Ford Taurus X, oubliez le nom !

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’idée, et il faut croire que certains dirigeants de Ford sont plus brillants que d’autres. Ils se sont attirés les railleries des spécialistes en abandonnant le nom de Freestyle pour celui de Taurus X, mais puisque ce modèle ne se vendait pas, mieux valait faire quelque chose. On ne s’est toutefois pas limité à ce changement d’appellation et les modifications esthétiques et mécaniques ont été considérables. L’avenir à long terme du Taurus X n’est cependant pas garanti puisque le nouveau Flex, un autre véhicule sept places, vient de faire son entrée sur le marché.

Quoi qu’il en soit, le Taurus X constitue un achat intéressant pour une personne à la recherche d’un véhicule sept places vendu en traction ou en intégrale. Il faut se souvenir que le Freestyle a été un échec cuisant pour Ford. Malgré d’indéniables qualités dynamiques et pratiques, le public a boudé ce véhicule qui ressemblait de trop près à un VUS tout en étant propulsé par un moteur plutôt anémique. Alors, en plus d’effectuer un changement de nom l’an dernier, la direction en a profité pour offrir une silhouette rafraîchie et une mécanique mieux adaptée.

Histoire de détails

En voulant insister sur le caractère plus polyvalent du véhicule et son compor tement routier similaire à celui d’une berline, les stylistes ont abandonné le caractère assez équarri de la silhouette pour apporter des retouches importantes surtout au chapitre de la calandre avant, ce qui fait toute la différence dans la présentation visuelle. Ce ne sont pas tous les gens qui aiment cette grille de calandre constituée de trois barres longitudinales identiques à celles de la Fusion. Mais c’est la nouvelle approche de Ford. D’ailleurs, la nouvelle Flex arbore une calandre similaire. Je vous fais grâce de toutes les petites retouches apportées çà et là, mais force est d’admettre que c’est mieux réussi que précédemment.

D’autre part, si on s’est contenté de rafistoler les détails en fait de présentation extérieure, les changements apportés à la mécanique sont nettement plus importants. Depuis 2008, le bruyant moteur V6 de 3,0 litres a cédé sa place à un autre V6, un moteur de 3,5 litres associé à une boîte automatique à six rapports. La transmission à rapports constamment variables a également été abandonnée. Ces modifications ont complètement transformé le caractère de ce véhicule qui, de poussif, est devenu correct.

Il est aussi important de souligner que ce modèle construit par Ford possède une fiche rassurante au chapitre de la fiabilité, comme plusieurs autres produits de ce constructeur. Il a d’ailleurs reçu la cote « recommandée » par la publication américaine Consumer Reports.

Un bel équilibre

Si, comme moi, vous n’êtes pas entiché du stylisme corporatif de Ford, il faut au moins admettre que la présentation du tableau de bord est réussie. On a l’impression d’être assis dans une automobile et non dans un multisegment sept places. Le volant est moderne et les multiples commandes placées sur son moyeu sont appréciées. La pièce d’attraction est la console centrale verticale dont les buses chromées attirent l’attention. À la droite de ce poste de commande, on retrouve une barre d’appoint située juste au-dessus du coffre à gants. Certains lui reprochent sa finition inégale, mais le modèle essayé était exemplaire à ce sujet.

L’habitacle est très spacieux, les places arrière de la troisième rangée sont faciles d’accès et peuvent accueillir avec un confort notable des occupants de taille moyenne. Rares sont les véhicules de cette catégorie qui peuvent faire mieux. Ce côté pratique et polyvalent de l’habitacle est heureusement appuyé par un moteur bien adapté, dont les performances sont adéquates et dont la consommation peut être qualifiée de normale pour la catégorie, avec une moyenne de 13 litres aux 100 km. La boîte de vitesses effectue un bon travail et ses rapports sont bien adaptés à une conduite quotidienne partagée entre la circulation urbaine et les autoroutes.

D’autre part, le rouage intégral du Taurus X, combiné avec le système de stabilité latérale, est vraiment efficace. Par exemple, arrêté au milieu d’une pente lors d’une évaluation comparative, il a été le seul à repartir sans difficulté. Par contre, la direction est trop assistée et les freins sujets à l’échauffement. En conclusion, malgré sa silhouette générique et fonctionnelle, le Taurus X est un véhicule en mesure de combler les besoins d’une famille. Et compte tenu des sommets atteints par le coût de l’essence, la présence sous le capot d’un moteur V6 fonctionnant à l’essence ordinaire est un argument fort intéressant.  

FEU VERT

Bonne habitabilité
Moteur adéquat
Troisième rangée correcte
Finition sérieuse
Tenue de route équilibrée

FEU ROUGE

Direction trop assistée
Faible diffusion
Freins peu efficaces
Carrière incertaine

Partager sur Facebook
Commentaires