Land Rover LR3, sophistiqué mais fragile !

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Si vous êtes à la recherche d’un véhicule qui sort de l’ordinaire et qui transmettra à votre entourage l’image d’une personne à la fois aventurière et sophistiquée, le Land Rover LR3 est tout à fait pour vous. Il suffit d’ailleurs de visiter les quartiers huppés des grandes villes de ce continent pour associer le type de clientèle à la marque. Bien que ce véhicule possède des qualités hors route extraordinaires, c’est le standing qui a priorité. D’ailleurs, sa silhouette semble avoir été dessinée avec ces acheteurs potentiels en vue.

Mais les stylistes ne se sont pas contentés d’une grosse boîte carrée avec de grandes fenêtres comme c’était le cas du modèle Discovery que le LR3 rem- place. Ce dernier reprend en effet la partie avant des modèles Range Rover afin de conserver un air de famille, pour ensuite se démarquer par un hayon à ouverture asymétrique, des glaces arrière débordant sur le toit et un pavillon légèrement surélevé afin d’offrir un meilleur dégagement pour la tête. Lorsqu’on rencontre un LR3, il est impossible de se tromper. C’est sans doute ce qui plaît tellement à l’élite et aux BCBG. Mais ce modèle est plus qu’une silhouette originale.

Britannique avant tout

Même si le tableau de bord du LR3 s’est fortement amélioré par rapport à celui du défunt Discovery, il n’en demeure pas moins que ses origines britanniques sont incontournables. Il y a les sièges en cuir bien entendu, mais aussi un tableau de bord qui, sous ses allures modernes, comporte de nombreuses énigmes quant à certaines commandes. En effet, si ces dernières semblent relativement classiques, leur fonctionnement n’est pas toujours aussi simple. Il faut notamment décrypter certains pictogrammes qui sont plus énigmatiques que pratiques.

Sur une note plus positive, la position de conduite est bonne et le conducteur est assis haut afin d’avoir une bonne visibilité lors de la conduite hors route. De plus, une fenestration plus que généreuse facilite également la conduite. Et il n’y a pas que le conducteur qui soit bien installé ; les occupants des autres sièges sont assis en tout confort, y compris les passagers des deux baquets de la troisième rangée, même si à première vue celle-ci n’a pas l’air trop conviviale. Par contre, la personne qui s’installera au centre de la deuxième rangée trouvera certainement le trajet très long. Enfin, tous les sièges arrière se rabattent afin d’augmenter la capacité de charge.

Et il ne faut pas passer sous silence ce toit ouvrant, de dimensions fort généreuses, qui permettra aux occupants des places arrière d’observer les nuages et qui sera sans doute à l’origine de bruits de caisse, à la longue.

Roger, l'électronique !

Depuis que les voitures existent, les véhicules de fabrication britannique sont réputés pour le manque de fiabilité de leur système électrique. Il est donc sidérant de constater avec quel empressement les concepteurs de ce modèle ont consacré toutes les fonctions de gestion de la conduite, du rouage intégral et même de l’assiette de la voiture à des systèmes d’assistance électronique. C’est probablement ce qui explique pourquoi le manque de fiabilité des Land Rover est devenu légendaire au fil des années. En espérant que ce problème de fiabilité soit résolu, le LR3 propose une batterie d’éléments destinés à assurer une conduite hors route sans pareille. D’abord la suspension pneumatique électronique, qui permet de modifier la hauteur de la garde au sol selon qu’on roule sur la route ou dans un sentier, et le rouage intégral à commandes multiples qui permet d’ajuster la mécanique en fonction des conditions du moment.

Les critiques sont unanimes : ce Land Rover est capable de passer pratiquement partout, pourvu qu’il ne tombe pas en panne ! L’acheteur a le choix entre deux moteurs. Le premier est un moteur V6 de 4,0 litres d’une puissance de 216 chevaux. Ce moteur, l’apanage de la version SE, est un peu juste compte tenu du poids du véhicule. Il est donc également possible de commander en option sur la SE et de série sur la HSE un moteur V8 de 4,4 litres produisant 300 chevaux. Puisque les deux moteurs ont une consommation presque semblable, le V8 est un choix plus logique. Dans les deux cas, la boîte automatique à six rapports est très efficace. Il ne faut pas en conclure que ce Land Rover est uniquement un tout-terrain mal à l’aise sur la grande route.

Grâce à sa suspension électronique et son système anti retour nement, le comportement routier est surprenant pour un véhicule ayant un centre de gravité passablement élevé et des dimensions encombrantes. Devant cette somme de qualités, il est dommage que son prix soit si élevé et que sa fiabilité soit pratiquement inversement proportionnelle à la facture.  

FEU VERT

Habitacle confortable
Capacités hors route impressionnantes
Comportement routier sécurisant
Moteur V8 bien adapté
Suspension pneumatique efficace

FEU ROUGE

Prix élevé
Options chères
Forte consommation des moteurs
Fiabilité peu rassurante
Plusieurs commandes énigmatiques

Partager sur Facebook
Commentaires