Volvo XC70 2016: Modèle fétiche

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2016

Appelée break, estate ou station wagon ailleurs dans le monde, la familiale est de moins en moins populaire au Québec (et en Amérique du Nord) à cause, notamment, de la prolifération des véhicules multisegments. Sans la persistance de Volvo, il y a longtemps que les familiales seraient disparues de notre paysage routier. À part la récente V60, Volvo offre un seul autre modèle de cette catégorie sur notre marché : la XC70. Quant aux V40 et V70, elles sont toujours en production, mais leur distribution est confinée à d'autres continents comme l’Europe, l'Amérique du Sud et l'Asie.

L'histoire de la marque suédoise comporte de nombreux modèles qui ont contribué à sa notoriété. Au début des années 1950, Volvo a commencé à concevoir des familiales comme la Duett pour enchaîner avec les modèles des séries 140, 240, 740, 850 et V70. On se souviendra que la plupart de ces modèles ont été assemblés à Halifax en Nouvelle-Écosse, où Volvo a fait tourner son usine canadienne de 1963 à 1998. Pour l'heure, le constructeur a décidé d'ouvrir une nouvelle usine en Amérique du Nord, plus précisément en Caroline du Sud, avec comme objectif de vendre 100 000 véhicules par année sur notre continent. Un défi ambitieux quand on regarde les ventes actuelles.

Une familiale qui s'assume

Par rapport aux VUS et multisegments, la XC70 se classe dans une catégorie à part en se définissant comme une familiale tout-terrain. Fière d'elle-même, elle n'a jamais tenté de cacher son orientation comme la Subaru Outback l'a fait en s'affichant comme un multisegment sport compact. Or, c'est l'Outback qui avait lancé la vague des familiales tout-terrain en 1995; en reprenant l'idée inaugurée par l'AMC Eagle en 1980. Par la suite, la XC70 avait suivi en 1997 pour être rejointe par l'Audi A6 allroad de 2000 à 2005. 

Durant tout ce temps, la XC70 a bravement continué son petit bonhomme de chemin. Mais celle qui fêtera bientôt ses 20 ans n'est pas sûre de son avenir. On peut juste espérer que Volvo assurera la survie de son modèle fétiche. D'ailleurs, le Concept Estate laisse entrevoir le destin que lui réserve Volvo. Sous cette forme ou une autre, la XC70 ferait équipe avec la future berline S90 sous le nom de V90 Cross-Country.

Une version de base sans rouage intégral

Pour déplacer un poids qui frise les deux tonnes, le moteur de base est un tout nouveau quatre cylindres turbo de 2,0 litres qui développe 240 chevaux et un couple de 258 livres-pied. La venue de cette motorisation appelée Drive-E vise essentiellement à réduire la consommation d'essence, puisque sa présence ampute la version T5 d'un rouage intégral. Une XC70 à traction? On aura tout vu! Une première dans l'histoire de ce modèle. D'ailleurs, il est peu probable que les acheteurs optent pour ce moteur, aussi vertueux soit-il avec sa boîte automatique à huit rapports. Au lieu de dénaturer la XC70 de cette façon, Volvo aurait dû conserver le six cylindres de 3,2 litres comme motorisation de base.

De toute manière, le six cylindres turbo de 3,0 litres convient mieux à la vocation de cette familiale tout-terrain dont la capacité de remorquage atteint 1 588 kilos (3 500 lb). Arrimé à une boîte automatique à six rapports, ce moteur produit 300 chevaux et 325 livres-pied de couple. Même s'il consomme environ 25 % plus d'essence que le 2,0 litres, le 3,0 litres est un impératif!

Dans la neige ou les sentiers boueux, cette XC70 est une bonne baroudeuse avec sa transmission intégrale Haldex, ses aides à la conduite et sa garde au sol de 21 centimètres qui dépasse la hauteur d'un Ford Explorer ou d'un Audi Q5. La souplesse de la suspension et le long débattement des amortisseurs invitent à conduire tranquillement. Si vous recherchez une familiale au comportement routier sportif, vous êtes à la mauvaise enseigne, car la XC70 ne partage aucun gène avec sa regrettée sœur, la  V70 R Turbo. En ce cas, mieux vaut s’intéresser à l'Audi A4 allroad ou à un multisegment sport germanique.

Volvo n'est pas reconnue seulement pour le perfectionnement de ses systèmes de sécurité actifs et passifs, mais également pour confectionner les meilleurs sièges de l'industrie. Même si la marque suédoise a été rattrapée par la concurrence (Lexus et Lincoln), les baquets de la XC70 font honneur à sa réputation. L’espace utilitaire est généreux et la modularité des dossiers de la banquette arrière, divisés 40/20/40, agrémente les sorties à la montagne en facilitant le transport des skis et planches à neige. Il en sera de même pour le gentleman-farmer qui désire charrier ses outils ou aller en excursion du dimanche. 

Partager sur Facebook
Commentaires