Ferrari 612 Scaglietti, hommage moderne au passé

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Chez Ferrari, on a toujours eu le sens de l’histoire. La plupart du temps, même les modèles les plus techniquement avancés portent une désignation reliée au passé. C’est le cas de la 612 Scaglietti, ce coupé quatre places qui veut rendre hommage à Sergio Scaglietti, un carrossier de la région de Modène qui a contribué à fabriquer les carrosseries en aluminium de plusieurs Ferrari légendaires au cours des années 50 et 60. Cela ne signifie pas pour autant que la silhouette et la mécanique soient rétro.

Bien au contraire! La plus grosse des Ferrari est propulsée par un moteur douze cylindres dont la technologie est inspirée des moteurs de formule 1. En plus, sa plate-forme et sa carrosserie font appel à un usage intensif de l’aluminium. Contrairement à plusieurs marques de prestige qui aiment nous rappeler le passé en proposant des mécaniques plus ou moins modernes, à Maranello, on fait le contraire.

Moteur avant !

Au cours des trois dernières décennies, il était presque automatique, du moins dans les voitures ultra sportives, de placer le moteur en position centrale afin d’optimiser le comportement routier et la performance. Chez Ferrari toutefois, on a préféré, dans la dernière génération des voitures à moteur V12, placer ce moteur à l’avant. Non seulement cette configuration facilite-t-elle la disposition des éléments mécaniques, mais elle permet aussi d’avoir un habitacle plus confortable et plus spacieux, un must pour une voiture quatre places. Et le plus intéressant dans cette équation, c’est que le positionnement du moteur à l’avant ne nuit nullement à la tenue de route ni au comportement routier. Selon Amedeo Felisa, le grand responsable du développement des voitures chez Ferrari, l’utilisation de la conception par l’ordinateur, de nouveaux matériaux et de l’assistance électronique au pilotage permet d’obtenir des résultats impressionnants avec cette architecture mécanique.

Ce gros moteur V12 de 5,7 litres est placé derrière l’essieu avant afin d’optimiser la répartition des masses. Pour la même raison, la transmission est placée à l’arrière avec le différentiel, ce qui explique en bonne partie l’empattement très long de cette Ferrari. Celui-ci est de 2 950 mm, soit 300 mm de plus que l’empattement de la F430 ! Ce moteur extraordinaire produit 540 chevaux, ce qui explique un rapport poids/puissance impressionnant pour une voiture de ce gabarit.

Soulignons au passage que la Ferrari 612 a été la première Ferrari de route équipée d’un système antipatinage.

Élégance et performance

Les stylistes de Pininfarina, le designer attitré de la marque, n’ont pas toujours eu le coup de crayon heureux pour dessinerer des modèles quatre places. Il y a eu tout de même des modèles d’exception, mais il s’agissait souvent de versions 2+2 qui sacrifiaient le confort des places arrière à l’esthétique. La Scaglietti pour sa part réussit à combiner confort, élégance et performance.

Au chapitre du confort, les places arrière ne sont pas symboliques et peuvent être utilisées par des adultes de taille moyenne. Il est vrai que leur accès nécessite certaines contorsions, mais une fois en place, le confort est surprenant, tout comme le dégagement pour les jambes. Toutefois, si vous avez le gabarit d’un joueur de football, inutile d’essayer. Les occupants des places avant jouissent de tout l’espace dont ils ont besoin et les sièges offrent à la fois confort et support latéral, bien que la sellerie en cuir soit très glissante. À première vue, la disposition des commandes sur le tableau de bord paraît très confuse. Les boutons de la climatisation semblent avoir été empruntés à la navette spatiale, mais il suffit de quelques secondes pour s’y retrouver. Un écran d’affichage est situé à la gauche du compte-tours placé en plein centre de la nacelle des instruments.

Malgré ses dimensions imposantes pour une Ferrari, la 612 surprend par son agilité et ses performances. Pour la petite histoire, le constructeur annonce une vitesse de pointe de 320 km/h et un temps d’accélération de 4,2 secondes pour boucler le 0-100 km/h. Comme sur les voitures de formule 1, la boîte de vitesse à six rapports est séquentielle et se commande par des palets placés derrière le volant. Il est inutile de consacrer bien des lignes à sa conduite, car cette voiture est exceptionnelle à tous points de vue. Son agilité surprend sur la piste et son confort s’apprécie sur la grande route. Un détail en terminant : les parois latérales incurvées de la Scaglietti sont inspirées de la 375 MM, un modèle exclusif commandé par Roberto Rossellini en 1954 pour en faire cadeau à Ingrid Bergman !

FEU VERT

Moteur légendaire
Tenue de route impeccable
Modèle exclusif
Places arrière utilisables
Silhouette classique

FEU ROUGE

Disponibilité limitée
Piètre visibilité arrière
Prix exclusif
Certaines commandes complexes

Partager sur Facebook
Commentaires