Ford Explorer, les temps changent

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Au cours des trois dernières années, la popularité des VUS a progressivement diminué en faveur des véhicules multisegments qui proposent des caractéristiques presque similaires, mais qui sont plus confortables, qui tiennent mieux la route et surtout qui consomment moins. Les choses n’iront pas en s’améliorant avec la hausse sauvage des prix du carburant qui incite les consommateurs à délaisser ces VUS, qui avaient pourtant la cote au début du siècle.   Et la compagnie Ford est sévèrement touchée par cette tendance, car ses ventes dans cette catégorie étaient très importantes. Il est vrai que l’arrivée du Edge et du Flex permettra de compenser les ventes perdues chez les VUS, mais la situation demeure difficile pour le constructeur de Dearborn.

Il faut avouer, de plus, qu’il n’est pas facile de faire la critique des véhicules utilitaires sport, car si l’on manifeste trop d’enthousiasme, on est accusé d’encourager la pollution et si on se montre trop négatif, on est catégorisé comme un embrasseur d’arbre. En fait, ce n’est pas le véhicule lui-même qui est en cause, mais bien de savoir si vous en avez vraiment besoin. Car si les VUS ont connu une grande popularité, il est certain que de nombreux acheteurs les acquéraient pour faire comme tout le monde.

Une allure à revoir

La silhouette de l’Explorer a été volontairement dessinée pour la faire paraître plus haute et plus grosse qu’elle ne l’est en réalité. Il n’y a pas si longtemps, ces véhicules étaient les plus populaires sur le marché et il était de bon ton d’être vu au volant d’un véhicule aux allures de costaud. Il a suffi que le prix du baril de pétrole se mette à grimper pour que cette approche soit maintenant décriée. La silhouette mise à part, il faut souligner que la qualité de finition extérieure n’est pas parmi les meilleures, aussi bien en ce qui concerne l’ajustement des pièces de métal que la qualité de la peinture.

Une fois monté à bord, on se retrouve assis en face d’un tableau de bord qui ressemble à s’y méprendre à celui de la camionnette F-150 de la génération précédente. Mais il serait erroné de croire que le raffinement et le confort ne sont pas de la partie. Avec ses cadrans indicateurs à fond blanc, sa console centrale verticale avec écran de navigation cerclé de bois et l’utilisation de pièces de métal contrastantes, la présentation est soignée. Par contre, la console médiane est très large et donne l’impression que l’habitacle manque de largeur, ce qui n’est pas le cas. Les places arrière seront confortables pour deux adultes, tandis que la personne qui osera s’asseoir au centre trouvera le trajet long. Il est également possible de commander une troisième rangée de sièges en option et celle-ci peut même être motorisée. Cette banquette est moyennement confortable, mais quand même supérieure à bien d’autres dans la catégorie.

Robustesse assurée

Il est curieux de parler aujourd’hui des avantages d’un véhicule possédant un châssis autonome et une capacité de remorquage de plus de trois tonnes. Ce qui était considéré comme un atout digne de mention il y a quelques années n’a plus la cote maintenant, alors que ces caractéristiques s’associent automatiquement aux facteurs « consommation de carburant » et « véhicule indésirable ». Pourtant, même si l’on paye plus cher à la pompe, il ne faut pas perdre son jugement pour autant. Si vous avez besoin de rouler hors route ou encore de tracter une remorque ou une embarcation, il vous faut bien un véhicule capable de le faire. Deux moteurs sont au catalogue. Le premier est un moteur V6 de 4,0 litres de 210 chevaux, ce qui est suffisant pour la plupart des utilisations. Malheureusement, sa consommation de carburant est presque similaire à celle du moteur V8 offert en option. Avec ses 292 chevaux, ce dernier sera le choix des personnes devant tracter une remorque ou rouler souvent hors route, alors que la puissance est nécessaire pour se sortir d’un étang de boue.

Malgré la transmission automatique à six rapports offerte avec ce moteur, la consommation de carburant est assez élevée avec une moyenne de 16 litres aux 100 km. Toujours en fonction d’une utilisation pratique, le rouage intégral est efficace et d’application simple, puisqu’un bouton rotatif placé sur le tableau de bord permet de choisir les modes appropriés. Sur la route, la présence d’une suspension indépendante aux quatre roues, d’une bonne insonorisation et de sièges confortables nous permet de croire que nous sommes à bord d’une automobile de grosses dimensions. Par contre, le pilote doit s’accommoder d’une direction trop assistée et d’un centre de gravité élevé qui provoque du roulis dans les virages. Finalement, ce véhicule est équipé depuis le milieu de l’année 2008 d’un réservoir d’essence sans bouchon qui facilite le plein, mais qui ne fait rien pour abaisser le prix du carburant ou diminuer la cote de consommation.

FEU VERT

Bonne capacité de remorquage
Châssis robuste
Habitacle confortable
Rouage intégral flexible
Moteur V8

FEU ROUGE

Popularité décroissante
Consommation élevée
Direction légère
Valeur de revente à la baisse

Partager sur Facebook
Commentaires