Honda Fit, la petite se raffine

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le retour de la sous-compacte à hayon chez Honda aura rendu beau coup de Québécois heureux. Non seulement les acheteurs pouvaient se procurer de nouveau une telle voiture chez un constructeur qu’ils chérissaient, mais les concessionnaires n’avaient désormais plus à diriger la clien tèle chez la concurrence. Ce qu’Honda n’avait toutefois pas prévu, c’est l’arrivée de la Nissan Versa. Plus confortable, mieux équipée et moins couteuse à équipement égal, la Versa a convaincu dès sa première année de commercialisation presque deux fois plus de consommateurs que la Fit.

Naturellement, plusieurs expliquent le succès commercial plus important de la Versa. D’abord, cette Nissan se décline en version à hayon et en berline, ce que la Fit ne fait pas. Puis, elle a engendré une diminution majeure des ventes de la compacte Sentra, ce que ne fait pas non plus la Fit. Toutefois, l’arrogance des concessionnaires lors de son arrivée ainsi que la disponibilité quasi nulle de la version d’entrée de gamme aura obligé plusieurs acheteurs à rebrousser chemin et à se tourner vers des produits offrant une meilleure valeur.

Il semble maintenant qu’Honda ait appris de cette expérience, puisque la nouvelle Fit 2009 corrige en grande partie les lacunes de la version antérieure. En premier lieu, la clientèle sera heureuse d’apprendre qu’il est désormais possible d’obtenir le climatiseur sur la version de base DX, ce qui ne l’obligera plus à grimper à la version LX, beaucoup plus chère. Néanmoins, cette dernière qui est vendue à partir de 17 380 $, demeurera selon Honda la version la plus populaire. La version LX est celle qui permet notamment de bénéficier d’un groupe électrique complet, d’une meilleure chaîne audio, de jantes d’alliage et d’un becquet arrière. Quant à la version Sport, elle constitue toujours le modèle le plus huppé. Son prix est cependant conséquent...

Les lignes de la nouvelle Fit sont évolutives. De là à dire qu’elles sont plus harmonieuses, je ne sais pas, mais elles permettent à tout le moins de reconnaître qu’il s’agit d’une Honda au premier coup d’oeil. C’est toutefois l’habitacle qui mérite de belles mentions. On a d’abord radicalement amélioré le confort, en équipant l’habitacle de sièges de bien meilleure qualité. L’ajout d’un accoudoir rabattable, d’un véritable repose-pied et d’un volant télescopique contribue aussi améliorer le confort et le positionnement du conducteur. Esthétiquement, la planche de bord est avant-gardiste et superbement dessinée. Le volant issu de la Civic est agréable, la console centrale est aussi audacieuse qu’ergonomique et les commodités sont innombrables. Quant à la qualité de finition, elle se situe à la hauteur de la réputation du constructeur en la matière.

Évidemment, la Fit conserve cette caractéristique unique, consistant en ce fameux système MagicSeat permettant de transformer l’habitacle selon vos besoins. On peut par exemple relever verticalement la banquet te arrière pour bénéficier d’un volume exceptionnel en hau teur, ou encore rabattre à plat la banquette pour obtenir un volume de charge inégalé dans ce segment. Pour abaisser le plancher de coffre, Honda a même choisi d’éliminer la roue de secours pour la remplacer par une trousse de gonflage temporaire.

Plus de puissance, consommation réduite

Cette année, la Fit hérite du même quatre cylindres de 1,5 litre, développant par contre 8 chevaux de plus que le modèle précédent en raison de l’adoption du système i-VTEC. Toujours aussi nerveux, ce moteur est agréable et ne montre jamais de signes de fatigue. On obtient avec la boîte manuelle des performances très semblables à celles du modèle antécédent, ainsi qu’une cote de consommation similaire. En revanche, il en va autrement avec les modèles équipés de l’automatique. En effet, l’adoption d’une boîte à cinq rapports qui s’adapte au type de conduite permet d’exploiter plus facilement les performances du moteur, par rapport au modèle antérieur. Cette dernière permet également d’économiser davantage à la pompe, même en comparaison avec la version 2009 à boîte manuelle. Et non, Honda n’a pas cru bon de ramener le mode séquentiel avec la boîte automatique, qui était l’an dernier proposé sur la version Sport. Sur la route, la voiture est améliorée en tout point.

La Fit est plus stable, plus agile, moins sensible aux vents latéraux et plus à l’aise en virage. Naturellement, la version Sport dotée de roues de 16 pouces permet une conduite encore plus dynamique, mais on peut aujourd’hui affirmer que la Fit est une voiture beaucoup plus plaisante à conduire, et dynamiquement plus intéressante. Il faut aussi mentionner que son confort sur route est accentué par un niveau d’insonorisation supérieur, qui se compare désormais à celui de la Versa. Avec l’ensemble des améliorations apportées à la nouvelle Fit, il me semble clair que les acheteurs seront plus nombreux à la considérer. Ceux qui trouvaient les modèles 2007 et 2008 moins agréables à conduire que la défunte Civic Hatchback seront finalement choyés, tout comme ceux qui recherchaient davantage de confort. Ajoutez à cela le fait qu’il s’agisse de l’une des voitures à motorisation traditionnelle les moins gourmandes sur le marché, et qu’elle est offerte au même prix que l’an dernier, et vous obtenez une formule gagnante. Aux concessionnaires de se montrer plus conciliant et ce sera la clé du succès.

FEU VERT

Nouvel habitacle superbe
Consommation minimaliste
Espace de chargement impressionnant
Comportement routier amélioré
Voiture plus confortable

FEU ROUGE

Pas de version trois portes, ni de berline
Prix élevé (Sport)
Choix de couleurs (DX)

Partager sur Facebook
Commentaires