Hyundai Santa Fe 2016: La classe sans la prétention

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2016

Le Santa Fe est entré en scène discrètement, il y a quinze ans déjà, pour ensuite grimper lentement mais sûrement les échelons vers le sommet de sa catégorie. Au point d’être maintenant devenu, sans tambour ni trompette et sans contredit, l’un des utilitaires sport les plus intéressants et les mieux réussis, toutes catégories confondues. Un jugement qui se rapporte surtout à la version XL.

La série Santa Fe s’est en fait dédoublée à son plus récent remodelage, il y a quatre ans. Cette troisième génération allait se présenter en deux tailles distinctes. Le Santa Fe Sport est arrivé le premier. C’est toujours un cinq places qu’on peut équiper d’un quatre cylindres atmosphérique à injection directe de 2,4 litres et 190 chevaux ou d’un 2,0 litres turbocompressé qui promet 265 chevaux mais surtout 269 lb-pi de couple à 1 750 tr/min. Assez pour tracter jusqu’à 1 588 kg (3 500 lb).

La taille au-dessus

Le Santa Fe XL est arrivé quelques mois après son frère. Il venait lui prêter main-forte au cœur de la gamme du premier constructeur coréen en prenant le relais du Veracruz. Le XL est surtout plus long que le Sport de 21,5 cm sur un empattement qui a lui-même gagné 10 cm. Il est plus large et haut de 5 et 10 millimètres, exactement. Tout ça pour installer une banquette escamotable à la troisième rangée et faire passer le nombre de places à 6 ou 7, selon qu’on opte pour des sièges individuels ou une banquette en deuxième rangée. Le confort à la troisième? Limité, comme d’habitude. Ses deux moitiés de dossier passeront le plus clair de leur temps repliées.

Puisque le Santa Fe XL est plus grand et qu’il a pris 200 kilos par rapport au modèle Sport 2,4L à quatre roues motrices, on lui a greffé un V6 à injection directe de 3,3 litres qui peut faire caracoler jusqu’à 290 chevaux en santé avec 252 lb-pi de couple qui haussent la capacité de remorquage à 2 268 kg (5 000 lb) avec un frein de remorque. Ce moteur, exclusif au XL, est toujours en verve et produit une belle sonorité en le propulsant vers 100 km/h en 8,14 secondes. Ses quatre grands freins à disque peuvent l’immobiliser ensuite sur 40,4 mètres en moyenne. Excellent résultat pour un utilitaire qui pèse quand même près de 2 000 kg.

Entre ces deux moments, le XL vous traite aux petits oignons et se montre solide, stable, confortable et silencieux. Les cadrans, commandes et contrôles sont superbement clairs, simples, efficaces et bien placés. En fait, la conception et l’aménagement de l’habitacle témoignent d’une attention remarquable aux détails pratiques et aux besoins réels du conducteur (très souvent une conductrice) et des passagers. Sans oublier la texture agréable des tissus, la qualité des matériaux et le soin apporté à l’assemblage et à la finition.

On dispose, dans les Santa Fe, d’une abondance de rangements accessibles et pratiques. Y compris de grands bacs sous le plancher du coffre. Seul agacement noté : un siège du conducteur qui n’est pas assez sculpté et manque de maintien latéral. Parce que les Santa Fe se débrouillent très correctement en virage. Là encore, le XL se démarque, malgré sa taille, par l’équilibre de son comportement et son confort de roulement. À l’inverse, les versions Sport déçoivent et agacent avec une direction plutôt floue au centre et une tenue de cap légèrement flottante.

Valeurs de base

On peut s’offrir un Santa Fe Sport avec le moteur de 2,4 litres en version traction pour payer un peu moins cher et consommer 0,7 l/100 km de moins. Mais pourquoi se priver des vertus et avantages multiples de quatre roues motrices avec un véhicule au centre de gravité relativement haut, dans un pays comme le nôtre? Surtout que le rouage 4RM automatique des Santa Fe est très efficace sur une chaussée enneigée. Quelle que soit la version choisie, elle pourra tracter jusqu’à 907 kg (2 000 lb).

Cela dit, la plus sage de toutes ces options est de se tourner vers un Santa Fe XL à quatre roues motrices en version Premium. On profite alors des vertus nombreuses et indiscutables de cette série en termes d’espace, de confort, d’ergonomie, de performance et de comportement, en plus d’un équipement déjà pléthorique et parfaitement digne d’un modèle de luxe. Le fait que les Santa Fe jouissent d’excellentes cotes de fiabilité et de qualité à neuf ne fait que renforcer leur attrait. Sans parler de la garantie solide des grands constructeurs coréens. 

Pour l’ensemble de son œuvre, le Santa Fe XL est l’un de ces choix pragmatiques que l’on savoure et dont on se félicite à chaque journée de conduite. Dans les menus détails et en toute discrétion, bien entendu.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisHyundai Santa Fe XL 2017 : il porte bien son nom!
Il y a quelques années, Hyundai laissait tomber son Veracruz, un VUS à sept places, peu populaire. En effet, il s’en écoulait généralement moins de 2 000 unités par an au Canada. Pour le remplacer, la marque coréenne a fait appel à un nom connu et apprécié, Santa Fe. Les …
Commentaires