Audi A3 e-tron Sportback 2016, pour son style avant tout

Points forts
  • C'est une familiale
  • Performante et agréable à conduire
  • Habitacle spacieux
  • Bon espace de chargement
  • Transmission automatique efficace
Points faibles
  • Prix plus élevé
  • Pas de rouage quattro
  • Autonomie électrique réduite
Évaluation complète

Audi a décidé de faire le grand saut dans le monde de l’électrification grâce à ses modèles « e-tron », des véhicules hybrides rechargeables offrant selon le constructeur une transition idéale entre les besoins actuels des consommateurs et le plaisir de conduire une voiture électrique. Le réel avantage : une réduction des émissions et de la consommation sans le souci de l’autonomie. Si seule la A3 est proposée à la sauce e-tron pour le moment, l’offre devrait bientôt s’étendre du côté de ce constructeur avec notamment la R8, son superbolide.

Lors de la dernière refonte de sa A3, Audi a déçu bon nombre d'amateurs en ne retenant que la berline quatre portes dans les configurations disponibles. Sur notre continent, les berlines sont beaucoup plus populaires et le constructeur en a également profité pour s’aligner sur la concurrence. La bonne nouvelle, c’est que la A3 e-tron est la seule qui conserve l’ancienne configuration de la A3, la familiale, un argument qui à lui seul pourrait bien convaincre certains acheteurs.

Qu’est-ce que la A3 e-tron?

Décrire le modèle est assez simple. Prenez la familiale A3, ajoutez un ensemble de batteries de 8,8 kWh sous le banc arrière, réduisez la taille du réservoir à essence qui s’y trouvait pour le positionner à la place de la roue de secours, ajoutez un ensemble de réparation temporaire en cas de crevaison et vous obtenez la Audi A3 e-tron 2016. Son seul véritable désavantage, c'est un espace cargo légèrement amputé, de 100 litres environ.

Contrairement à plusieurs autres véhicules hybrides, la Audi A3 e-tron Sportback se classe dans la catégorie des véhicules pouvant être branchés (PHEV), ce qui signifie qu’il est possible de recharger les batteries au moyen d'une prise de courant afin de profiter par la suite d’une conduite cent pour cent électrique. Dans le cas de la A3, il faut environ 2,5 heures afin de recharger complètement l’ensemble avec une borne résidentielle de 240 volts, 8 heures avec une alimentation de 120 volts. Vous obtenez ainsi un peu moins de 30 kilomètres d’autonomie – 26 en réalité – en mode purement électrique. Bien entendu, les conditions climatiques, votre type de conduite et les différents accessoires feront varier à la baisse l’autonomie totale, mais la régénération en décélération et au freinage vous permettront de couvrir quelques kilomètres supplémentaires.

Pas de quattro

Sous le capot, on retrouve un moteur thermique de 1,4 litre TFSI à injection directe qui développe une puissance de 150 chevaux, jumelé à un moteur électrique de 75 kWh (104 chevaux). Au total, la puissance combinée est de 204 chevaux pour un couple de 258 lb-pi, le tout envoyé aux roues avant au moyen d'une excellente transmission automatique à six rapports. Notre seule déception, c’est que le rouage intégral quattro n’est pas offert avec la e-tron.

Lors de notre essai, il nous aura fallu nous discipliner afin de brancher la voiture quotidiennement. On a l’impression que l’autonomie n’est pas énorme et il demeure tout de même assez fastidieux de la brancher, surtout si vous devez sortir, ranger et raccorder les différentes sections du cordon d’alimentation de 120 volts à tous les coups. Une borne résidentielle devient un incontournable.

On le sait, les véhicules électriques sont beaucoup plus efficaces en zone urbaine, là où ils peuvent tirer un maximum de leur autonomie en raison des vitesses réduites et des régénérations plus nombreuses. Ce n’était pas le cas de nos trajets quotidiens et l’autonomie entièrement électrique disparaissait très rapidement. Le moteur à essence devenait donc rapidement sollicité, ce qui a entraîné une consommation d’environ 8,2 l/100 km en moyenne, ce qui est assez élevé. On se serait attendu à mieux.

Différents modes d’opération du groupe motopropulseur sont offerts. Le mode « EV » priorise le moteur électrique et vous permet de circuler en ville et sur l’autoroute comme avec un véhicule cent pour cent électrique. En mode « Hybrid auto », les moteurs à essence et électrique sont combinés afin de conserver un peu plus l’autonomie tout en réduisant la consommation alors que le mode « Hold » maintient la charge de la batterie. Finalement, le mode « Recharge » utilise le moteur à essence afin de propulser le véhicule et de recharger la batterie, ce qui vous permet de récupérer de l’autonomie électrique tout en circulant, aux frais d’une consommation plus élevée bien entendu.

La bonne nouvelle, c’est que la A3 e-tron est certainement le véhicule du genre le plus agréable et dynamique à conduire. On retrouve le meilleur de Audi en matière d’agrément de conduite et de sentiment de contrôle, et ce, malgré le poids supplémentaire de la voiture. Les accélérations sont franches et il ne vous faudra qu’environ 7,5 secondes pour boucler le sprint du 0-100 km/h. La direction est communicative et la suspension bien adaptée. Elle est tout, sauf ennuyante au volant, un net avantage par rapport aux autres hybrides rechargeables offertes sur le marché. En fait, elle a peu de rivales, et surtout, son format n’exige aucun compromis quant à l’aspect pratique et à l’espace intérieur. La finition à bord est sans failles et on apprécie toujours l’attention aux détails qu’Audi porte à ses véhicules.

Le verdict

Est-ce que nous avons été enchantés par l’économie de carburant du modèle? Pas réellement. On se serait attendus à mieux compte tenu du déboursé supplémentaire requis pour cette technologie. On a également l’impression que l’autonomie électrique disparaît rapidement, surtout lors de la saison froide. Finalement, la double motorisation élimine le souci d’autonomie, mais on perd aussi les bénéfices d’une voiture cent pour cent électrique, soit l’absence d’entretien des composantes reliées à un moteur thermique.

À sa décharge, la Audi A3 e-tron séduit par son aspect pratique relié à sa configuration. C’est aussi la seule de la gamme proposée sous les traits d’une familiale et elle a peu d’égales en ce qui concerne le plaisir de conduite.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

2015Audi A3 2015: "Made for Chimerica"
Chimerica. C’est l’expression consacrée par Niall Ferguson, historien en économie, pour caractériser la relation presque symbiotique qui unit actuellement les économies de la Chine et des États-Unis d’Amérique. Cette expression s’applique parfaitement à la nouvelle A3 qui a comme mission de s’imposer sur ces deux marchés en modifiant son code …
Premiers contactsAudi A3 e-tron 2015 : La maîtrise des électrons
Première voiture hybride rechargeable commercialisée par la marque d’Ingolstadt, la Audi A3 e-tron fait présentement ses débuts sur les marchés européens avant de faire le voyage outre-mer pour un lancement programmé à l’été 2015 au Canada. Voici le compte-rendu d’un premier contact – établi à Vienne en Autriche – avec …
Pleins feux surCette semaine, on conduit la Audi A3 2017!
Suivre l’évolution de la A3 d’Audi est une véritable partie de plaisir. Il y a de perpétuels changements, et 2017 apportera également les siens. Tout d’abord, au Canada, la A3 sera offerte en livrées berline, cabriolet et Sportback (e-tron). Pour 2017, les designers ont modifié les phares et les feux …
Premiers contactsAudi A3 2017: la belle affaire!
Audi vient de dévoiler sa A3 2017. Pas de grands changements. Juste des améliorations ici et là. Mais de taille! Un nouveau 2,0 litres et le Audi virtual cockpit. Juste ça, ça valait le déplacement en Allemagne pour en faire l’essai! Tout d’abord, Audi a modifié quelque peu la présentation …
Commentaires