GMC Canyon SLT Duramax Diesel 2016 : économie, mais à quel prix?

Points forts
  • Couple généreux à bas régime
  • La moins énergivore des camionnettes
  • Se conduit comme un VUS
Points faibles
  • Moteur diesel cher et manque de raffinement
  • Charge utile n’augmente pas avec le moteur diesel
  • Encore et toujours, pas vraiment plus abordable qu’une camionnette pleine grandeur
Évaluation complète

Lorsque General Motors a relancé ses camionnettes, il y a plus d’un an, il a annoncé l’arrivée éventuelle d’une motorisation diesel, ce que l’on n’a pas vu depuis des lunes dans ce segment de marché.

Voilà, ce moteur est arrivé, promettant une économie de carburant et un couple généreux pour augmenter la capacité de remorquage déjà élevée du Chevrolet Colorado et du GMC Canyon. Vaut-il la dépense supplémentaire pour l’obtenir? Oui et non.

Du muscle à bas régime

Le quatre cylindres turbodiesel de 2,8 litres développe 181 chevaux, mais surtout un couple de 369 lb-pi à partir de 2 000 tr/min. Il est jumelé à une boîte automatique à six rapports et, au choix, à un rouage à propulsion ou à quatre roues motrices. Son système antipollution utilise également une injection d’urée, lui permettant de se conformer aux normes d’émissions polluantes.

À bord du GMC Canyon 2016 doté du moteur Duramax Diesel, les décollages sont prompts, mais moins vifs qu’avec le V6 à essence. Avec le moteur diesel sous le capot, la capacité de remorquage passe de 7 000 à 7 600 lb (3 471kg), dans les versions à 4RM. Ni le Nissan Frontier ni le Toyota Tacoma ne peuvent tirer une charge aussi lourde.

En revanche, la charge utile diminue légèrement avec la motorisation Duramax, alors si vous prenez surtout votre pick-up pour transporter du matériel ou de l’équipement, n’importe lequel des trois moteurs offerts dans le Canyon fera l’affaire, particulièrement le V6 de 3,6 L.

Au chapitre de la consommation de carburant, notre Canyon à l’essai s’est avéré drôlement efficace. Selon GM, il consomme 12,0 l/100 km en ville et 8,2 sur l’autoroute. Avec un mélange des deux, nous avons observé une moyenne de 9,4 l/100 km. Pour une camionnette, ce n’est pas mal du tout, bien que la consommation du Ram 1500 EcoDiesel pleine grandeur ne soit pas très loin de ces chiffres en plus d’offrir une capacité de remorquage de 9 200 lb.

Notre déception, c’est que le moteur Duramax de 2,8 L est bruyant au démarrage, se tait quelque peu sur la route, mais demeure rugueux et peu raffiné. À ce chapitre, il y a une différence marquée entre celui-ci et le moteur diesel de 3,0 L du Ram.

Un pick-up qui se conduit comme un VUS

Pour les gens qui aimeraient s’acheter une camionnette, mais qui les trouvent trop lourdauds, General Motors a réussi à en créer une qui soit aussi agréable à conduire qu’un véhicule utilitaire. Du moins, c’est le sentiment qu’on éprouve au volant, surtout par rapport aux rivaux des Colorado et Canyon. Leur gabarit et leur diamètre de braquage les servent bien, puisque le Canyon n’a pas la maladresse d’un éléphant dans le stationnement du centre commercial. Outre la longueur de la version à cabine double, il est facile à garer, et les manœuvres de recul sont simplifiées par sa caméra de recul, de série dans toutes les déclinaisons.

On s’y attend, la qualité de finition et d’assemblage n’est pas aussi soignée que celle de son grand frère le GMC Sierra 1500. Toutefois, la présentation est tout de même honnête, et dans la livrée SLT, on a même droit à des coutures contrastantes sur la planche de bord, des garnitures satinées et des sièges en cuir (bon OK, c’est du similicuir).

Le système d’infodivertissement IntelliLink est facile à utiliser, avec de grosses zones de boutons sur l’écran tactile et quelques boutons redondants sur la planche centrale. Les commandes de la climatisation ne pourraient être plus simples, et le chauffage des sièges avant (en option dans le SLE, de série dans le SLT) peut être activé uniquement au dossier, ou à la fois sur le dossier et le coussin.

Une bonne note aussi à GM d’avoir équipé presque tous ces modèles d’un verrouillage électrique de sécurité pour enfants aux portes arrière, incluant un bouton sur la porte du conducteur. Très pratique lorsque l’on veut temporairement empêcher les occupants à l’arrière d’ouvrir leurs portes.

Jouer avec les chiffres

Le GMC Canyon 2016 est vendu à partir de 22 020 $, excluant les frais de transport et de préparation, dans sa finition SL de base à 2RM. Notre version SLT 4x4 affiche un PDSF de 39 895 $, mais atteint 47 k$ lorsque l’on comptabilise les options incluses.

Une de ces options, c’est le moteur Duramax Diesel, qui commande un supplément de 4 390 $ par rapport au V6 à essence. Pour récupérer cette somme, on devra accumuler beaucoup de kilométrage, puisque l’écart en consommation entre ces deux moteurs n’est pas énorme, se situant aux alentours de 1,5 l/100 km. Au prix actuel du litre d’essence, il faudra rouler 30 000 km par année durant 10 ans avant de rentabiliser le coût du moteur diesel... En ferez-vous autant?

Le Canyon est un excellent petit pick-up. Toutefois, le caractère rugueux du moteur Duramax Diesel risque de décevoir plus d’un acheteur potentiel. Si vous êtes à la recherche d’une camionnette pour les loisirs et l’occasionnel déménagement de frigo, et non pour le travail et les transports sur de longues distances, le V6 à essence serait un choix plus judicieux.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéL’ingrédient X pour le GMC Sierra HD 2017
Bonne nouvelle pour les amateurs de conduite hors route trouvant que le GMC Sierra HD 2017 All-Terrain était trop chromé et chic pour s’aventurer hors des sentiers battus. GMC vient tout juste de dévoiler un camion menaçant tout de noir vêtu. Après le Sierra et le Colorado, c’est maintenant au …
Commentaires