Nissan JUKE 2016: Les fruits de la patience

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2016

À la suite du cuisant échec de son modèle cube en Amérique du Nord, la direction de Nissan a sagement décidé de le retirer de notre marché. Si le cube jouit d’une popularité culte dans son pays d’origine, le Japon, il a malheureusement été jugé trop excentrique par les acheteurs nord-américains. Quoi qu’il en soit, Nissan a enchaîné avec un autre modèle aux caractéristiques originales, le Juke. Celui-ci affiche une silhouette vraiment hors normes, et il s’agit à la fois d’un VUS et d’un hatchback cinq portes au caractère sportif.

Nissan n’en est pas à ses premières armes dans la création de modèles originaux et le Juke l’est suffisamment pour avoir été reçu avec une certaine froideur. Ses dimensions compactes, son design iconoclaste incorporant des feux de route placés sur le capot et une calandre pour le moins différente ainsi qu’un arrière se terminant abruptement sans oublier une garde au sol plus relevée ont soulevé bien des discussions. Ce modèle était unique en son genre. Contre vents et marées, Nissan a décidé de continuer la mise en marché du Juke qui, maintenant, s’intègre dans la catégorie des VUS sous-compacts.

Au fil des années, plusieurs ajustements et améliorations ont été effectués, mais le caractère excentrique de ce véhicule a toujours été préservé et c’est tant mieux.

Excentrique à l’intérieur également

La silhouette extérieure du Juke n’a pratiquement aucun équivalent sur notre marché. On aime ou l’on n’aime pas, mais il semble qu’avec le temps, les gens apprécient davantage ce profil qui était avant-gardiste lors de son lancement à l’automne 2010 en tant que modèle 2011. D’ailleurs, l’habitacle n’affiche pas nécessairement le conservatisme qui est le lot de plusieurs créations de Nissan. En effet, les stylistes affectés à sa création ont avoué qu’ils se sont inspirés de l’instrumentation des motos pour concevoir la planche de bord où figurent deux cadres indicateurs circulaires regroupés dans une nacelle que l’on pourrait trouver sur… une moto. Pour protéger ces deux cadrans des rayons solaires, on a placé au-dessus une sorte de petite toiture qui ajoute à la présentation. C’est moins bien réussi quant à l’écran d’affichage au centre de la planche de bord et qui est logé dans un réceptacle aux formes ovales et doté de boutons crantés.

La position de conduite est bonne et assez élevée, ce qui fait que la visibilité avant est sans reproche. Cela s’explique par une garde au sol plus généreuse que la moyenne. Malheureusement, les places arrière sont beaucoup moins confortables, tandis que le coffre à bagages est relativement petit. La glace arrière étant fortement inclinée vers l’avant, cela contribue à diminuer l’espace de chargement. Il faut aussi souligner les feux arrière en forme de L qui s’harmonisent bien à l’ensemble de la silhouette. Notre voiture d’essai comprenait également des poignées de porte, des rétroviseurs extérieurs et quelques baguettes de carrosserie en similifibre de carbone.

Une gamme bien équilibrée

Le Juke est disponible en quatre versions distinctes. Les trois premières sont les SV, SL et NISMO. Elles sont propulsées par un moteur quatre cylindres 1,6 litre turbo de 188 chevaux. Par ailleurs, le sportif de la famille, le NISMO RS, produit 215 chevaux. Ceux qui désirent une boîte manuelle devront se contenter de la traction aux roues avant. Par contre ceux qui optent pour le rouage intégral obtiendront la boîte automatique CVT. À ce moment, la puissance est de la version RS passe à 211 chevaux. Enfin, ajoutons que les NISMO et NISMO RS ont une présentation spéciale et de nombreux équipements exclusifs, alors que la RS possède des sièges Recaro.

Cette année, notre essai s’est concentré sur la version SL. Celle-ci était dotée d’une transmission intégrale associée au moteur 1,6 litre de 188 chevaux et à la boîte à rapports continuellement variables Xtronic. Sa conduite nous a plu en raison de la vivacité du véhicule et des reprises intéressantes du moteur dont la puissance est supérieure à la moyenne de cette catégorie. De plus, la garde au sol plus élevée, permet de franchir des obstacles sur des routes secondaires mal entretenues. 

Bref, le Juke offre plusieurs choix à l’acheteur qui n’a pas peur de se démarquer au volant d’une voiture aux allures un peu spéciales.

Partager sur Facebook
Commentaires