l’écran est inutilement long et complexe.

Sur papier, la Toyota Corolla 2016 n’est pas la plus spacieuse des berlines compactes. Et pourtant, elle n’a rien à envier à ses adversaires à ce chapitre. De plus, le plancher presque plat à l’arrière rend les trajets plus confortables lorsque toutes les places sont occupées. Avec trois ados à bord qui se plaignent toujours d’un manque de place sur une banquette arrière, ce dégagement additionnel pour les jambes est un aspect non négligeable. Le coffre est d’une bonne taille, bien que l’ouverture des dossiers rabattables ne soit pas très grande.

Et franchement, on aime bien les touches stylistiques apportées à la version S, signifiant subtilement qu’on a affaire à une version, euh, sportive de la Corolla. Son look est rehaussé de jolies jantes en alliage bicolores, de garnitures noires sur les pare-chocs, d’antibrouillards et même d’un petit aileron sur le couvercle du coffre.

Photo: Michel Deslauriers

La Toyota Corolla 2016 est vendue à partir de 15 995 $ avant les frais de transport et de préparation, alors que la Corolla S affiche un PDSF de 19 780 $. On ne peut équiper l’édition 2016 des derniers gadgets en matière de sécurité avancée, comme la prévention de sortie de voie, le freinage autonome d’urgence et le régulateur de vitesse adaptatif. Toutefois, au moment d’écrire ces lignes, la Toyota Corolla 2017 débarque chez les concessionnaires avec ces caractéristiques montées de série. Sinon, les changements ne sont pas drastiques. Et n’oublions pas la Corolla iM 2017 cinq portes, qui est en réalité la Scion iM de 2016, mais renommée pour poursuivre sa carrière sous la bannière Toyota.

Il faut l’avouer, notre semaine au volant de la Corolla n’a pas été des plus excitantes. Par contre, c’est une voiture qui en donne beaucoup et en redemande peu, qui jouit d’une bonne fiabilité et dont la valeur de revente demeurera élevée. Opter pour la Corolla, c’est un achat sans grande émotion, mais sans risque.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Premiers contactsToyota Corolla 2017 : le meilleur et le pire de Toyota
On a l’impression que la Corolla vient tout juste d’être redessinée! Et pourtant, le design « moderne » date de 2014. Trois ans plus tard, voilà venu le moment de mettre la voiture à jour! Toutefois, ne vous attendez pas à quelque chose d’extrême comme Nissan a fait avec sa …
2016Toyota Corolla 2016: Business as usual
Cette année, le Guide de l’auto fête sa cinquantième parution. Feuilleter ces différents bouquins oblige à réfléchir sur l’évolution de l’automobile et de la société par le fait même. Pour les plus jeunes, je tiens à spécifier qu’il y avait des automobiles en 1967, première année du Guide de l’auto.
EssaisScion iM: bonne compacte mais mauvaise étiquette
Lorsque Toyota lance la marque Scion en 2002, son objectif était clair : elle devait attirer du sang neuf dans ses concessions et injecter un peu de zeste dans une gamme de voitures plutôt morne. Le premier véhicule à porter le nouveau badge fut le sympathique xB, une boîte carrée …
EssaisToyota Corolla 2017 : une voiture plate. Mais ce n'est pas grave.
Un sage disait qu’il était plus facile de changer un ventilateur de radiateur pendant qu’il tournait que de changer une perception. Parlez-en à Toyota dont la Corolla est condamnée à perpétuité à jouer le rôle de la voiture pépère et fonctionnant uniquement sur la voie gauche des autoroutes… habituellement sous …
Commentaires