Volkswagen Touareg 2016: Mêmes ingrédients, recette inchangée

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2016

Afin d’augmenter ses parts de marché, Volkswagen a adopté une nouvelle stratégie ces dernières années : démocratiser au maximum ses véhicules. Le Touareg semble échapper à cette orientation lui qui conserve sa vocation première, rivaliser avec ce qui se fait de mieux chez les VUS de luxe intermédiaires. Partageant plusieurs caractéristiques avec son proche cousin, le Porsche Cayenne, le Touareg n’a jamais été dépourvu d’attraits. 

Pour 2016, il offre peu de changements, car il a profité d’une subtile évolution l’an passé. Le plus luxueux et dispendieux modèle vendu par Volkswagen ici garde ses lignes plutôt carrées, ce qui lui confère un style classique et moins sportif que plusieurs rivaux. On dit souvent que ce sont les roues qui donnent un style dynamique à un véhicule. Dans le cas du Touareg, c’est très conservateur. À l’avant, la grille à barres horizontales est plus imposante et elle connecte les phares trapézoïdaux qui incorporent désormais une barre lumineuse aux DEL. Le tout est très chic et en général, le Touareg ne paraît pas trop mal dans la jungle urbaine.

À bord, l’habitacle est accueillant et luxueux. L'ergonomie est sans reproche, toutes les commandes étant facilement accessibles et bien disposées pour le conducteur. Il n’y a rien de très techno à bord, ce qui trahit l’âge du modèle, mais au moins, tout est simple à comprendre et à utiliser. Plusieurs compartiments de rangement rendent l'intérieur du Touareg pratique et logeable. Il est allemand donc, bien pensé! 

Contrairement à certains concurrents, le Touareg ne dispose pas de troisième banquette, et est donc limité à transporter uniquement cinq personnes, quatre avec plus de confort. Cependant, tous profitent d’amplement d’espace et le design haut et angulaire du véhicule n’y est pas étranger. Le volume de chargement est convenable et pratique. Il y a peu de racoins, ce qui minimise les pertes d’espace. Familial, le Touareg? Tout à fait!

Un bon duo de moteurs

Outre le choix d’un niveau d’équipement, il n’y a pas de véritable casse-tête à propos du choix de moteurs. Oubliez la livrée hybride offerte ailleurs, on ne l’a pas au Canada. Le six cylindres de 3,6 litres qui équipe de série le Touareg développe 280 chevaux et un couple de 266 lb-pi. C’est une puissance en ligne avec ce que propose la concurrence et le moteur est bien appuyé par sa boîte automatique à huit rapports, la seule offerte.

Si vous êtes disposé à allonger quelques dollars supplémentaires en échange d’une meilleure économie de carburant et surtout d’un couple supérieur, il est difficile de résister à l’attrait du V6 TDI de 3,0 litres. Ses 240 chevaux n’ont rien pour écrire à sa mère, mais c’est surtout son couple de 406 lb-pi qui le rend aussi efficace, surtout si vous devez remorquer. Toutes les versions peuvent tracter jusqu’à 7 716 lb (3 500 kg), mais contrairement au moteur à essence qui tend à consommer plus quand il doit travailler plus fort, la consommation du V6 TDI bronchera à peine dans les mêmes conditions. Un incontournable si vous avez roulotte, bateau ou VTT à tracter.

Tous les Touareg viennent de série avec le rouage intégral 4MOTION, une excellente nouvelle. Engagé en permanence, ce système distribue de manière optimale la puissance aux roues : en condition normale, il envoie 40 % du couple aux roues arrière et 60 % à l’avant. Sur la route, la boîte automatique à huit rapports se tire bien d'affaire, offrant des changements doux. Le Touareg est monté sur un châssis d'une rigidité exemplaire. Aucune vibration n'est perceptible, même sur les chemins plus chaotiques. On pourrait croire qu’il a été conçu spécifiquement pour nos routes!

Une décision logique

Même si la majorité de la population ne sortira jamais des sentiers battus au volant du Touareg, il demeure très compétent en hors route. Nous avons eu la chance de le mettre à l’épreuve lors d’un récent périple dans les montagnes de la Sierra Nevada au sud de l’Espagne. Le Touareg, qui tire son nom des peuples nomades du Sahara, a franchi sans gêne plusieurs chemins assez périlleux. Toutefois, nos modèles comportaient quelques exclusivités, notamment une suspension pneumatique et un mode gamme basse pour les conditions extrêmes, des systèmes qui ne sont plus offerts au Canada depuis quelques années. On sait fort bien que peu d’acheteurs joueront dans la boue!

Le Touareg continue de s’appuyer sur sa recette, mais Volkswagen devra le moderniser tôt ou tard s’il compte demeurer compétitif face à des rivaux drôlement compétents. Au moins, on a réglé les problèmes de fiabilité des premières générations.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéDes photos nous révèlent le nouveau VUS Volkswagen
Depuis quelque temps, Volkswagen annonce l’éventuelle mise en marché d’un VUS pleine grandeur avec trois rangées de sièges. La concurrence dans ce segment est de plus en plus forte, et un modèle trônant au-dessus du Touareg pourrait aider VW à engranger plus de ventes en Amérique du Nord. Aujourd’hui, on …
Commentaires