Dodge Grand Caravan/Chrysler Town&Country, un seul obstacle

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Avec la récente refonte de ses fourgonnettes, Dodge et Chrysler se sont assurés de revenir en tête du peloton dans cette catégorie. Malgré la tendance du marché, les dirigeants ont cru bon faire « renaître » ce concept popularisé au milieu des années 80. Le but a été atteint en grande partie, avec des ventes à la hausse. Les caractéristiques « Stow’n Go » et « Swivel’n Go » aidant, les acheteurs redécouvrent la fourgonnette. Malheureusement pour le constructeur, le prix de l’essence vient freiner l’explosion du chiffre d’affaires, les consommateurs préférant se tourner vers des véhicules moins énergivores.

Avez-vous vraiment besoin d’une fourgonnette ? Bien entendu, la réponse est non pour la plupart d’entre nous, car à moins d’avoir plus de trois enfants ou d’être le transporteur officiel de l’équipe de soccer, une voiture compacte à moteur quatre cylindres fait amplement l’affaire. Il faut toutefois avouer que l’utilisation d’une fourgonnette rend la vie familiale plus aisée et que le transport d’objets volumineux est facilité par l’immense espace cargo.

Présentation améliorée

Chrysler propose deux modèles de sa fourgonnette : la Town&Country sous l’enseigne Chrysler et la Grand Caravan vendue chez Dodge. Toutes les deux offrent la même silhouette, la même motorisation et la même présentation extérieure/intérieure. Évidemment, la Town&Country est plus luxueuse et présente plus de caractéristiques de base que sa consoeur chez Dodge, mais son prix peut cependant en décourager plusieurs alors qu’il débute à près de 36 000 $. C’est pourquoi nous avons choisi de concentrer notre essai sur la version la plus vendue et la plus populaire, la Grand Caravan. Offerte à un prix de départ d’environ 26 500 $, la version de base dispose de pneus de 16 pouces, d’enjoliveurs de roues, d’une transmission à quatre rapports et d’un moteur six cylindres de 3,3 litres. La version SXT plus équipée propose, en option, une motorisation V6 de 3,8 litres, des jantes d’aluminium de 17 pouces et une transmission à six rapports.

Seule la Chrysler Town&Country peut être équipée de la motorisation six cylindres de 4,0 litres. Quant aux options Stow’n Go et Swivel’n Go, on peut les obtenir dans toutes les versions, moyennant un supplément. Notre version d’essai, la SXT, possédait également un système de divertissement vidéo, une caméra de recul ainsi que les portes motorisées pour afficher un prix de détail avoisinant les 42 000 $.

La refonte de l’an dernier aura été des plus bénéfiques pour l’habitacle. Les lignes sont désormais plus modernes et la disposition des commandes plus ergonomique. Les sièges avant sont aussi très confortables, d’autant plus que notre véhicule d’essai était muni des tissus YES Essential de Chrysler. Ceux-ci sont moins salissants et respirent mieux, offrant un confort accru autant en été qu’en hiver. L’assise est excellente et les supports latéraux sont suffisants pour ce type de véhicule. La finition est tout de même bonne à quelques exceptions près et le choix des matériaux s’avère de bon goût malgré certains plastiques bon marché et d’autres se salissant plus rapidement. Les rangements sont nombreux et les commandes sont toutes à portée de main. Le fonctionnement du système audio demande qu’on s’y attarde quelque peu et la climatisation manuelle est un peu compliquée à régler, surtout avec l’option du système de chauffage à l’arrière.

Les sièges de deuxième et troisième rangées offrent un bon confort malgré leur conception permettant de les éclipser dans le plancher. Pour ce qui est de l’espace cargo, tout dépendra de la configuration choisie. En mode Stow’n Go, les sièges médians et arrière s’engouffrent dans le plancher et procurent ainsi un impressionnant espace de chargement, alors qu’avec l’option Swivel’n go, seuls les sièges arrière s’escamotent au plancher. L’avantage du système Swivel’n go vient du fait que l’on peut tourner les sièges médians face vers l’arrière pour obtenir un semblant de salon auquel peut s’ajouter une table au centre. Très pratique pour les pique-niques en famille durant les journées pluvieuses !

Bon choix de motorisations

Le duo Grand Caravan/Town&Country offre le choix de trois motorisations V6 : l’anémique 3,3 litres, le 3,8 litres juste correct et l’efficace 4,0 litres. De toute évidence, le 3,3 litres manque de puissance, mais offre une consommation tout de même raisonnable et est de prix abordable. Notre modèle d’essai, la SXT, était équipé du 3,8 litres qui s’est avéré un bon compromis entre les versions de base et 4,0 litres. Les accélérations sont correctes, mais on détecte tout de même une certaine peine à mouvoir le poids du véhicule. Les reprises sont également un tantinet longues malgré la présence des six rapports de la transmission. Il faudra s’attendre à une augmentation des temps d’accélération et de reprises pour chaque personne additionnelle prenant place à bord du véhicule. À ce chapitre, si vous prévoyez transporter plusieurs personnes ou une bonne charge, il serait plus sage d’opter pour le 4,0 litres (donc la Town&Country) qui est beaucoup plus à l’aise dans ces conditions. Contrairement aux fourgonnettes des années passées, la tenue de route s’est grandement améliorée, à un tel point qu’on oublie que l’on se trouve au volant de ce genre de véhicule.

Le roulis est maintenant limité et seules des manoeuvres extrêmes viendront trahir la conception de ce véhicule. La direction se montre précise et juste assez assistée. Le châssis est également plus rigide que sur l’ancien modèle. Les freins à disques affichent une puissance impressionnante et le tangage est minimal. L’insonorisation est de qualité malgré les grands coffres au plancher. La visibilité est excellente, mais l’absence de caméra de recul viendra compliquer quelque peu les manoeuvres de stationnement.

FEU VERT

Modularité exceptionnelle
Nombreux rangements
Mécanique éprouvée
Prix abordables

FEU ROUGE

Plastique abondant
Moteur 3,3 litres anémique
Finition simpliste

Partager sur Facebook
Commentaires