Lincoln MKC 2016: Un véhicule nommé espoir

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2016

Pour la marque Lincoln, le MKC symbolise une sorte de renaissance. Même s’il est élaboré sur la base du Ford Escape, il cache bien ses origines et affiche un cachet luxe très affirmé. Dans l’industrie automobile, il n’est pas rare de voir des marques partager des composantes majeures ou des plates-formes. Le groupe Volkswagen est d’ailleurs passé maître dans cet art qui consiste à développer des véhicules respectant en tous points les critères de leurs marques respectives, même s’il existe entre eux une filiation évidente sur le plan mécanique. Cette approche semble avoir été retenue par Lincoln qui tente par tous les moyens de démarquer son MKC du Ford Escape.

On dit souvent que la première impression que l’on se fait de quelqu’un ou de quelque chose est celle qui reste avec nous, même avec le passage du temps. Si c’est le cas, c’est mission accomplie pour le MKC qui donne clairement cette impression d’appartenir au créneau des véhicules de luxe avec ses formes qui rappellent beaucoup celles de l’Audi Q5, particulièrement en ce qui a trait à la partie arrière. À l’avant, la calandre adoptée par la marque Lincoln s’intègre particulièrement et les nombreuses touches de chrome marquent la différence avec l’Escape. Côté style, c’est une belle réussite.

Pas tout à fait dans la cour des grands

En prenant place à bord, on déchante un peu en constatant que la qualité des matériaux utilisés dans l’habitacle et la finition intérieure laissent beaucoup à désirer. Elles souffrent de la comparaison directe avec la marque allemande Audi, qui est le standard de l’industrie pour la qualité des intérieurs, ou encore avec Lexus, un autre leader en ce domaine. C’est vraiment ici qu’il déçoit et qu’il nous rappelle que Lincoln a encore du chemin à faire avant d’accéder à la cour des grands.

On aime le fait que le MKC soit dépourvu d’un levier de vitesse conventionnel, remplacé par des boutons localisés sur le côté gauche de la console centrale pour contrôler la boîte automatique comme sur la MKZ. Toutefois, c’est bien la seule touche de modernité que l’on perçoit dans cet habitacle qui est de facture très conventionnelle et qui ne réussit pas à créer cette impression de luxe tant souhaitée par le constructeur. Dommage… Aussi, les places arrière sont un peu justes en ce qui a trait au dégagement pour les jambes. Précisons également que les modèles 2016 reçoivent le nouveau système de télématique SYNC 3, qui équipe aussi quelques modèles Ford cette année et qui devrait s’avérer plus convivial que le système MyLincoln Touch utilisé précédemment.

Un moteur d’Escape ou de Mustang

Deux moteurs turbocompressés sont au programme et tous deux sont partagés avec des modèles Ford, puisque le quatre cylindres 2,0 litres turbo se retrouve sous le capot de l’Escape alors que le quatre cylindres 2,3 litres turbo anime aussi la Mustang. Au volant d’un MKC équipé du 2,3 litres, la moyenne observée a été de 14 litres aux 100 kilomètres au cours d’un essai réalisé en plein cœur de l’hiver québécois, soit dans les conditions météo les plus défavorables à l’économie de carburant. Il faut également souligner que le MKC affiche presque 1 800 kilos à la pesée ce qui n’aide certainement pas sa cause pour l’efficience.

Sur la route, il fait preuve d’une belle stabilité et d’un certain aplomb. Sa conduite est paramétrable sur trois modes, soit confort, normal et sport. Le premier lui permet presque d’émuler une grande berline en absorbant avec une certaine mollesse les inégalités de la chaussée, le second offre un bon compromis entre confort et tenue de route. Quant au troisième mode, il n’est pas du tout adapté à la piètre qualité du revêtement sur lequel on roule la plupart du temps chez nous. Parions qu’il servira peut-être plus souvent aux États-Unis…

En bout de ligne, le MKC représente le véhicule le plus abouti de la marque Lincoln à ce jour. Le look est à la page, le comportement est rassurant et le rouage intégral lui permet d’évoluer dans toutes les conditions météo. On souhaiterait cependant qu’il soit moins lourd, moins énergivore et, surtout, que son habitacle soit à la hauteur des attentes créées par son look très actuel. On attend la suite…

Partager sur Facebook
Commentaires