Ford Focus, SYNC alors !

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Lorsque la direction de Ford a dévoilé la nouvelle Focus l’an dernier, l’accent a non pas été mis sur la voiture elle-même, mais bien sur son système de gestion par la voix de la fonction téléphonique et audio. Appelé SYNC, ce système développé conjointement avec Microsoft est censé sauver la donne pour la Focus. À mon avis, il s’agit davantage d’un écran de fumée destiné à nous faire oublier le fait que ce modèle n’est pas tout à fait nouveau, mais plutôt une tiède évolution de la version précédente.

Il n’est pas question ici de vouloir diminuer la valeur ou l’importance du système SYNC, qui est quand même sophistiqué et qui représente, aux yeux de certains, l’avenir de la gestion des commandes vocales dans les automobiles de demain. Mais contrai rement à Ford, je ne crois pas qu’une personne va s’intéresser à ce modèle en raison de cette caractéristique. Je ne suis pas tellement doué pour opérer ces systèmes, mais je me suis bien amusé devant les efforts de mon collègue Sylvain Raymond qui tentait de me montrer les qualités de cet accessoire. Comme tout système de reconnaissance vocale, il faut une bonne dose de patience pour arriver à ses fins et je ne suis pas certain que la majorité des automobilistes ait le goût ou le temps d’en apprivoiser les subtilités. L’avenir nous le dira, mais en attendant, je fais partie de ceux qui ont des doutes.

Occasion ratée

Étant donné que la direction annonçait une Focus transformée du tout au tout, plusieurs s’attendaient à ce que l’on choisisse la version européenne beaucoup plus moderne et sophistiquée que son vis-à-vis nord-américain. Mais il ne faut pas oublier que ce constructeur est aux prises avec une sérieuse crise financière et que les Nord-Américains ont toujours considéré la voiture compacte comme une catégorie secondaire offrant des modèles à bas prix. On a donc décidé de rafistoler tant bien que mal le modèle précédent. Ce qui signifie que la plate-forme et la méca nique ont été reconduites. De plus, dans l’opération, on a abandonné les modèles hatchback et familial, qui n’étaient pas tellement popu laires sur le marché des États-Unis. Et, tant qu’à y être, on s’est contenté de choisir un moteur unique, un quatre cylindres de 2,0 litres produisant 140 chevaux. Il est livré de série avec une boîte manuelle à cinq rapports tandis que la boîte automatique à quatre rapports est offerte en option. Là encore, on n’achètera pas une Focus pour sa mécanique.

Curieusement, alors que les stylistes européens de Ford ont l’imagination en feu, ceux de Détroit semblent en panne de créativité. Cette voiture n’est pas laide, mais on semble avoir planché très fort pour la rendre le plus anonyme possible. S’il y a un avantage à cette approche, c’est que sa silhouette devrait vieillir assez bien. Pour une raison que j’ignore, la direction de Ford a également décidé de commercialiser une version coupé, un type de carrosserie assez peu populaire. Pire encore, sa silhouette n’est pas excitante.

Efficace et économique, mais ennuyante

Malgré mes commentaires négatifs, la Focus n’est pas une mauvaise voiture. Une fois à bord, on constate que l’habitabilité est bonne et que la position de conduite est correcte. De plus, la finition se révèle adéquate et la qualité des matériaux, égale à celle des meilleures de la catégorie. Par contre, si certains apprécient le nouveau tableau de bord, mon opinion diffère. Il y a trop de plastique et l’ensemble fait bon marché, du moins en apparence. On ne peut que plaindre le passager avant qui doit contempler toute cette surface grise. Heureusement, les commandes sont fort bien placées et les cadrans indicateurs faciles à consulter. Avec un moteur plus économique et fiable que performant, pas besoin d’être un grand chroniqueur automobile pour conclure que la conduite de cette voiture ne vous donnera pas de sensations fortes.

Heureusement, la plate-forme aura toujours été très bonne et, malgré l’absence de modifications majeures, la tenue de route est sans histoire et sans surprise. Cependant, pour obtenir des accélérations quelque peu nerveuses, il faut jouer du levier de vitesse et faire monter le moteur en régime, et c’est là que nous découvrons que la course du levier de vitesse est plus ou moins précise et que le moteur est bruyant. La transmission automatique à quatre rapports ne fait rien pour arranger les choses.

Bref, la Focus est une voiture à vocation économique et utilitaire, confortable, et dont la consommation de carburant est plus que raisonnable. Compte tenu de la hausse du prix du pétrole, cela réussira à en convaincre plusieurs. Et il faut aussi ajouter que cette petite Ford se vend pour pas trop cher. D’ailleurs, si l’on se fie aux communiqués de presse de Ford, le public semble montrer son appréciation de ce produit, en se tournant en nombre vers la Focus dans le but d’obtenir un moyen de transport simple, économique et fiable. Que demander de plus ?

FEU VERT

Mécanique fiable
Faible consommation
Tenue de route saine
Bonne habitabilité
Système SYNC prometteur

FEU ROUGE

Plate-forme vétuste
Moteur bruyant
Stylisme trop discret
Système SYNC inutile pour plusieurs
Version coupé saugrenue

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisFord Focus 2012, douée mais irritante à la fois
La Ford Focus est sur le marché depuis quelques mois et elle a remporté sa part de prix d'excellence. C'est relativement facile à expliquer, compte tenu de la qualité générale de cette voiture, de son look très moderne et également de la possibilité de l’équiper de façon assez substantielle. Toutefois, …
Commentaires