Jaguar XJ8, la tradition s'effouffle

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Les berlines de série XJ ont marqué un grand pas pour Jaguar lors de leur lancement, surtout avec leur coque entièrement en aluminium. Leurs silhouettes conservatrices sont toutefois presque passées inaperçues sur le marché du luxe. Avec l’apparition de la spectaculaire nouvelle XF et le passage de Jaguar aux mains du conglomérat indien Tata, les berlines XJ vont symboliser le passé de cette prestigieuse marque britannique jusqu’au dévoilement de la nouvelle série XJ qui est en cours de développement.

Après quatre années de ventes plutôt modestes, malgré des qualités techniques et dynamiques indéniables, les berlines XJ ont eu droit l’an dernier chez Jaguar à des retou ches visant à les relancer dans le segment férocement compétitif des berlines de prestige. Leur carrosserie a d’abord été légèrement redessinée pour leur donner une allure plus sportive. Les parties avant et arrière et la calandre se sont rapprochées de l’esthétique de la XJR et les sorties d’air verticales sur les ailes avant sont partagées avec les XK et la nouvelle XF. Les XJ roulent également sur de plus grandes roues dont le diamètre est de 19 pouces pour les XJ8 et XJ8L, et 20 pouces pour les XJR et Super V8 à moteur compressé.

Coups de plumeau

Les XJ n’étaient certes pas les moins réussies de leur catégorie concernant le confort, l’habitabilité et l’ergonomie, mais Jaguar a néanmoins cru bon de les doter de nouveaux sièges censés offrir un confort et un maintien améliorés. Ils sont désormais chauffants de série sur tous les modèles et des sièges avant climatisés sont en option. On a également amélioré l’accès aux places arrière et le dégagement pour les jambes en redessinant les dossiers des baquets avant. Autres ajouts : la radio satellitaire Sirius et une connectivité Bluetooth plus élaborée permettant de brancher jusqu’à cinq téléphones cellulaires à celui de la voiture. De belles balades conviviales en perspective... Côté mécanique, par contre, on reste au beau fixe avec des versions atmosphérique et compressée du V8 de 4,2 litres, dont les cotes de puissance respectives sont de 300 et 400 chevaux.

La technique employée pour construire les XJ actuelles tout en aluminium est différente de celle qu’utilise Audi pour ses berlines A8 et S8. Les Jaguar ont une coque autoporteuse et tous les panneaux de leurs carrosseries aident donc à soutenir l’ensemble, alors que les Audi ont un châssis à caissons porteur sous la carrosserie. Dans les deux cas, l’ensemble est plus léger qu’une berline de taille comparable construite en acier. Jaguar estime que la coque de ses XJ est plus légère d’un peu plus de 80 kilogrammes. Quoi qu’il en soit, sous une silhouette qui fut immédiatement jugée trop conservatrice et trop fidèle aux lignes des berlines Jaguar d’antan, les nouvelles XJ étaient modernes et assez réussies sur le plan du comportement et des performances. La XJ8 et son pendant sportif, la XJR, furent rejoints par des variantes à empattement allongé baptisées Vanden Plas et Super V8.

Jaguar avait également fait le choix de la tradition en réalisant l’habitacle. Le dessin et la présentation évoquaient certes les devancières des XJ, y compris par l’utilisation des boiseries vernies, longtemps indissociables de ces voitures dans la plupart des versions. Le résultat était toutefois assez convaincant pour ce qui est de l’ergonomie et de la facilité d’utilisation.

Pourtant douées

Chose certaine, c’était nettement mieux que les Jaguar d’il n’y avait pas si longtemps, et supérieur à maints égards à ce que pratiquait la concurrence avec ses commandes centralisées et autres molettes polyvalentes soi-disant futuristes et novatrices qui ont pour nom iDrive, Comand ou MMI... L’écran tactile des Jaguar est infiniment plus simple et intuitif que les dispositifs auxquels les constructeurs germaniques ne cessent d’ajouter des boutons externes, comme autant de béquilles. Il n’y a probablement que la grande Lexus LS à laquelle on puisse comparer les Jaguar XJ à propos de l’ergonomie générale et de la convivialité. Or, le vaisseau-amiral du premier constructeur mondial est encore plus conservateur, dedans comme dehors. Il faut également souligner les progrès remarquables de Jaguar en ce qui a trait à la qualité d’assemblage et de finition. Ils expliquent sans doute les excellentes cotes de fiabilité et de satisfaction que récolte cette noble marque britannique depuis quelques années. Ce n’est évidemment pas la perfection pour autant. On se passerait, par exemple, des cadrans trop petits et trop sombres, à l’éclairage vert blafard. Un héritage dont Jaguar s’est enfin débarrassé sur la nouvelle XF qui conjugue déjà l’avenir au présent.

Le comportement des XJ est très équilibré en général, mais en conduite et en performance, la plus réjouissante et convaincante demeure la XJR. À la faveur d’une rigidité structurelle exemplaire, elle offre un confort de roulement impeccable sur toute surface, ce qui est d’autant plus impressionnant qu’il s’agit de la suspension sport et qu’elle roule sur des jantes de 20 pouces avec des pneus à taille très basse. La nouvelle compagnie Jaguar devra porter un grand coup si elle veut se replacer dans la course de la catégorie des voitures de prestige. La berline XF nous donne une très bonne idée de ce que seront les prochaines XJ, et on a déjà surpris des prototypes au style et à la posture nettement plus modernes et audacieux. Une histoire à suivre.  

FEU VERT

Construction et finition soignées
Comportement équilibré et sûr
Version XJR

FEU ROUGE

Direction légère
Pédale de frein sensible
Dépréciation rapide

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires