Rolls-Royce Wraith 2016 : au volant d'un fantôme de 462 000 $

Points forts
  • Style inédit
  • Exclusivité assurée
  • Moteur performant
  • Boîte automatique efficace
  • Cachet luxe indéniable
Points faibles
  • Prix stratosphérique
  • Coût des options
  • Gabarit hors normes
  • Consommation très élevée
Évaluation complète

Wraith. Ghost. Phantom. Les noms de tous ces modèles de la marque Rolls-Royce évoquent des fantômes qui se déplacent en flottant comme des nuages dans le silence le plus complet. C’est cette qualité exceptionnelle, presque irréelle, qui fait que la conduite d’une Rolls-Royce est une expérience hors du commun. Ça, et le fait que ces voitures atteignent des prix stratosphériques.

Avec la Wraith, Rolls-Royce cherche à séduire une clientèle plus jeune que celle qui achète ses modèles à quatre portes plus conventionnels. Une clientèle composée de gens qui veulent prendre le volant eux-mêmes, alors que les Ghost et Phantom sont celles de ceux qui veulent se faire conduire. Cette distinction n’a cependant aucune incidence sur l’échelle des tarifs, puisque la Wraith commande un prix de base de 375 000 $ et que la facture de notre modèle d’essai, équipé de plusieurs options, s’élevait à 462 000 $, rien de moins…

Métissage de classicisme et sportivité

Ce coupé à quatre places de la prestigieuse marque anglaise, laquelle est aujourd’hui propriété du Groupe BMW, affirme sa présence en assumant complètement son gabarit hors normes. Longue de dix-sept pieds et pesant plus de deux tonnes et demie, la Rolls-Royce Wraith 2016 ne ressemble à aucune autre bagnole sur la route avec une silhouette inédite qui est un curieux métissage de classicisme, assuré par la présence d’éléments de style propres à la marque, et de sportivité que lui confère la ligne fuyante du toit.

Les codes typiques de Rolls-Royce répondent présents avec, entre autres, cette massive calandre surplombée de la fameuse Spirit of Ecstasy. Lorsque la voiture roule, cet emblème fétiche semble carrément la guider et, lorsqu’on quitte la Wraith en la verrouillant, il se rétracte à l’intérieur, histoire de ne pas tenter un larron qui voudrait le chaparder. Comme sur tous les autres modèles, les insignes au centre des roues reprennent toujours la position permettant de voir les lettres « RR » bien droites quand l’auto est à l’arrêt.

Un ciel étoilé

Les portières s’ouvrent à contresens, et l’on constate que la Wraith est aussi attentionnée que les autres Rolls-Royce, puisque des parapluies sont dissimulés dans les ailes avant en cas de besoin. Une fois monté à bord, il suffit d’appuyer sur un bouton localisé à la base du pilier du pare-brise pour activer la fermeture automatique des portières.

Le charme opère déjà, avant même le démarrage du moteur de la Rolls-Royce Wraith 2016, dès l’instant où l’on découvre que les tapis sont en laine d’agneau véritable et que le pavillon de toit imite un ciel étoilé puisqu’il est constellé de mille diodes électroluminescentes, une option dont le coût est chiffré à 6 925 $.

La présentation de la planche de bord évoque un mélange des genres classique et moderne. Par exemple, les commandes de chauffage et de climatisation particulières à la marque anglaise sont composées de gros boutons rotatifs réglables en mode Soft, Medium, High ou Max et l’ajustement de la température se fait par quatre molettes. Pas de chauffage ou de climatisation automatique ici, c’est le système de type old school qui conserve ses droits. La concession à la modernité prend la forme d’une version du système de télématique iDrive de BMW, dont le graphisme a été adapté au style de la marque anglaise, mais dont les fonctionnalités sont identiques à celles des modèles de la marque bavaroise.

Un V12 biturbo signé BMW

L’autre « emprunt » fait par Rolls-Royce auprès de la marque allemande est un fabuleux moteur V12 biturbo de 6,6 litres qui développe 624 chevaux et un couple de 590 livres-pied. En accélération franche, on réalise avec stupeur que ce mastodonte se met en mouvement avec un aplomb surprenant, que la force d’accélération est souple, continue et linéaire et que le paysage se met à défiler à la vitesse grand V.

Ce n’est qu’en consultant l’indicateur de vitesse que l’on s’aperçoit que l’on dépasse largement la vitesse permise, puisque la quiétude à bord est tout à fait souveraine. Avec un chrono de cinq secondes pour le sprint de 0 à 100 kilomètres/heure, la Wraith est aussi rapide en accélération qu’une Porsche Boxster. Impressionnant…

Une boîte automatique adaptative

L’autre surprise, c’est de constater l’efficacité de la boîte automatique à huit rapports qui est en lien avec le GPS de la voiture et qui tient compte de la topographie de la route sur laquelle on circule. Par exemple, à l’approche d’une enfilade de virages, la boîte rétrograde automatiquement pour préparer la voiture à réaccélérer sur la prochaine ligne droite. Le confort est exceptionnel grâce à la suspension pneumatique qui nous donne l’impression de flotter littéralement sur un nuage et le silence de roulement est absolument remarquable. La consommation de carburant l’est nettement moins, puisque la moyenne est de 17 litres aux 100 kilomètres, supérieure à celle d’un très gros VUS.

En fin de compte, la Rolls-Royce Wraith 2016 est terriblement performante, dotée d’un cachet luxueux indéniable, et qui confère une certaine exclusivité à l’acheteur puisque le concessionnaire montréalais de la marque ne vend que 27 Rolls-Royce par année, tous modèles confondus.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Événements spéciauxExclusivité: Rolls-Royce VISION NEXT 100 : sans volant!
Nous avons écrit maintes et maintes fois qu’une Rolls-Royce n’avait rien de bien enlevant en matière de conduite. Il semble que la direction de la compagnie a finalement compris. Cette Rolls-Royce VISION NEXT 100 est sans volant, et seul le mode autonome sera utilisé pour faire rouler ce paquebot de …
2016Rolls-Royce Phantom 2016: Les trois mousquetaires
Lorsque la très prestigieuse firme Rolls-Royce a été rachetée des Britanniques par le constructeur allemand BMW, l’orgueil de la nation en a pris un coup. Pourtant, on savait depuis un certain temps que la plupart des composantes mécaniques des voitures de cette marque provenaient de Munich. La première Rolls du …
ActualitéLa Rolls-Royce Dawn s’amène à Montréal
Hier soir, devant plusieurs clients potentiels et amis de la marque, Rolls-Royce Motor Cars Québec a dévoilé une surprise : la Dawn, une nouvelle décapotable basée sur le coupé Wraith. Même si Rolls-Royce offre déjà une splendide décapotable, la Phantom Drophead Coupe, la Dawn a une place unique dans la …
ActualitéLe VUS de Rolls-Royce dévoilé
Voilà plus d’un an que la marque anglaise planche sur un véhicule utilitaire, leur tout premier, et on vient de dévoiler deux images de ce futur mastodonte de luxe. Bon, le véhicule est enrobé d’un camouflage qui dissimule les lignes de la carrosserie, mais on peut clairement apercevoir la carrure …
Nouveaux modèlesRolls-Royce Ghost et Wraith Black Badge 2017 : bêtes noires
Rolls-Royce propose une sélection de 44 000 couleurs sur leurs modèles, mais la grande nouveauté cette année pour la berline Ghost et le coupé Wraith, c’est l’ajout d’une variante qui met l’accent sur aucune d’entre elles. Doit-on le rappeler, le noir n’est pas une couleur, mais l’absence de lumière. La …
Commentaires