Lincoln MKZ 2016: Lincoln est de retour

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2016

Il y a à peine quelques années, Lincoln était plus ou moins à l’abandon; pendant que Ford travaillait d’arrache-pied à moderniser sa gamme de véhicules et ses technologies, la maison-mère n’avait ni le temps ni les ressources pour sa division de luxe.

Après le renouveau de Ford, c’était maintenant le tour de Lincoln de recevoir l’attention des huiles de Dearborn. Le VUS compact MKC a été bien accueilli depuis sa sortie l’année dernière, et la marque américaine offre toujours deux berlines : la MKS – partageant sa mécanique avec la Taurus – et la MKZ, un peu plus petite et basée sur la même plate-forme que la Ford Fusion.

Une Lincoln nouveau genre

Même si la MKZ date déjà de 2013, son style est toujours d’actualité. Ses lignes sont effilées et ramenées vers l’arrière, la grille à lamelles typique de la marque lui donne un air de rapace, le toit plonge vers l’arrière tel celui d’un coupé, la partie arrière est taillée à angles droits et le coffre est traversé d’une barre à DEL faisant office de feux. Cette voiture attire les regards et les commentaires positifs comme bien peu de ses concurrentes.

À l’intérieur, c’est le même constat : la console centrale est large et haute, offrant une démarcation claire entre le conducteur et le passager. La planche de bord est épurée et utilise des boutons capacitifs (qu’on ne fait qu’effleurer pour activer); bien que ce soit très joli visuellement, le fonctionnement n’est pas sans faille, et l’on doit quelquefois s’y reprendre pour enclencher les différentes fonctions.

Une fois assis dans de très confortables sièges avant, en faisant attention de ne pas se cogner le crâne sur les montants de toit en s’y rendant, on remarque immédiatement le premier problème de la MKZ : la forme du véhicule a beau être très jolie, elle fait en sorte que la visibilité est ordinaire (pour ne pas dire exécrable) tout autour. Pire encore, une fois ouvert, le gigantesque toit ouvrant vitré – composé d’une seule pièce en verre qui se rabat complètement vers l’arrière au toucher d’un bouton – vient empiéter sur la lunette arrière, rendant tout ce qui se trouve derrière pratiquement invisible.

L’entrée de gamme, la puissante ou l’hybride?

La MKZ débute légèrement sous la barre des 40 000 $. Il est vrai que le prix d’entrée est passablement plus élevé que celui de certaines rivales – par exemple, la Buick Regal coûte 5 000 $ de moins –, mais vous obtenez pour ce prix une voiture très bien équipée, propulsée par un quatre cylindres turbocompressé de 2,0 litres déployant 240 chevaux et 270 livres-pied. Il envoie sa puissance aux roues avant, alors qu’un rouage intégral est maintenant proposé avec ce moulin pour environ 2 000 $ de plus.

Si vous avez besoin de plus de puissance, il est possible d’opter pour un V6 de 3,7 litres; celui-ci vous donnera 300 équidés, mais avec une consommation de 13,8 litres aux 100 km en ville, il n’est pas des plus frugaux. Si c’est l’économie d’essence que vous recherchez, tournez-vous plutôt vers la MKZ hybride; elle n’offre que 188 chevaux (moteurs à essence et électrique combinés), mais elle vous récompensera avec une consommation de 5,8 litres aux 100 km en conduite mixte, ce qui est plus qu’intéressant pour une berline de cette taille. En outre, ce modèle présente l’avantage d’être vendu au même prix que la MKZ de base.

Peu importe la motorisation choisie, la plus petite des berlines Lincoln vous offre des suspensions réglables, un démarreur à distance, des sièges en cuir, un système d’infodivertissement SYNC et MyLincoln Touch qu’on contrôle via un écran tactile de 8 pouces et une caméra de recul.

Pas dans les plates-bandes des Allemands

Si vous prenez le volant de cette Lincoln en vous attendant à ce qu’elle se comporte comme une BMW Série 3, vous risquez d’être déçu. La voiture s’inscrit bien en virage et est même plutôt agile si on la pousse dans ses derniers retranchements, mais elle n’a pas été conçue pour dévaler une piste de course à plein régime. Son mandat premier est d’offrir du confort et du silence à ses passagers.

La Lincoln MKZ a été la première à rappeler au monde entier que la marque n’était pas morte, et avec son style, son choix de motorisations et sa liste de caractéristiques, elle a certainement des atouts pour plaire aux acheteurs de berlines de luxe.

Partager sur Facebook
Commentaires