Kia Magentis, milieu de peloton

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Il est difficile de trouver un modèle plus effacé que la Kia Magentis. Non seulement sa silhouette semble avoir été dessinée pour qu’on ne la remarque pas parmi les autres voitures, mais par surcroît, sa popularité n’est pas des plus fortes. Pourtant, cette berline aux allures sobres mérite votre attention si vous faites partie de celles et ceux qui aiment faire une bonne affaire: en raison de son équipement complet et de son prix compétitif, la Magentis est susceptible d’intéresser les gens à la recherche d’une voiture bien équilibrée et dont le prix est compétitif.

Alors que ce modèle se vend relativement bien aux États-Unis où il est commercialisé sous l’étiquette Optima, les acheteurs québécois ne se bousculent pas aux portes pour se procurer la Magentis. Il s’agit pourtant d’une version dérivée de la Hyundai Sonata, qui jouit pour sa part d’une grande popularité.

Toute garnie

À défaut de tenter de nous épater par une silhouette spectaculaire ou encore une mécanique aux prétentions sportives, les planificateurs des Kia ont opté pour une approche plus pragmatique : celle de nous en offrir beaucoup plus pour un prix très compétitif. En effet, la liste d’équipement de série est vraiment impressionnante pour un modèle de ce prix et de cette catégorie. Par exemple, la climatisation est de série sur tous les modèles tout comme les sièges chauffants, la télécommande d’ouverture des portes, les freins ABS et les glaces à commande électrique. Si vous magasinez un tant soit peu les véhicules de cette catégorie, vous allez vous rendre compte rapidement que certains de ces accessoires ne sont offerts que sur des versions coûtant plusieurs milliers de dollars de plus.

Et il faut également souligner que la finition plus ou moins sérieuse des premières voitures Kia à arriver sur notre marché n’est plus qu’un mauvais souvenir. La Magentis nous offre un habitacle sobre mais d’une finition plus qu’acceptable, tandis que le tableau de bord suit les tendances à la mode avec sa console centrale encadrée de buses de ventilation. De plus, les cadrans indicateurs sont de dimensions généreuses et faciles à consulter. Détail intéressant, on retrouve en périphérie du moyeu du volant les commandes de réglage du système audio et du régu lateur de croisière. Pas mal pour une voiture de ce prix.

Il est vrai que les sièges avant offrent un support latéral moyen tout au plus, mais ils sont fortement rembourrés, ce qui devrait plaire à ceux qui confondent mollesse et confort. Quant à la banquette arrière, elle offre aux passagers un espace pour les jambes correct, sans plus, et le dégagement pour la tête est moyen. Enfin, la qualité des plastiques pourrait être meilleure ; la plupart d’entre eux sont durs, mais il fallait bien couper quelque part.

Choix biaisé

Règle générale, les constructeurs automobiles tentent de nous inciter à commander le modèle possédant le moteur le plus puissant et affichant donc le prix de vente le plus élevé. Pourtant, c’est le cas contraire avec la Magentis. C’est du moins mon interprétation de la gamme de moteurs offerte sur ce modèle. En effet, il est possible de commander en option un moteur V6 de 2,7 litres d’une puissance de 185 chevaux. Il est relié à une boîte automatique à cinq rapports. Jusque-là, tout va bien. Mais lorsqu’on découvre que la Hyundai Sonata, qui n’est ni plus ni moins que la jumelle de la Magentis, propose un moteur V6 de 3,3 litres d’une puissance de 235 chevaux, il y a de quoi s’interroger quant à la pertinence de choisir la Magentis à moteur V6. Chez Kia, on tente de nous convaincre que la suspension avant de leur modèle est meilleure, mais cet argument ne convainc pas.

La logique

Le choix le plus logique réside donc dans la version de base dotée du moteur quatre cylindres de 2,4 litres produisant 161 chevaux. Couplé à une boîte manuelle à cinq rapports, ce groupe propulseur se tire fort bien d’affaire en plus d’être relativement économique en carburant. Il est également possible d’opter pour la transmission automatique à cinq rapports. Avec ce moteur, les accélérations sont correctes et on n’a pas à trop jouer du levier de vitesses pour suivre le flot de la circulation. La tenue de route est sans surprise et passablement équilibrée, mais il ne faut pas tenter de jouer les Patrick Carpentier et rouler plus vite que les vitesses légales, car la voiture nous dévoilera rapidement ses limites en fait de tenue de route. En résumé, cette voiture est confortable, docile et bien équipée. Elle sera appréciée par la personne qui sait en reconnaître les limites et tirer avantage de son équipement plus que complet.

FEU VERT

Silence de roulement
Équipement complet
Prix compétitif
Bonne habitabilité
Moteur 2,4 litres

FEU ROUGE

Valeur de revente
Pneumatiques très moyens
Faible diffusion
Moteur V6
Silhouette générique

Partager sur Facebook
Commentaires