Mazda MX-5 2016: Retour vers le futur

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2016

Dans le monde de l’automobile, il y a des modèles qui ont atteint le statut d’icône. La Mazda MX-5, née Miata il y a 25 ans, fait partie de ceux-là. En japonais, l’expression « Jinba Ittai » signifie que le cavalier et son cheval ne font qu’un. C’est le point de départ de la démarche adoptée pour la création de la toute première MX-5 et c’est le principe fondamental qui guide aujourd’hui le développement des autres modèles de la marque. Avec la nouvelle MX-5, les concepteurs avaient la délicate mission de respecter l’héritage de la Miata d’une part, mais surtout de faire évoluer ce concept vers l’avenir.

Un gramme à la fois

Légèreté, agilité et simplicité ont toujours fait partie de l’ADN de la MX-5. Pour le modèle de quatrième génération, les ingénieurs ont donc conservé leur « stratégie du gramme », évaluant constamment le poids de chaque composante. En utilisant de l’aluminium pour le capot avant, le couvercle du coffre, les ailes avant, les pièces du toit et aussi les renforcements des pare-chocs avant et arrière ainsi que les porte-moyeux, ils ont réussi à réduire le poids de la voiture d’une centaine de kilos par rapport au modèle de troisième génération.

Le résultat de cette démarche, que l’on peut facilement qualifier d’obsessive, est un poids de 1 000 kilos ou une tonne métrique pour la MX-5 animée par le moteur de 1,5 litre, laquelle ne sera pas commercialisée en Amérique du Nord, et 1 058 à 1 078 kilos pour les MX-5 à moteur 2,0 litres qui seront les seules à être vendues chez nous.  

Au volant, cette légèreté s’exprime par un comportement aussi direct qu’inspiré. Il suffit de la guider dans les trois premiers virages d’une route de campagne pour constater que jamais la MX-5 n’a été aussi joueuse, aussi agile, aussi vivante et aussi amusante à conduire. Le châssis est à ce point équilibré que la voiture répond instantanément, progressivement et parfaitement naturellement à la moindre sollicitation. Que ce soit au freinage ou à la mise en appui en virage, la MX-5 est d’une docilité déconcertante et fait la démonstration parfaite qu’il n’est pas nécessaire de mettre son permis de conduire en jeu pour avoir un plaisir fou au volant d’une voiture.

Le moteur 2,0 litres pour l’Amérique du Nord

Si la MX-5 vendue chez nous reçoit un moteur 2,0 litres, et non le 4-cylindres de 1,5 litre qui est disponible sur d’autres marchés, c’est en raison de son couple plus élevé à bas régime, un élément jugé essentiel pour la conduite en Amérique du Nord. Comme la voiture est très légère, on comprend pourquoi les sorties de virage sont toniques au point de nous fixer un sourire aux lèvres en permanence alors que l’on fait le plein de sensations.

La boîte manuelle à six rapports? Elle est parfaite, rien de moins… Le flux d’air autour du cockpit? Juste ce qu’il faut pour apprécier pleinement la conduite à ciel ouvert sans se faire balloter par le vent. La sensation que l’on éprouve en roulant à son bord? Que cette voiture a été littéralement construite autour de votre corps parce que la visibilité est excellente et que toutes les commandes tombent parfaitement sous la main.

Finalement, cette voiture a-t-elle des défauts? Si l’on fait abstraction du fait qu’elle a les défauts de ses qualités, c’est-à-dire que sa compacité limite l’espace de chargement, on ne peut relever que peu de choses. Par exemple, que les porte-gobelets sont mal placés au point où ils sont presque inutiles et que les rangements dans l’habitacle sont comptés. Mais de toute façon, les porte-gobelets dans une MX-5, on s’en fout, et comme vous porterez presque toujours vos lunettes de soleil, pas besoin de les ranger!

Avec son style nettement plus ravageur, la MX-5 invite à sa découverte et ses qualités dynamiques surpassent les attentes. À l’heure où plusieurs constructeurs délaissent les sportives, dont le volume de ventes est plus limité, au profit des prolifiques multisegments et autres utilitaires sport de taille compacte, ce petit constructeur japonais persiste et signe, convaincu de l’importance de préserver le modèle qui a largement contribué à l’obtention de ses titres de noblesse concernant la dynamique et le plaisir de conduire. Pour Mazda, c’est mission accomplie avec cette MX-5 qui est une superbe réussite. En prenant la route avec elle, on a l’absolue conviction qu’il y a au moins une chose qui frôle la perfection en ce bas monde, et cette chose c’est la nouvelle MX-5.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéMazda remercie ses fans en leur laissant précommander une MX-5 RF
Le constructeur Mazda a toujours pris bien soin de ses clients les plus loyaux. La marque se présente souvent aux réunions de propriétaires avec des modèles uniques et s’assure de tenir compte des opinions de ceux qui conduisent leurs véhicules sur une base régulière lorsque vient le temps de créer …
ActualitéLa Mazda MX-5 RF Launch Edition 2017 écoulée en quelques jours
Mazda et sa petite MX-5 ont fait beaucoup de bruit en 2016. Plus tôt cette année, Mazda a construit la millionième unité du petit roadster inspirée des sportives anglaises d’antan. À peu près au même moment, la version RF a été dévoilée au monde entier au Salon de l’auto de …
EssaisFiat 124 Spider 2017 : la top-modèle de la marque
Les chiffres de ventes de Fiat au Canada et aux États-Unis parlent d’eux-mêmes. Si les consommateurs se sont jetés sur la mignonne petite 500 à hayon lorsqu’elle a été lancée ici en 2011, depuis ce temps, c’est pas mal tranquille chez les concessionnaires — pardon, les Studios Fiat — ces …
Commentaires