Mazda CX-9 2016 : une refonte réussie

Points forts
  • Moteur performant
  • Consommation raisonnable
  • Habitacle luxueux
  • Agrément de conduite
  • Tenue de route
Points faibles
  • Système de navigation perfectible
  • Visibilité arrière
  • Performances un peu justes avec cinq occupants
  • Infodivertissement moyen
Évaluation complète

Après 10 ans de loyaux services, ce n’était pas un luxe de requinquer le CX-9 qui avait de plus en plus de difficultés à se faire justice dans une catégorie où les modèles concurrents avaient tous étés transformés à au moins une reprise quand ce n’était pas plus. Quant à la nouvelle génération de la plus grosse des Mazda, on peut dire qu’en fait de rattrapage, les ingénieurs et designers ont rempli leur mission de façon impressionnante.

En effet, la silhouette respecte les règles de la philosophie de design KODO utilisées sur les autres modèles de la marque, tandis que la technologie SKYACTIV adaptée à la mécanique permet de concilier une économie de carburant notable à des prestations surprenantes.

Un air de famille

La silhouette du nouveau CX-9 est fort bien équilibrée et permet surtout de l’identifier au premier coup d’œil. L’utilisation d’une calandre à cinq pointes, comme sur les autres Mazda, est la fondation visuelle de ce VUS dont le prolongement des lignes s’estompe vers l’arrière fort élégamment. Le véhicule n’a pas l’air d’un CX-5 souffrant de problèmes glandulaires et sa silhouette n’est pas lourdaude. Et si la section arrière est plutôt sage au chapitre de la présentation, tous les éléments visuels avant nous indiquent que l’on a affaire à un véhicule qui priorise la conduite relativement sportive en plus d’un raffinement poussé de l’habitacle.

D’ailleurs, concernant l’habitacle, ce modèle est capable de tenir la dragée haute aux bagnoles allemandes les mieux cotées. Particulièrement dans la version Signature, la plus cossue, qui propose un agencement relevé de garnitures en cuir et d’appliques en bois rare. Ce luxe s’étire jusqu’aux sièges qui sont recouverts d’Alcantara de grande qualité. Soulignons au passage la présence de l’affichage tête haute qui s’avère fort pratique. Il faut préciser que bien que la longueur hors tout de ce véhicule a été réduite de 30 mm, le dégagement pour les jambes des occupants de la troisième rangée s’est accru de 55 mm en raison de l’allongement de l’empattement. Il faut également mentionner que le siège médian glisse sur des rails afin de faciliter l’accès à l’arrière.

Un quatre cylindres!

La première génération du CX-9 était propulsée par un V6 de 3,7 litres, similaire aux moteurs de la majorité des modèles concurrents. Cette fois, une seule motorisation est au catalogue : un moteur quatre cylindres de 2,5 litres turbocompressé produisant 227 chevaux si l’on utilise du carburant ordinaire. En guise de comparaison, l’un de ses rivaux, le Honda Pilot est propulsé par un V6 de 3,5 litres délivrant 280 chevaux. Notre première réaction est de conclure que les ingénieurs d’Hiroshima sont tombés sur la tête!

Cependant, lorsque l’on constate que le couple du Mazda est de 310 lb-pi par rapport aux 272 lb-pi du Pilot, on doit bien reconnaître que les ingénieurs ayant concocté le moteur du CX-9 ont trouvé une solution technologique intéressante. En effet, ceux-ci ont réussi à développer un processus de gestion qui met l’emphase sur l’optimisation de l’utilisation du couple, ce qui permet non seulement d’obtenir des accélérations et des reprises à la hauteur de la concurrence, mais sans obliger la boîte automatique à rétrograder.

Les ingénieurs ont fait appel à de multiples astuces technologiques pour réaliser ce tour de force, notamment un système de recirculation des gaz qui refroidit ceux-ci et assure une meilleure performance du moteur. Enfin, un collecteur d’échappement particulièrement raffiné vient compléter le tout. Il en résulte des performances fort intéressantes et une consommation de carburant observée de 10,3 litres aux 100 km, ce qui est excellent pour un véhicule de cette taille.

Silence et agilité

En plus du luxe de l’habitacle, de l’ergonomie des commandes et de l’élégance de la planche de bord, on est également épaté par le silence de roulement. Bien que les ingénieurs aient fait subir une cure d’allégement de 90 kg à ce modèle, ils ont réussi à utiliser une quantité appréciable de matériaux insonores, 24 kg exactement. De plus, dans notre modèle d’essai Signature, le système AudioPilot 2, partie intégrante du système audio Bose, analyse les bruits parasites dans l’habitacle et émet des ondes compensatoires afin de les éliminer. Et croyez-moi, ça fonctionne fort bien!

En conduite sportive, lorsque cette Mazda est poussée à ses limites, le roulis en virage est assez prononcé, mais en conduite normale, le comportement routier se caractérise par une direction précise et d’une assistance bien dosée, tandis que le véhicule se révèle très agile pour un VUS de ces dimensions. Il ne faut pas oublier le mode Sport qui permet des accélérations et des reprises plus nerveuses alors que la boîte automatique à six rapports insiste pour demeurer à un rapport inférieur un peu plus longtemps.

La première génération apparue il y a 10 ans avait remporté plusieurs prix prestigieux lors de son arrivée sur le marché. Sa remplaçante à tout pour lui succéder avec brio : un excellent équilibre entre la tenue de route, l’agrément de conduite et le confort de la suspension, sans oublier une consommation de carburant économique. Enfin, le rouage intégral est tout aussi sophistiqué et efficace que les autres éléments.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

BlogueMazda CX-9 Signature 2016, ou devoir changer l’image d’une marque
Je pense que je ne surprendrai personne en disant que la marge de profit sur un véhicule luxueux est plus importante que sur un modèle d’entrée de gamme. Plus on ajoute des options, plus le manufacturier fait de l’argent, c’est évident. Il est donc logique pour un constructeur de vouloir …
Premiers contactsMazda CX-9 2016 : renouveau et domination
Le CX-9 était encore disponible chez Mazda, mais il commençait à montrer des signes de vieillissement; il a bien reçu quelques améliorations ici et là au cours des ans, mais c'est sensiblement le même véhicule qui était avec nous depuis près d'une décennie — une éternité dans le monde de …
Premiers contactsHonda Pilot 2016 - Sans complexe
Le Pilot de Honda, sur le marché depuis quelques années était de moins en moins compétitif. Au cours des six dernières années, le gros VUS avait bénéficié très peu de modifications techniques et esthétiques. Tant et si bien que sa silhouette très carrée ne répond plus aujourd’hui aux canons esthétiques …
Pleins feux surLe Guide de l’auto au Rallye Mazda
Suivez nos deux représentants du Guide de l’auto dans un rallye automobile épique signée Mazda! Le lieu demeure un mystère et la compétition s’annonce féroce entre les différents médias automobiles canadiens. L'événement est organisé par le constructeur Mazda depuis quelques années. Ce rallye s'étend sur plusieurs jours et les équipes …
Commentaires