Cadillac ELR 2016: Perdue dans la brume

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2016

Chez Cadillac, le VUS grand format Escalade est roi et tous les autres véhicules de la gamme peuvent être qualifiés de vassaux. C’est d’autant plus vrai pour la ELR qui est la Cadillac la plus avancée sur le plan technique, mais qui est carrément boudée par les acheteurs au point où les concessionnaires américains de la marque reçoivent un incitatif de 5 000 dollars de la part de General Motors simplement pour garder des véhicules en démonstration dans les concessions.

Il faut dire que la Cadillac ELR a beaucoup souffert de la qualification selon laquelle elle était « une Volt à 80 000 dollars ». Pourtant, la ELR et la Chevrolet Volt ne partagent que le bloc-batteries de 17,1 kilowatts/heure ainsi que la motorisation hybride à autonomie prolongée, composée d’un moteur électrique et, agissant comme générateur, du moteur thermique à quatre cylindres de 1,4 litre. De dimensions plus généreuses que la Volt et avec son cachet luxe affirmé, la ELR se distingue au point où toute comparaison entre les deux voitures devient boiteuse.

Afin de corriger le tir pour ce qui est des perceptions et, surtout, pour convaincre les acheteurs potentiels, la puissance de la Cadillac ELR 2016 passe de 217 à 233 chevaux et le couple progresse de 295 à 373 livres-pied grâce à l’optimisation du logiciel de contrôle du moteur. Aussi, les liaisons au sol ont été revues afin de rehausser la dynamique de conduite, et les freins sont plus performants.

Côté style, la ELR 2016 reçoit une nouvelle calandre arborant la version la plus récente du logo de la marque. Concernant la connectivité, on note la présence du système OnStar avec 4G LTE, de même que le point d’accès Wi-Fi intégré. Il est également possible de recharger un téléphone intelligent compatible simplement en le déposant sur le chargeur par induction magnétique localisé dans l’habitacle.

Comportement routier aseptisé

Au volant de la ELR, on apprécie immédiatement le grand silence de roulement en mode électrique, avant que la batterie soit complètement déchargée. Ayant pris livraison du véhicule avec une batterie chargée à 100 %, j’ai pu parcourir une distance de 50,5 kilomètres en « carburant » aux électrons avant que le moteur thermique ne s’anime pour poursuivre mon trajet. Cadillac prétend qu’il est possible de rouler sur 60 kilomètres en mode électrique, mais cela dépend évidemment des conditions météo, des habitudes de conduite et de la topographie des routes sur lesquelles on circule.

Pour ce qui est de la recharge, il faut compter de 13 à 18,5 heures si la voiture est branchée sur une prise de 110 volts et 5 heures sur une prise de 220 volts. Quant à la consommation de carburant, j’ai enregistré une moyenne supérieure à 9 litres aux 100 kilomètres lorsque le moteur thermique était en marche, ce qui est plutôt élevé étant donné la faible cylindrée du moteur. C’est à la lecture de la fiche technique que l’on comprend pourquoi, la ELR affichant 1 844 kilos à la pesée et la batterie pesant 197 kilos à elle seule.

Ce poids relativement élevé, compte tenu du gabarit, conditionne également le comportement routier de la ELR. Il peut facilement être qualifié d’aseptisé dans la mesure où les systèmes électroniques d’aide à la conduite interviennent rapidement pour freiner les ardeurs du conducteur qui souhaite exploiter pleinement le potentiel de performance de la voiture en virage. Bref, cette Cadillac vous fait vite comprendre qu’elle n’apprécie pas vraiment être conduite avec enthousiasme en tentant de calmer le jeu.

Trop, c’est comme pas assez…

En prenant place à bord, on remarque tout de suite que les concepteurs ont voulu jouer à fond la carte du luxe en dotant l’habitacle de toute une série de matériaux de fort prix dans le but de donner un certain cachet à la voiture, mais ça manque beaucoup d’homogénéité.

En choisissant à la fois des appliqués de bois et des pièces réalisées en métal, on a presque l’impression que les designers ont voulu jouer sur tous les tableaux plutôt que de choisir un thème pour la présentation intérieure. La ceinture de caisse est très élevée et les piliers de toit sont très larges, ce qui gêne un peu la visibilité à l’avant, mais la ELR s’avère véritablement caverneuse aux places arrière, claustrophobes s’abstenir…

En 2016, Cadillac bonifie son offre avec les améliorations apportées à la ELR et, surtout, avec une réduction des tarifs, histoire de donner un électrochoc aux ventes décevantes de ce modèle. L’avenir nous dira si cela s’avèrera suffisant pour raviver l’intérêt pour cette voiture électrique à autonomie prolongée à notre époque où le prix du pétrole demeure relativement bas.

Partager sur Facebook
Commentaires