Chevrolet Cruze 2016: La relève arrive

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2016

La Cruze, une berline compacte, a été le premier véhicule à vocation globale de Chevrolet. Auparavant, il y avait souvent des voitures qui portaient le même nom, mais elles étaient si différentes d’un pays à l’autre, que c’était futile de parler de voiture mondiale. Cette fois, pourtant, c’est vraiment le cas, car depuis son lancement en 2008, il s’est vendu plus de 3,5 millions de Cruze partout sur la planète. Cette année, elle nous revient inchangée, du moins pour quelques mois encore avant que sa remplaçante lui succède. 

La nouvelle génération dévoilée au mois de juin à Detroit est supposée faire son entrée sur notre marché à la fin de 2015 ou au début de 2016. Celle-ci reprend là où la première génération s’est arrêtée. La plate-forme est rigidifiée tout en étant allégée de 113 kg, tandis que la voiture a été allongée de 68 mm et abaissée d’environ 20 mm. Dans un premier temps, cette augmentation de la longueur hors tout permet d’augmenter l’espace pour les jambes des occupants arrière, et le fait que la voiture soit plus basse améliore son coefficient aérodynamique qui, à 0,29, est l’un des meilleurs de cette catégorie. 

Quant à la silhouette, elle est toujours d’un design équilibré et quelque peu anonyme, ce qui est normal compte tenu de la vocation mondiale de ce véhicule. Les angles sont moins obtus qu’avant, des dépressions dans les parois accentuent le galbe et donnent une allure plus dynamique, tandis que la section avant et sa large prise d’air octroient un aspect légèrement plus sportif. En fait, pour simplifier, on peut dire qu’il s’agit d’une Malibu 2016… en plus petit! 

Si l’habitacle est plus spacieux, il a également gagné en sophistication et en raffinement sans oublier une amélioration marquée de la qualité des matériaux. La planche de bord intègre un écran central de sept ou huit pouces selon la version, et un second écran d’information est placé entre les deux cadrans indicateurs. On a repris le positionnement des buses de ventilation verticales encadrant l’écran principal, alors qu’en bas de cette unité, les boutons de commande sont faciles d’accès.

On a conservé les mêmes éléments de suspension, mais les moteurs sont tous nouveaux. Celui qui sera le plus populaire sur notre continent est le 4 cylindres turbocompressé de 1,4 litre et 153 chevaux. Doté de la fonction Start/Stop, il est associé à une boîte manuelle à six rapports ou à une automatique à six rapports aussi. Les roues motrices seront toujours situées à l’avant. La consommation moyenne sur la grand-route sera de 5,9 litres aux 100 km selon General Motors. Toujours selon la même source, le 0-96 km/h (0-60 mph) serait l’affaire de 8,0 secondes.

 En 2017, un moteur diesel de 1,6 litre viendra s’ajouter. Certaines rumeurs parlent d’un 1,5 litre qui pourrait être offert sur les versions économiques mais rien n’est moins sûr. La Cruze continuera à être assemblée à Lorsdtown, en Ohio.

Le gros bon sens

Au moment d’aller sous presse, la bonne vieille Cruze est toujours en vente. Nul doute que les concessionnaires seront enchantés de se départir des exemplaires restants. 

Si cette première génération a connu autant de succès, c’est qu’elle a su vieillir avec élégance. D’ailleurs le modèle qui lui succédera reprend ses formes en les adaptant aux goûts du jour. Son habitabilité la toujours fait apprécier en tant que voiture familiale, tandis que l’équipement de base est suffisamment complet pour répondre aux attentes de beaucoup de gens. En fait, peu importe le domaine, la Cruze n’a jamais dominé sa catégorie, mais elle a toujours su répondre aux besoins de beaucoup d’automobilistes.

Son moteur 1,4 litre turbo produit 138 chevaux est associé à une boîte automatique à six rapports qui effectue du bon travail. Un autre moulin est au catalogue, il s’agit d’un quatre cylindres de 1,8 litre qui livre une puissance similaire, mais dont le rendement est infiniment moins intéressant. Et il ne faut pas oublier non plus le moteur diesel de 2,0 litres produisant 151 chevaux et un généreux couple de 264 livres-pied.

La tenue de route de la Cruze est sans histoire. La voiture est confortable lors des longs trajets, sa suspension est suffisamment efficace pour pouvoir négocier avec aplomb la plupart des virages amorcés à haute vitesse, alors que la direction plaira à la majorité, bien qu’on aurait apprécié une plus grande précision et un meilleur feedback. Enfin, la planche de bord est de bonne ergonomie. 

La Cruze était une bonne voiture. Nul doute que la future Cruze sera encore meilleure.

 

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisChevrolet Cruze 2016, la meilleure compacte de GM?
Il faut se l’avouer, GM n’est jamais réellement parvenu à s’imposer dans le créneau des voitures compactes. Historiquement, le constructeur a préféré investir plus massivement dans des secteurs plus payants, laissant la concurrence — nipponne à l’époque, et coréenne de nos jours — prendre d’assaut le marché des petites voitures.
Commentaires