Volvo XC60 2017 : toujours dans le coup!

Points forts
  • Sécurité garantie
  • Silhouette élégante
  • Rouage intégral efficace
  • Moteur T6
  • Sièges confortables
Points faibles
  • Modèle de remplacement imminent
  • Visibilité arrière moyenne
  • Places arrière un peu juste
  • Écran d'affichage petit
  • Certaines commandes à revoir
Évaluation complète

Le constructeur Volvo vogue sur une vague de popularité alors que ses ventes ne cessent de croître de mois en mois, et ce, aussi bien au Canada qu’aux États-Unis. Le coup d’envoi a été donné il y a une couple d’années avec le XC90 entièrement transformé. L’excellence technologique et l’agrément de conduite de ce VUS lui ont valu de nombreux prix. Sur cette lancée, on a présenté la berline S90 en remplacement de la S80, un modèle qui avait fortement besoin d’une refonte, suivi de la familiale V90.

Puis tout récemment, on dévoilait le V90 Cross Country. Cette nouvelle Volvo possède plus ou moins la même silhouette élégante et classique que la V90 « ordinaire ». Comme cette dernière, elle reprend la plate-forme du XC90, mais adaptée à une utilisation propre à ce type de modèle. On y retrouve bien entendu le même habitacle luxueux doté de sièges ultraconfortables et d’une planche de bord agrémentée d’un écran d’affichage géant qui s’est montré très utile sur les autres versions.

Ce trio de nouveautés ne devrait pas nous faire oublier un autre trio, celui des S60, V60 et XC60. Leurs ventes ont connu une bonne croissance au cours des derniers mois, preuve qu’ils sont toujours dans le coup. Et le plus représentatif d’entre eux est le XC60 que j’ai eu l’opportunité de conduire dans le cadre du dévoilement du V90 Cross Country au Colorado.

Photo: Denis Duquet

Toujours l’excellence

Au fil des années, les stylistes de Volvo sont toujours parvenus à dessiner des familiales et des VUS dont la silhouette était réussie. Et avant l’arrivée des nouvelles générations des XC90 et V90, la XC60 était considérée comme la plus élégante de sa catégorie et elle demeure toujours moderne en fait d’apparence. Son secret réside surtout dans sa calandre facilement reconnaissable et ses feux arrière verticaux. Mais son succès ne s’explique pas uniquement par sa silhouette.

Comme d’habitude sur un véhicule de cette marque, il est difficile de trouver à redire quant aux sièges avant qui sont pratiquement la norme de l’industrie aussi bien en fait de support latéral que de confort. La présentation de la planche de bord est sobre et l’on perçoit facilement le design scandinave. Par contre, un indice qui ne ment pas quant aux origines quelque peu lointaines de ces modèles, l’écran d’affichage est relativement petit. Tout en contraste avec celui du V90 Cross Country.

D’autre part, la console centrale verticale est de type flottant puisque la section arrière est dégagée. Cette approche est utilisée par Volvo depuis plusieurs années et c’est d’ailleurs l’une de ses signatures en fait d’agencement de la planche de bord. Cette console est parsemée de pavés dont certains sont regroupés en formes rectangulaires, tandis que quelques-uns sont disposés en suivant le dessin d’une silhouette humaine afin de permettre de diriger l’air de la climatisation là où l’on veut. Pour certains, c’est ingénieux, pour d’autres c’est trop complexe. Par contre, une fois que l’on est habitué, c’est assez intuitif. Soulignons au passage que le volant possède un boudin assez gros qui facilite la prise en main.

Ce style de carrosserie permet de transporter des objets encombrants dans un coffre à bagages d’une finition irréprochable et doté de plusieurs points d’ancrage.

Photo: Denis Duquet

Adieu cinq cylindres!

Cette année, en fait de motorisation, c’est la simplicité même puisque les moteurs cinq cylindres de l’an dernier ont été abandonnés au détriment d’un quatre cylindres 2,0 litres. La version T5 de ce moteur produit 240 chevaux grâce à la turbocompression. Les T6 sont dotées d’un moteur de même cylindrée, mais celui-ci combine turbo et compresseur pour obtenir plus de puissance. À ce moment, ce 2,0 litres libère 302 chevaux. Il faut préciser que tous ces engins sont reliés à une boîte automatique à huit rapports, qu’il s’agisse d’un modèle à traction ou à transmission intégrale.

Malgré la différence en fait de puissance, les temps d’accélération de ces deux moteurs sont plus ou moins identiques. Le 0-100 km/h se boucle en 6,8 secondes avec le T5 et en 6,5 secondes avec le T6. Nous avons conduit une version avec moteur T5 à Vail, donc en haute altitude et les performances ont été bonnes, bien que l’altitude handicapait le turbo. Cet essai a été suivi par celui d’un modèle T6 et cette fois, les performances ont été nettement supérieures.

Sur la route, peu importe le moteur, le Volvo XC60 2017 se démarque par une tenue de route sans surprise, de bonnes performances et on a l’impression de conduire un véhicule solide comme le roc. En outre, le rouage intégral Haldex est d’une grande efficacité tout en étant d’un fonctionnement totalement transparent. En plus, plusieurs kilomètres parcourus sur une route secondaire en fort mauvaise condition ont permis d’évaluer les capacités de ce modèle en terrain accidenté et elles sont très bonnes.

Les S60 et V60 demeurent compétitifs bien que le XC60 me semble le plus attrayant du trio. Et pour les sportifs, il y a la version Polestar, plus sportive, plus puissante et plus dispendieuse.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

2016Volvo XC60 2016: Un nouveau souffle
Pour l’année-modèle 2016, le XC90 se positionne comme la nouvelle star de Volvo, mais pour ce qui est du volume de ventes au Canada, le XC60 demeure le véhicule le plus populaire de la marque suédoise, et poursuit sa route après avoir subi une transformation esthétique en 2014 et mécanique …
Commentaires