Lexus LX570, monument à l'opulance

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

On peut dire ce qu’on voudra, il reste un marché pour les véhicules de luxe. Pour bien des personnes, le prix de l’essence n’a aucune espèce d’influence sur leur budget. Et, en général, les récriminations des « verts » ont aussi peu d’effet sur ces gens. Pour eux, Lexus propose son immense LX570, un VUS de grand format et de grand luxe. Il est bien évident que l’entreprise japonaise ne compte pas en vendre beaucoup. Pour ça, il y a la Corolla !

Le LX570 remplace le trop peu populaire LX470 dont le maigrichon V8 de 4,7 litres ne faisait pas le poids. Quand on est prêt à débourser près de 100 000 $ (avant les taxes, bien entendu), on veut avoir quelque chose de potable sous le capot !

Ce 5,7 litres produit quelque chose comme 383 chevaux et 403 livrespied de couple. Même si la masse à déplacer est de près de 2660 kilos (c’est trois Smart et demie, ça), les performances du LX570 sont plus près de celles d’une berline sportive que d’un gros VUS ! Outre ses capa cités athlétiques, le moteur du LX570 surprend surtout par sa linéa rité, sa douceur et sa souplesse. Bien entendu, il faut être prêt à en payer le prix à la pompe. Malgré toute notre bonne volonté, nous n’avons enregistré une moyenne d’un peu plus de 14 litres aux cent kilo mètres et ça, c’est en conduisant avec des oeufs sous l’accélérateur. Quelques arrêts obligatoires et la consommation grimpe passablement! Bien sûr, comme dans tout véhicule de prestige qui se respecte, le LX570 ne boit que du super...

Un moteur, aussi puissant et doux soit-il, ne serait rien sans une bonne transmission. Celle du LX570 est parfaite! N’allez pas croire que ce soit

la plus rapide pour changer les rapports. En réalité, elle prend bien son temps mais, surtout, elle le fait doucement. Elle permet au moteur de ne « tourner » qu’à 1 550 tours/minute à 100 km/h et à 1 800 à 120 ! Cette transmission propose un mode sport et il est alors permis de changer les vitesses soi-même. Dès qu’on déplace le levier vers la gauche pour se retrouver en mode sport, elle passe, à 100 km/h par exemple, du sixième rapport au quatrième. À ce moment, les révolutions du moteur montent à 2 750. Même à ce moment-là, oubliez les prétentions sportives. Ce mode n’est vraiment utile que lorsqu’on a besoin d’un frein moteur plus important, comme en tirant une remorque dans une région montagneuse. Parlant de remorque, le LX570 peut en tirer une de 3 856 kilos (8 500 livres).

1 %

Ce gros Lexus ne porte pas seulement l’appellation d’utilitaire, il l’assume ! L’hiver dernier, lors du lancement du LX570, les gens de Lexus nous avaient amenés sur un circuit hors route assez difficile. Notre VUS est passé dedans comme une bonne soeur au confessionnal. Le châssis s’avère d’une rigidité extraordinaire, la garde au sol est importante (225 mm) et il y a une foule d’accessoires rehaussant les capacités du véhicule.

99 %

Sur la route, car c’est là que le LX570 se retrouvera 99 % du temps, le mot d’ordre est : confort. L’insonorisation est telle qu’on n’entend pas le moteur travailler, même en pleine accélération, ni les bruits de la route. La direction est trop assistée et affiche un important flou au centre. Une courbe prise avec le moindrement d’empressement et on note un roulis qui impressionnerait le Queen Mary II. Et si on va un peu trop loin dans notre folle aventure, une infinité de systèmes de sécurité se mettent en branle, accompagnés d’un affreux bip, plus stressant qu’informatif. Un produit Lexus ne serait pas un produit Lexus s’il n’y avait pas une panoplie de gadgets électroniques. SRS, ELR, ALR, CRS, AHC, AFS, PCS, VGRS, AVS et j’en passe font partie de l’équipement standard. Personnellement, j’aurais moins de difficulté à épeler « hystérosalpingographie » à l’envers que d’apprendre le fonctionnement de tous ces systèmes. En fait, j’en ai retenu un, le AHC (Active Height Control) qui permet de relever ou d’abaisser la suspension, parce qu’il ne fonctionnait pas et que l’écran d’information, situé juste devant le conducteur, ne cessait d’afficher une anomalie avec ce système.

Après vérification, notre contact chez Lexus nous a dit d’utiliser le véhicule ainsi car le concessionnaire n’avait pas trouvé le problème. On a beau s’appeler Lexus, l’électronique semble loin d’être une science exacte… Le LX570 est un véhicule imposant et l’habitacle est de même nature. Les deux personnes montant à l’avant ont amplement d’espace, de même que ceux assis sur la banquette. On retrouve une troisième rangée, peu facile d’accès et inconfortable. Curieusement, elle n’est ni confortable ni très logeable, et se replie de chaque côté du véhicule (électriquement, bien sûr !) pour donner plus d’espace de chargement. Les sièges de la deuxième rangée se replient sur eux-mêmes pour agrandir l’espace disponible. Malgré tout, et à ma grande surprise, un bureau de six pieds de longueur y entre mais c’est très juste. Le hayon ouvre en deux parties, ce qui est génial. Lors du lancement du LX570,

Lexus prévoyait en vendre environ 250 unités par année. Certes, il se trouvera toujours des gens assez à l’aise financièrement pour se promener dans ce château mobile. Mais les pressions sociales et environnementales sont de plus en plus fortes et sans doute que plusieurs personnes, même très riches, choisiront un moyen de transport plus « vert ».

FEU VERT

Confort inouï
Système audio extraordinaire
Capacités hors route incroyables
V8 très performant
Finition parfaite

FEU ROUGE

Gros bateau
Consommation indécente
Technologie très complexe
Fiabilité douteuse (électronique)
Prix déments

Partager sur Facebook
Commentaires