Kia Forte 2016: Les trois côtés de la médaille

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2016

Les Forte sont pleines de qualités et certainement parmi les meilleures des compactes. C’est ce qu’a démontré la berline qui s’est classée 4e au terme du match qui en regroupait douze dans l’édition précédente du Guide. Il est donc étonnant et intrigant de constater que cette série est moins populaire que la Hyundai Elantra, sa presque jumelle, qui joue des coudes avec la Civic au sommet des palmarès. La version Kia est peut-être, tout simplement, le choix des connaisseurs.

À vrai dire, l’écart entre les cousines Elantra et Forte tient sans doute au fait que les marques coréennes n’attirent pas la même clientèle que les européennes et japonaises. Le style résolument européen et le comportement plus affûté de la Forte, surtout en version Forte5, ne séduisent peut-être pas autant l’acheteur habituel des coréennes que la silhouette fluide et la conduite sans histoire de l’Elantra. À équipement égal, bien entendu. Et les deux sont plus que généreuses à cet égard.

Passeport européen

Les Forte affichent toutes une silhouette élégante et moderne, mais des trois, la Forte5 est indéniablement la plus européenne. Sans doute parce que la compacte avec hayon est une spécialité grandement appréciée sur le Vieux Continent. C’est d’ailleurs là que la Forte5 a pris forme, en toute logique, alors que la berline Forte et le coupé Forte Koup ont été dessinés dans les ateliers californiens du constructeur coréen.

La Forte5 n’est pas seulement belle. Ses glaces latérales très découpées et ses rétroviseurs montés très bas offrent une excellente visibilité vers l’avant et les côtés. Son habitacle est parfaitement moderne, confortable et bien équipé. La position de conduite est dégagée, les sièges bien taillés et confortables, mais il leur manque un soupçon de maintien latéral. Le dessin du tableau de bord est superbe, les cadrans clairs, les commandes précises et les rangements nombreux. Mais ça, on peut le dire tout autant des autres Forte.

Qu’à cela ne tienne, la Forte5 est également plus courte que ses deux sœurs d’au moins 18 cm et offre 657 litres de volume de chargement en repliant les pans asymétriques de ses dossiers arrière (selon la proportion classique 60/40). Elle est donc à la fois moins encombrante, plus maniable et plus pratique. Une hatchback comme on les aime, quoi! Pour le reste, les versions de base de la Forte5 et du Forte Koup partagent un quatre cylindres à injection directe de 2,0 litres et 173 chevaux.

On retrouve ce même moteur sous le capot des versions EX et SX plus huppées de la berline. Il propulse cette dernière de 0 à 100 km/h en 9,3 secondes avec la boîte automatique à 6 rapports, ce qui n’est effectivement pas fulgurant. Une boîte manuelle à 6 rapports est également offerte dans la version EX. Le comportement et la qualité de roulement de la berline Forte se sont grandement améliorés avec la dernière refonte. Il faut dire qu’elle revenait de loin. Les réactions de la suspension sont toujours fermes sur les fentes et saillies, mais elles sont mieux amorties et filtrées. Chose étrange, on a malgré tout l’impression de conduire une voiture plus lourde. 

La version de base LX de la berline persiste avec le vénérable quatre cylindres de 1,8 litre qui n’a rien de foudroyant avec ses 145 chevaux, pour un poids quasi égal et une consommation à peine moindre. Il n’existe que pour permettre d’annoncer un modèle à moins de 18 000 $. Stratégie commerciale oblige.

Un peu plus d’épices, s’il-vous-plaît

Les choses deviennent plus intéressantes, en termes de conduite et de performance, avec les versions SX de la Forte5 et du Forte Koup. Les deux profitent d’abord d’une suspension sport bien réglée et de freins dont le diamètre des disques avant passe de 280 à 300 mm. Les deux sont animés par un quatre cylindres turbocompressé à injection directe de 1,6 litre et 201 chevaux qui permet à la Forte5 SX de boucler le 0-100 km/h en 8,5 secondes avec la boîte automatique à 6 rapports. Honnête, sans plus. Ce moteur turbo se rachète un peu en se contentant d’essence ordinaire. 

La boîte automatique est douce et précise en conduite normale, mais n’ajuste pas le régime du moteur lorsqu’on rétrograde en mode manuel avec les manettes au volant. Décevant pour une hatchback qui aimerait qu’on la prenne pour une sportive. Parce que la tenue de route de la Forte5 est très saine et la Koup franchement amusante à conduire. On attend donc encore les premières compactes ouvertement sportives de Kia. Pour l’instant, les Forte se contentent d’offrir une surabondance d’équipement pour le prix, appuyée sur une fiabilité et une qualité toujours en hausse. Rien de mal à ça.

Partager sur Facebook
Commentaires