Cadillac CTS 2016: Le prodige

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2016

Dans chaque bonne famille se trouve une vedette. Chez Cadillac, la CTS joue ce rôle. Malgré la présence d’un petit frère très doué nommé ATS, c’est la berline de format supérieur qui mérite le prix du modèle le plus complet, même si elle emprunte plusieurs éléments à l’ATS.

La gamme Cadillac suit une hiérarchie que plusieurs constructeurs allemands ont adoptée depuis longtemps dans le créneau des véhicules de luxe à tendance sportive. Par exemple, une Mercedes Classe E est définitivement plus complète qu’une Classe C alors que la BMW Série 5 propose des dimensions plus imposantes que la Série 3. La CTS n’échappe pas à cette règle en surpassant l’ATS par son gabarit parfait, son choix de moteur épatant et sa tenue de route de haut calibre.

La 3e génération de la CTS, sortie en 2014, a subjugué la junte journalistique. Les éloges vantaient à la fois sa nouvelle apparence extérieure de même que sa mécanique impressionnante. La partie avant repensée se dote d’une immense calandre et la disposition originale des phares à DEL donnent une identité beaucoup plus facile à reconnaître lorsque l’on croise la voiture sur la route. Les rondeurs ont disparu et le design est dorénavant plus ciselé. À l’arrière, on remarque surtout la forme rectangulaire des sorties d’échappement et la présence du feu de marche arrière au centre qui s’inspire des voitures de course. Le raffinement et le prestige font un retour marqué chez Cadillac après de nombreuses années décevantes.

Pure Cadillac

À l’intérieur, on a droit à une console centrale disposant d’un immense écran d’affichage dans la portion supérieure, et sous l’écran, des commandes à effleurement qui ne méritent pas d’éloges quant à leur facilité d’utilisation. La principale critique concerne son utilisation en situations de conduite. Il est absolument impossible de repérer facilement les commandes lorsque l’on garde les yeux sur la route. Heureusement, la plupart des fonctionnalités se retrouvent sur les branches du volant. Autrement, l’espace disponible pour les passagers avant suffit et les sièges proposent un confort jugé plutôt ferme mais tout de même invitant. À l’arrière, rien d’étonnant puisque les 5 mètres de la voiture permettent d’en réserver le quart aux passagers qui profitent d’un espace généreux pour leurs jambes. Quant au coffre, ce n’est pas le plus volumineux de la catégorie mais il a au moins l’avantage d’être profond.

Cadillac améliore son système CUE cette année en offrant les applications CarPlay d'Apple et Android Auto de Google. L'accès aux principales fonctions des téléphones intelligents, notamment la navigation, les contacts et les messages texte mains libres, est simplifié et facilité. Un processeur plus puissant est également ajouté qui permet le démarrage plus rapide du système et une reconnaissance vocale améliorée. L'écran du système CUE se dote de l'option Vision périphérique qui permet une vision à 360 degrés autour du véhicule.

Les dernières années de la gamme CTS ont vu des versions Coupé et familiale. Les informations toute récentes écartent ces deux modèles de l’offre cette année. Pour l’instant, seule la berline CTS prend place dans le catalogue du constructeur. Elle s’équipe d’un 4 cylindres turbo en version de base alors qu’un plus puissant V6 est offert en option et propose une transmission à 8 rapports. Dans les deux cas, l’intégrale peut être substituée à la propulsion. Bien que le 6 cylindres propose quelque 50 chevaux additionnels, les performances et la consommation montrent des chiffres comparables. Le 2.0 litres turbo s’avère plus nerveux et fougueux que le V6 qui favorise la douceur et la constance en accélération.

CTS-V de 640 chevaux

Tout juste lancée, la nouvelle CTS-V étrenne un V8 suralimenté de 6,2 litres couplé à une boîte automatique à huit vitesses avec palettes au volant. Elle offre une puissance de 640 chevaux et un couple de 630 lb-pi permettant d’atteindre une vitesse de pointe de 322 km/h. La puissance sur laquelle repose la nouvelle CTS-V provient d'un tout nouveau V8 qui développe plus de puissance que l'ancien moteur suralimenté de Cadillac. Il est doté d'un surcompresseur de 1,7 litre, plus efficace, de l'injection directe et de la gestion active du carburant qui sert à désactiver les cylindres.

Cadillac redouble d’efforts afin de repositionner ses voitures dans le club sélect des berlines de luxe. L’ATS réussit avec des performances sportives inégalées alors que la CTS propose une voiture très bien équilibrée et extrêmement sportive, surtout lorsqu’elle est badgée d’un « V ». Dommage que les coupé et familiale nous ait quittés cependant.

Partager sur Facebook
Commentaires