Ford Mustang, toujours un coup de coeur

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Il faut avouer que Ford a réussi un coup de maître il y a quelques années en nous présentant une Mustang aux lignes plus rétro, un geste qui aura permis de raviver l’intérêt du modèle, et ce, à une époque où les autres constructeurs avaient jeté l’éponge envers leurs véhicules issus de l’ère des Muscle Cars. Il semble que l’opération a été un succès puisque tant GM que Chrysler vont revenir avec des modèles destinés à rivaliser avec la Mustang.

Un des éléments qui expliquent la réussite de la Mustang est sans contredit le choix de modèles. Il faut avouer que le constructeur a su étudier judicieusement le positionnement et le rapport prix/équipement de ses modèles. On retrouve à la base la Mustang à moteur V6, qui s’attire les faveurs de plusieurs avec son prix plus qu’abordable. D’une cylindrée de 4,0 litres, ce moteur développe une puissance de 210 chevaux pour un couple de 240 livres-pied. Pour un léger déboursé supplémentaire, vous pourrez profiter des plaisirs de la conduite à ciel ouvert grâce au cabriolet, une autre version qui intéresse un bon nombre d’acheteurs, non seulement en raison de son prix attrayant, mais pour ce qu’elle dégage.

D’un style plus épuré ou moins agressif, le modèle à moteur V6 offre tout de même l’expérience Mustang sans négliger les éléments visuels importants. Il constitue une façon intéressante de posséder une voiture au riche passé et dotée d’une personnalité toujours reconnue. Malgré sa large diffusion, la Mustang continue de faire tourner les têtes tout en attirant l’attention des plus passionnés.

Deux moteurs V8

Pour ceux qui désirent un véhicule qui possède l’esprit Mustang autant que son coeur, un moteur V8 équipe le coupé et le cabriolet GT. Non seulement la riche sonorité typiquement américaine de ce moteur nous fait sourire à chaque accélération, mais ses 300 chevaux favorisent une conduite relevée et performante, surtout lorsqu’il est combiné à la boîte manuelle à cinq rapports, la même qui équipe le modèle V6. À une époque où l’électronique inhibe de plus en plus notre contrôle sur les voitures, on apprécie un système de contrôle de la traction efficace sans être trop intrusif. Il pourra d’ailleurs être désactivé entièrement, vous permettant alors de valser un peu avec la voiture.

Plus agressive, la Mustang GT se distingue à l’avant par son capot relevé, par ses phares auxiliaires intégrés à la grille avant ainsi que par ses jantes typiques. L’échappement double à l’arrière permet aussi de détecter rapidement la présence du moteur huit cylindres. Cependant, on apprécierait quelques éléments supplémentaires à l’intérieur, notamment une colonne de direction télescopique, ce qui favoriserait une meilleure position de conduite, ainsi qu’un repose-pied, histoire de bien s’ancrer au siège. Du reste, on remarque le puissant système de sonorisation, mais la Mustang demeure une voiture relativement dégarnie en matière d’équipements de luxe et de gadgets.

On retrouve finalement au sommet de la gamme un modèle plus exclusif, la Shelby GT500, qui se veut une véritable bombe grâce à son moteur huit cylindres suralimenté de 5,4 litres ne développant pas moins de 500 chevaux pour un couple de 480 livres- pied. Combiné à une boîte manuelle à six rapports, ce bolide offre l’un des ratios prix/ puissance les plus favorables sur le marché. À l’extérieur, on remarque les bandes de type Le Mans qui traversent les flancs, alors que la mention GT500 est bien mise en évidence au bas de la caisse. Le carénage avant est plus agressif, incorporant des prises d’air plus proéminentes. L’arrière exhibe au bas du pare-chocs des pièces qui imitent les diffuseurs d’air de la défunte Ford GT ainsi qu’un béquet inspiré des modèles classiques.

Afin de maintenir l’intérêt du public pour ce modèle, le constructeur nous présente encore une fois quelques variantes de la Mustang, comme par le passé. À ce chapitre, on a droit cette année à la Mustang Bullit, une édition reprenant les traits de caractère du célèbre modèle mis en vedette dans le film Bullit. Plus sobre à l’extérieur que la GT, elle dispose des mêmes composantes mécaniques, mais ajoute quelques chevaux supplémentaires notamment en raison d’un échappement moins restrictif. Il y a fort à parier que le constructeur nous ramènera sous peu la Mach 1 !

Sportive améliorée

La Mustang est devenue plus civilisée au fil des années et son comportement s’est aussi amélioré. Négocier un virage à vive allure et freiner à vitesse plus grande ne sont plus des épreuves vous procurant des frissons. Sans avoir l’agilité de certains autres coupés sport, la Mustang n’est plus simplement une voiture de ligne droite et on peut exploiter un peu plus son potentiel en matière de performances. Malgré tout, on apprécierait une meilleure endurance des freins et une plus grande rigidité du châssis, notamment dans le cas du cabriolet.

La Mustang est une voiture qui sait se faire apprécier en raison de sa personnalité et de ce qu’elle dégage. C’est de nos jours un élément recherché par les consommateurs, en seconde place après l’aspect financier. Et puisqu’à cet égard la Mustang demeure relativement accessible, voilà sans doute ce qui explique son succès. Reste à voir comment le constructeur réussira à faire évoluer la Mustang dans le futur, alors qu’une concurrence s’amorce avec l’arrivée de la Chevrolet Camaro et de la Dodge Challenger.

FEU VERT

Performances relevées (GT et GT500)
Style agréable
Prix attrayant
Modèle exclusif (GT500)

FEU ROUGE

Volant non télescopique
Freinage peu endurant
Finition sommaire
Niveau d’équipement un peu juste

Partager sur Facebook
Commentaires