Cadillac CTS, à l'assaut de l'Allemagne

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

L’objectif de la mission confiée à la CTS par la marque Cadillac a toujours été de concurrencer directement les rivales établies de la catégorie des berlines sport. La première génération a bien réussi son entrée, mais présentait toujours des lacunes qui ont été corrigées avec l’arrivée de l’actuelle CTS. Celle-ci est maintenant en mesure d’opposer une concurrence plus sérieuse. De plus, Cadillac entend jouer sur tous les tableaux en développant de nouveaux modèles dérivés de sa berline sport, comme un coupé, dont le concept a été dévoilé au Salon de Détroit, et même une familiale, dont l’arrivée est anticipée en 2010…

Côté style, la CTS adopte toujours les lignes ciselées mises de l’avant par la génération précédente, mais la voiture actuelle fait preuve d’une personnalité plus affirmée que lui confère sa calandre surdimensionnée, directement inspirée de la voiture-concept Cadillac Sixteen. De plus, certains éléments de détail comme les prises d’air factices localisées près de la jonction des ailes avant et du pare-brise la distinguent avantageusement. L’effet est concluant et la CTS fait preuve d’une belle homogénéité côté design.

L'effet de l'intégrale

Sur la route, la CTS équipée de la traction intégrale s’est montrée très compétente. La direction est assez vive et précise pour lui donner une personnalité enjouée et le V6 de 3,6 litres livre des performances tout à fait convenables lorsque jumelé à la boîte automatique à six rapports, même s’il peut paraître un peu rugueux par moments. Les calibrations des suspensions sont assez fermes pour permettre de bien sentir la route sans trop faire souffrir conducteur et passagers au passage de tronçons de route plus dégradés, mais la CTS n’offre pas une conduite aussi directe et sportive qu’une BMW. La présence du rouage intégral fait en sorte que la CTS ne rechigne pas à l’idée d’aller jouer dehors en hiver, où elle fait preuve d’un bel équilibre dans ces conditions particulières.

Somme toute, le bilan est assez reluisant, mais il y a tout de même ombre au tableau puisque la voiture d’essai que j’ai eu l’occasion de conduire émettait un son d’interférence qui était en phase avec le régime moteur de la voiture et qui venait troubler la vie à bord. Il semble cependant qu’il s’agit là d’un cas isolé, du moins si j’en juge par les commentaires recueillis auprès de certains propriétaires de CTS que j’ai sondés à cet égard et qui n’ont pas remarqué ce défaut irritant. Pour le reste, la CTS propose un habitacle confortable et la qualité de la finition intérieure et des matériaux utilisés pour la planche de bord a grandement progressé par rapport aux modèles de première génération.

La CTS-V, le coupé et la familiale

Avec son moteur V8 de 6,2 litres suralimenté par compresseur, qui est étroitement dérivé de celui qui équipe la Corvette ZR-1 et qui est capable de livrer 550 chevaux, la CTS-V a réussi l’exploit de boucler un tour du circuit de Nürburgring en 7 minutes 59 secondes et 32 dixièmes, ce qui représente un chrono record pour une berline sur ce mythique circuit allemand composé de 73 virages, selon Cadillac. Ce coup d’éclat a donc permis de marquer le lancement de la version « pure adrénaline » de la CTS, qui a de toute évidence les BMW M5 et les versions AMG des berlines de Mercedes- Benz dans son collimateur. Au récent Salon de l’auto de Détroit, Cadillac a réussi l’exploit de dévoiler un modèle que personne n’attendait, et au sujet duquel aucune information n’avait filtré au préalable. Conçue dans le plus grand secret, la voiture-concept CTS Coupé aura donc été l’une des rares vraies surprises de l’actualité récente de l’automobile.

Comme ce concept est étroitement calqué sur la berline CTS, sa commercialisation est presque assurée et serait prévue pour la fin de 2009. Côté style, le coupé est plus court et plus bas de deux pouces par rapport à la berline et l’angle de son pare- brise est nettement plus prononcé, mais il y a fort à parier que le coupé pourrait facilement hériter de tous les éléments mécaniques qui composent les différents modèles de l’actuelle berline sport. De plus, des photographes-espion ont réussi à croquer sur le vif un prototype d’une version familiale de la CTS qui fait actuellement l’objet d’un protocole d’évaluation, et dont la commercialisation éventuelle serait envisagée pour 2010.

Ce type de voiture étant très populaire en Europe, une CTS familiale permettrait d’élargir la gamme à peu de frais pour Cadillac, tout en proposant une rivale directe aux versions Touring de la BMW Série 5 ou Avant de la Audi A6, entre autres… De plus, ce nouveau modèle permettrait également à Cadillac de proposer une solution de remplacement valable aux acheteurs actuels de VUS de General Motors, devenus plus sensibles à l’augmentation récente et continue du prix du carburant. Gabriel Gélinas

FEU VERT

Style réussi
Disponibilité du rouage intégral
Châssis rigide
Performances relevées (CTS-V)

FEU ROUGE

Suspensions fermes
Moteur rugueux à l’occasion
Pas aussi sportive qu’une BMW

Partager sur Facebook
Commentaires